Organoïdes
Open Access
Issue
Med Sci (Paris)
Volume 35, Number 6-7, Juin-Juillet 2019
Organoïdes
Page(s) 549 - 555
Section M/S Revues
DOI https://doi.org/10.1051/medsci/2019096
Published online 05 July 2019

© 2019 médecine/sciences – Inserm

Licence Creative Commons
Article publié sous les conditions définies par la licence Creative Commons Attribution License CC-BY (http://creativecommons.org/licenses/by/4.0), qui autorise sans restrictions l'utilisation, la diffusion, et la reproduction sur quelque support que ce soit, sous réserve de citation correcte de la publication originale.

L’utilisation et la maîtrise des techniques de différenciation des cellules souches pluripotentes humaines a permis des avancées conséquentes dans la génération de tissus spécifiques. Il est aujourd’hui possible de différencier des cellules souches humaines pluripotentes (hPSC) en structures tridimensionnelles appelées organoïdes. Ces organoïdes sont des assemblages cellulaires capables de s’auto-renouveler et de s’auto-organiser, ce qui leurs permet d’acquérir des fonctions similaires aux tissus d’origine [1]. Les hPSC peuvent ainsi être différenciées en organoïdes intestinaux qui présentent des caractéristiques similaires à celles des différentes régions du tube digestif. Ces outils ouvrent donc de nouveaux champs d’investigation dans l’étude du développement et de la physiopathologie du tube digestif, et offrent de nouvelles perspectives en médecine de précision et réparatrice [2]. Dans cette revue, nous présentons les origines développementales du tube digestif humain et les approches de différenciation dirigée des cellules souches pluripotentes humaines en organoïdes intestinaux. Enfin, nous discutons les futures applications permises par les organoïdes intestinaux dans l’étude du tube digestif et des maladies associées.

Le tractus gastro-intestinal chez l’homme

Un tube aux multiples fonctions

Le tube digestif est un organe tubulaire, complexe, responsable des fonctions de digestion et d’absorption. En contact direct avec le milieu extérieur, il joue un rôle important de barrière en permettant le passage des nutriments tout en prévenant celui de pathogènes. L’architecture du tube digestif, constituée de 4 tuniques successives, permet d’assurer l’ensemble de ces fonctions. La séreuse, la couche la plus externe du tube, est accolée à la musculeuse qui est composée de muscles lisses longitudinaux et circulaires. Ce compartiment intègre également un système nerveux entérique (ENS) qui contrôle le mélange et la propulsion du bol alimentaire grâce au phénomène de motricité intestinale. La sous-muqueuse forme un tissu conjonctif lâche contenant des vaisseaux sanguins et lymphatiques ainsi que les neurones et cellules gliales de l’ENS. Enfin, la muqueuse, constituée d’un épithélium en contact direct avec la lumière digestive, tapisse l’ensemble du tube digestif. Cet épithélium constitue une barrière physique entre l’organisme et le milieu extérieur où se loge le microbiote. Un système immunitaire participe également aux échanges entre l’hôte et ce microbiote. Les fonctions de digestion et d’absorption sont assurées à différents niveaux du tube grâce à sa spécialisation en différents organes interconnectés [3]. Le tube digestif se décompose, en effet, du pôle oral vers le pôle anal en : œsophage, estomac, intestin grêle, côlon et rectum. Bien que ces organes assurent des fonctions spécialisées, ils proviennent d’une même origine embryonnaire.

Les origines embryonnaires du tube digestif humain

La formation du tube digestif commence à partir de la troisième semaine de gestation et se termine vers la douzième semaine chez l’homme. Le tractus gastro-intestinal, notamment l’épithélium digestif, est issu de la différenciation d’un feuillet embryonnaire appelé endoderme [4]. Au cours de la formation de l’endoderme, plusieurs voies de signalisation dont les voies Nodal, fibroblast growth factor (FGF) et Wingless-related integration site (WNT), sont activées [5]. Ce feuillet se replie sur lui-même pour former un tube qui deviendra l’ébauche du tractus intestinal. À ce stade, le tube digestif est composé de 3 segments : l’intestin primitif antérieur, moyen et postérieur. Sa mise en place est orchestrée par la régulation temporelle et spatiale de réseaux de gènes. Ainsi, plusieurs morphogènes sont exprimés selon un gradient de concentration cranio-caudal, induisant l’expression de facteurs de transcription spécifiques de chaque région de l’intestin primitif. Le tube digestif continuera de se développer et de s’allonger au cours du développement fœtal et pendant les premières années après la naissance (Figure 1).

thumbnail Figure 1.

