Free Access
Issue
Med Sci (Paris)
Volume 37, Novembre 2021
Les Cahiers de Myologie
Page(s) 30 - 31
Section Mise au point
DOI https://doi.org/10.1051/medsci/2021188
Published online 08 December 2021

© 2021 médecine/sciences – Inserm

© Université de Nantes/Inserm/Thinkavery

Introduction

Malgré les progrès permis par le séquençage à haut débit, les maladies de Charcot-Marie-Tooth de type axonal (dites de type 2 ou CMT2 en abrégé) et les neuropathies motrices héréditaires (NMH) demeurent sans diagnostic moléculaire dans près de 70 % des cas, notamment lorsque ceux-ci sont sporadiques [1]. Très récemment, des variants bialléliques du gène SORD ont été identifiés dans des formes autosomiques récessives de CMT2 ou de NMH. Le gène SORD code la sorbitol déshydrogénase (SORD), une enzyme clé dans la voie des polyols et possiblement impliquée dans le développement de la neuropathie diabétique [2].

Présentation clinique

Cette nouvelle forme de CMT2/NMH a été décrite en 2020 à la suite d’un effort international de séquençage de l’exome de 45 patients de différentes origines géographiques (Europe, États-Unis, Chine, Arabie Saoudite, Koweït). Les patients présentaient majoritairement un tableau de CMT2 ou de NMH (autour de 50 % et 40 %, respectivement). Plus rarement, la neuropathie était classée comme CMT intermédiaire (10 % des cas rapportés) [3]. Cinq publications récentes ont depuis affiné le tableau clinique des patients atteints de CMT2 ou de NMH et porteurs de variants bialléliques du gène SORD [48].

Les premiers symptômes apparaissent entre la deuxième et la troisième décennie et se caractérisent par un déficit moteur des membres inférieurs longueur-dépendant. Dans la plupart des cas, l’atteinte est modérée et lentement évolutive. Les réflexes ostéo-tendineux sont souvent abolis aux membres inférieurs et conservés aux membres supérieurs. Il s’y associe souvent des pieds creux et, chez environ 50 % des patients, une plainte sensitive surajoutée. L’électroneuromyogramme (ENMG) met le plus souvent en évidence une neuropathie à prédominance motrice axonale distale, avec une réduction modérée des vitesses de conduction motrice et/ou une réduction des amplitudes sensitives, dans 25 % des cas [3, 7, 8].

Le spectre génétique des variants SORD

Le variant le plus fréquemment rapporté est la délétion c.757delG (p.Ala253GlnfsTer27) dans l’exon 7 du gène SORD à l’état homozygote ou hétérozygote composite. Pour ce variant, la fréquence des porteurs dans la population générale est estimée à 3/1 000 [3]. SORD est devenu un des gènes les plus fréquemment mutés dans les CMT2, après celui codant la mitofusine-2, MFN2 [8], mais aussi dans les NMH, après HSPB1 [46]. Treize autres variants du gène SORD ont été décrits, entraînant souvent une altération de l’épissage et/ou une perte de fonction de la protéine SORD. Néanmoins, des variants faux-sens ont été également rapportés comme le variant c.329G>C (p.Arg110Pro) [3, 7, 8]. La présence d’un pseudogène homologue de SORD, le gène SORD2P, est probablement la raison pour laquelle cette cause finalement fréquente de CMT2/NMH est longtemps passée inaperçue. Ainsi, le variant c.757delG du gène SORD est présent dans le pseudogène SORD2P dans plus de 95 % des chromosomes contrôles [3], ceci rendant difficile l’interprétation des variants du gène SORD. Des techniques spécifiques récemment publiées permettent de discriminer spécifiquement SORD et SORD2P [6].

Fonction de la sorbitol déshydrogénase

Le gène SORD, composé de 9 exons et localisé sur le chromosome 15q21.1, code l’enzyme sorbitol déshydrogénase (SORD), une protéine de 357 acides aminés. Cette enzyme est chargée de catalyser la transformation du sorbitol en fructose dans la voie de l’interconversion du glucose en fructose ou « voie des polyols » (Figure 1). La réaction catalysée par la SORD est dépendante du NAD+ et du zinc. La voie des polyols est une voie alternative importante du métabolisme du glucose en situation d’hyperglycémie. De plus, elle a été impliquée dans le développement de la neuropathie diabétique [29].

thumbnail Figure 1.