Développement embryonnaire de l’intestin. A. À 3 semaines de gestation, la gastrulation commence et donne naissance aux trois feuillets embryonnaires : l’ectoderme, le mésoderme et l’endoderme. Les tissus dérivant de chaque feuillet sont présentés dans le tableau. B..L’intestin primitif se développe à partir de l’endoderme et apparaît vers la quatrième semaine de gestation. C. Organogenèse du tube digestif au cours du développement embryonnaire : le tube digestif se développe en s’allongeant progressivement.

Produire des organoïdes intestinaux à partir des cellules souches pluripotentes

Les cellules souches pluripotentes humaines

Les cellules souches pluripotentes sont caractérisées par leur capacité clonale d’auto-renouvèlement et de pluripotence. En d’autres termes, elles ont la capacité de donner l’ensemble des cellules de l’organisme [6] ().

(→) Voir la Nouvelle de L. Coulombel, m/s n° 10, octobre 2009, page 798

Ces propriétés uniques rendent les cellules souches pluripotentes humaines (hPSC) particulièrement intéressantes dans les domaines de la biologie du développement et de l’ingénierie tissulaire [7]. Leur utilisation en recherche a été initiée à la fin des années 1990, avec l’isolement des cellules souches embryonnaires humaines (hESC) à partir du blastocyste [8]. L’utilisation de ces cellules s’est par la suite étendue grâce à la découverte en 2006, de la possibilité de reprogrammer des cellules somatiques en cellules souches à pluripotence induite (iPSC) [9]. Grâce à leur pluripotence, il est possible d’orienter le devenir cellulaire des hPSC en les exposant à des facteurs spécifiques capables d’induire leur différenciation en cellules, organes ou tissus souhaités.

Mimer le développement du tube digestif in vitro

La compréhension des mécanismes impliqués dans le développement intestinal permet dorénavant de les reproduire in vitro en utilisant le potentiel de différenciation des hPSC. Il est désormais possible d’orienter le devenir intestinal par la différenciation dirigée des hPSC grâce à l’utilisation séquentielle de facteurs de croissance qui activent les différentes voies de signalisation impliquées dans le développement du tube digestif. La génération d’un endoderme définitif, feuillet à l’origine de l’épithélium du tube digestif, est ainsi possible par l’activation de la voie Nodal sous l’effet de l’Activine A [10], un mimétique de Nodal appartenant à la superfamille du TGFβ (transforming growth factor β). La formation de cet endoderme définitif est caractérisée, entre autres, par l’expression des facteurs de transcription SOX17 (SRY [sex determining region Y]-Box 17) et FOXA2 (forkhead box A2) par les cellules après leur différenciation. L’endoderme ainsi généré servira ensuite de plateforme pour la production des différentes régions du tube.

Régionalisation des organoïdes du tube digestif

En poursuivant les étapes de différenciation qui suivent la génération d’endoderme définitif, il est possible d’obtenir les différentes régions du tube digestif.

L’œsophage

La production d’organoïdes de l’œsophage (HEO) commence à partir de l’endoderme définitif obtenu, par l’activation puis l’inhibition, séquentiellement, des voies WNT, Notch, BMP (bone morphogenetic protein) et de l’acide rétinoïque (RA) [11,12]. Cette activation conduit à la spécialisation de l’endoderme en intestin primitif antérieur dorsal, le tissu à l’origine de l’œsophage. Les cellules expriment alors le facteur de transcription SOX2 (sans expression de CDX2 [caudal type homeobox 2], marqueur de l’intestin primitif moyen et postérieur), et se différencient ensuite en cellules de l’œsophage. Les HEO obtenus expriment des marqueurs spécifiques de l’œsophage, comme SOX2, la kératine 4 (KRT4) et TP63 (tumor protein P63) et suivent le développement de l’œsophage humain en formant un épithélium stratifié squameux [11,12] (Figure 2).

thumbnail Figure 2.

Différenciation de différents tissus intestinaux in vitro à partir de cellules souches pluripotentes induites (iPSC) ou embryonnaires (hESC). Les cellules sont différenciées en cellules de l’endoderme. Il est possible de générer des organoïdes à l’identité œsophagienne, gastrique, intestinale ou colique en les cultivant avec différents facteurs de différenciation.