Voie métabolique de la sorbitol déshydrogénase et de l’aldose réductase (Dr Arnaud Bruneel).

Dans les fibroblastes issus de patients présentant une neuropathie héréditaire liée au gène SORD, une absence de la protéine SORD et une augmentation du sorbitol intracellulaire ont été observées. En outre, le taux sérique du sorbitol à jeûn est apparu très augmenté [3] tandis que celui de l’enzyme SORD était probablement réduit [8]. En conséquence, le dosage du sorbitol sérique pourrait être un potentiel biomarqueur de la maladie, à la fois pour le diagnostic et pour le suivi sous traitement.

Chez la drosophile, l’absence de SORD provoque une dégénérescence synaptique et une déficience motrice progressive mais le mécanisme de la dégénérescence axonale reste encore très mal connu. La réduction de l’influx de polyols par un traitement avec des inhibiteurs de l’aldose réductase (Epalrestat et Ranirestat) (Figure 1) normalise le taux de sorbitol chez la drosophile ainsi que dans les fibroblastes de patients, et semble corriger le déficit moteur observé chez la drosophile [3], ouvrant ainsi la voie à de possibles développements thérapeutiques chez l’Homme.

Conclusion

Les variants bialléliques dans le gène SORD peuvent être à l’origine d’une neuropathie héréditaire à prédominance axonale et motrice. Ils pourraient potentiellement représenter la cause la plus fréquente de CMT2/NMH autosomique récessive. La réduction de l’influx des polyols (i.e. par un traitement avec des inhibiteurs de l’aldose réductase) pourrait devenir une option thérapeutique pour ces patients.

Liens d’intérêt

Les auteurs déclarent n’avoir aucun lien d’intérêt concernant les données publiées dans cet article.

Références

  1. Cortese A, Wilcox JE, Polke JM, et al. Targeted next-generation sequencing panels in the diagnosis of Charcot-Marie-Tooth disease. Neurology 2020; 94 : e51–e61. [Google Scholar]
  2. Ng DTF, Lee FK, Song ZT, et al. Effects of sorbitol dehydrogenase deficiency on nerve conduction in experimental diabetic mice. Diabetes 1998 ; 47 : 961–966. [Google Scholar]
  3. Cortese A, Zhu Y, Rebelo AP, et al. Biallelic mutations in SORD cause a common and potentially treatable hereditary neuropathy with implications for diabetes. Nat Genet 2020; 52 : 473–481. [Google Scholar]
  4. Frasquet M, Rojas-García R, Argente-Escrig H, et al. Distal hereditary motor neuropathies: mutation spectrum and genotype-phenotype correlation. Eur J Neurol 2021; 28 : 1334–1343. [Google Scholar]
  5. Xie Y, Lin Z, Pakhrin PS, et al. Genetic and clinical features in 24 Chinese distal hereditary motor neuropathy families. Front Neurol 2020; 11 : 1–8. [Google Scholar]
  6. Laššuthová P, Mazanec R, Staneˇk D, et al. Biallelic variants in the SORD gene are one of the most common causes of hereditary neuropathy among Czech patients. Sci Rep 2021; 11 : 1–11. [Google Scholar]
  7. Dong HL, Li JQ, Liu GL, et al. Biallelic SORD pathogenic variants cause Chinese patients with distal hereditary motor neuropathy. NPJ Genomic Med 2021; 6 (1). [Google Scholar]
  8. Yuan RY, Ye ZL, Zhang XR, et al. Evaluation of SORD mutations as a novel cause of Charcot-Marie-Tooth disease. Ann Clin Transl Neurol 2021; 8 : 266–270. [Google Scholar]
  9. Safi SZ, Qvist R, Kumar S, et al. Molecular mechanisms of diabetic retinopathy, general preventive strategies, and novel therapeutic targets. Biomed Res Int 2014 ; 2014 : 801269. [Google Scholar]

Liste des figures

thumbnail Figure 1.

Voie métabolique de la sorbitol déshydrogénase et de l’aldose réductase (Dr Arnaud Bruneel).

Dans le texte

Current usage metrics show cumulative count of Article Views (full-text article views including HTML views, PDF and ePub downloads, according to the available data) and Abstracts Views on Vision4Press platform.

Data correspond to usage on the plateform after 2015. The current usage metrics is available 48-96 hours after online publication and is updated daily on week days.

Initial download of the metrics may take a while.