L’estomac

La production d’organoïdes gastriques (HGO), caractéristiques du fundus ou de l’antre1, est également possible [13]. Comme pour les organoïdes de l’œsophage, les cellules de l’endoderme sont spécifiées en endoderme définitif antérieur et moyen. Le tissu obtenu sera ensuite postériorisé sous l’effet de RA pour former des sphéroïdes qui expriment les facteurs de transcription SOX2 et HNF1β (hepatocyte nuclear factor-1β). Les régions de l’estomac se distinguent par l’expression de PDX1 (pancreatic and duodenal homeobox 1) qui est exprimé dans l’antre (SOX2+/PDX1+) mais pas dans le fundus (SOX2+/PDX1-) [14,15]. Au stade précoce de culture in vitro (13 jours), l’épithélium des HGO est pseudostratifié. À un stade plus tardif (entre 13 et 34 jours), l’épithélium de l’antre devient cylindrique, simple et organisé sous forme de glandes. Selon la région de l’organoïde, l’épithélium gastrique est composé de cellules à mucus, de cellules endocrines, de cellules G (sécrétant de la gastrine), de cellules pariétales et de cellules principales, sécrétrices de pepsinogène. Les HGO constituent un modèle robuste d’étude du développement et de la fonction de l’estomac en condition physiologique mais aussi dans un contexte d’infection, par exemple par la bactérie Helicobacter pilori [14] (Figure 2).

Intestin grêle et côlon

La génération d’organoïdes intestinaux in vitro à partir de hPSC a été obtenue en 2011 par Spence et al. [16]. Elle est initiée à partir de l’endoderme définitif par l’activation des voies WNT et FGF, et se traduit par la formation de sphéroïdes intestinaux. Après inclusion dans un gel de matrice extracellulaire (Matrigel), les sphéroïdes forment des structures intestinales complexes, les organoïdes intestinaux humains (HIO). Ces HIO se caractérisent par la formation d’une lumière intestinale centrale délimitée par une monocouche épithéliale constituée d’entérocytes et de cellules sécrétrices, dont les cellules de Paneth (impliquées dans la défense vis-à-vis des pathogènes présents dans la lumière intestinale), les cellules caliciformes (ou cellules de Goblet, qui sécrètent le mucus), et les cellules entéroendocrines. Bien que les HIO soient issus de l’endoderme définitif, ils présentent autour de leur épithélium une couche de cellules mésenchymateuses qui sont générées au cours du processus de différenciation. Le tissu obtenu est en fait similaire à un intestin fœtal [17]. Transplanté chez des souris immunodéprimées, il se développera pour former un tissu intestinal similaire à celui de l’intestin grêle humain adulte [18]. L’acquisition de l’identité colique par les organoïdes est également possible. Elle est réalisée par l’activation de la voie BMP afin de dériver les cellules en intestin primitif postérieur, le tissu à l’origine du tissu colique [18]. Le tissu obtenu présente alors une morphologie semblable à celle du côlon humain. Il exprime, entre autres, SATB2 (special AT-rich sequence-binding protein 2), un marqueur distal spécifique. Après xéno-transplantation dans des souris, l’épithélium des organoïdes coliques humains (HCO) s’organise en cryptes similaires à celles du tissu colique humain. On retrouve au niveau de l’épithélium, des cellules à mucus (qui sécrètent la mucine MUC2 spécifique du côlon), des cellules entéroendocrines coliques (qui produisent le GLP1 [glucagon-like peptide 1], le peptide YY [PYY], le préproglucagon [GCG], et l’INSL5 [insulin-like peptide 5], une hormone spécifique du côlon), mais, comme dans le côlon humain, pas de cellules de Paneth [19] (Figure 2).

Ajouter de la complexité aux organoïdes intestinaux

Le système nerveux entérique

Bien qu’il soit possible de produire des régions spécifiques du tube digestif à partir des hPSC, le tissu obtenu ne comporte pas l’ensemble des composants du microenvironnement cellulaire observés dans l’intestin humain. L’un des composants majeurs du tube digestif est le système nerveux entérique (ENS), un réseau neuro-glial qui l’innerve. Les cellules de l’ENS dérivent de la migration des cellules de la crête neurale vagale à partir du tube neural, d’origine ectodermique. Afin de reproduire l’ENS in vitro, les hPSC sont donc tout d’abord différenciées en ectoderme puis en cellules de la crête neurale. Les cellules obtenues sont ensuite postériorisées en activant la voie RA, afin de leur donner une identité vagale [20]. Cultivées avec les sphéroïdes intestinaux, ces cellules vont s’associer au mésenchyme des organoïdes. Ces progéniteurs de l’ENS vont ensuite se différencier et donner des neurones et des cellules gliales. Ce processus permet la mise en place d’un ENS fonctionnel avec la formation de réseaux neuro-gliaux similaires aux plexus myentériques et sous-muqueux retrouvés chez l’homme [20,21]. Après xéno-transplantation, ces organoïdes intestinaux pourvus d’un ENS présentent des réflexes neuromusculaires reproduisant des mouvements similaires à l’activité péristaltique du tube digestif [20]. Les organoïdes intestinaux innervés permettent donc l’étude des interactions entre l’ENS et les populations cellulaires du tube digestif et constituent un nouveau modèle d’étude en neurogastroentérologie [22].

Les cellules immunitaires

L’approche par différenciation dirigée ne permet pas de produire tous les types cellulaires retrouvés dans le tissu intestinal. Les organoïdes gastro-intestinaux ne comportent en effet pas de cellules immunitaires qui ont une origine différente. Il est cependant possible de cultiver des organoïdes intestinaux en présence de ces cellules et une étude récente a montré l’effet positif de cellules lymphoïdes sur la maturation de ces organoïdes. La production d’interleukine 2 (IL-2) par les cellules immunitaires en co-culture induit en effet une augmentation de l’expression, par les organoïdes, des marqueurs de l’épithélium digestif adulte dont des facteurs de transcription (CDX2, SOX9 et ISX [intestine specific homeobox]), des marqueurs spécifiques de types cellulaires (entérocytes, cellules entéroendocrines, cellules de Paneth et caliciformes), et une activité fonctionnelle accrue [23]. Il est ainsi possible d’obtenir des organoïdes intestinaux complexes pouvant associer toutes les interactions du tissu intestinal avec son microenvironnement.

Le microbiote intestinal

Le microbiote est un constituant majeur de l’environnement intestinal. Il est cependant absent des organoïdes produits in vitro. La culture de ces structures étant réalisée en conditions stériles, il n’est pas possible d’introduire un microbiote dans les organoïdes, ce qui les rend équivalent à un intestin fœtal humain qui n’est pas encore colonisé. L’organoïde représente néanmoins un modèle d’interactions hôte-pathogènes intéressant pour étudier l’effet de bactéries sur le développement intestinal ou au cours d’infections entériques [24]. Des bactéries ou des virus peuvent ainsi être micro-injectés dans la lumière des organoïdes. On peut alors évaluer leurs effets sur les fonctions de la barrière épithéliale, comme la perméabilité intestinale [14,25-28]. Hill et al. ont ainsi mis en évidence dans des organoïdes colonisés avec une souche d’Escherichia coli, une augmentation de la production de peptides antimicrobiens, la maturation de la couche de mucus et une augmentation de la fonction de barrière [27]. L’inoculation de Clostridium difficile ou l’injection des toxines A et B de ce pathogène, entraîne également une augmentation de la perméabilité paracellulaire dans les organoïdes intestinaux [28]. L’ajout progressif de ces composants du microenvironnement intestinal permet ainsi de découvrir leurs rôles et leurs fonctions sur la maturation des tissus intestinaux (Figure 3). De nombreux acteurs du microenvironnement intestinal, comme les vaisseaux sanguins, restent néanmoins encore à construire afin de complexifier les organoïdes dérivés des hPSC.

thumbnail Figure 3.

Complexification du modèle organoïde. À partir des cellules souches pluripotentes humaines (hPSC), les organoïdes gastro-intestinaux peuvent être complexifiés par l’ajout de cellules du microenvironnement comme le système nerveux entérique. L’étude des interactions hôte-pathogènes est également possible par micro-injection de bactéries dans le lumen des organoïdes.

Conclusion

Le modèle des organoïdes gastro-intestinaux dérivés des hPSC permet la production in vitro de tissu intestinal, non seulement de manière tissu-spécifique, mais également avec une complexité ajustable. L’ajout modulable d’un certain nombre de composants du microenvironnement (i.e. ENS, système immunitaire et microbiote) favorise l’étude des interactions cellulaires et moléculaires entre les différents éléments du tube digestif. Outre l’étude du développement intestinal, les organoïdes intestinaux offrent de nouvelles applications dans plusieurs domaines. En recherche clinique, ils permettent notamment de modéliser des maladies spécifiques de patients. Les organoïdes peuvent en effet être produits à partir des cellules de patients qui sont reprogrammées (iPSC) mais qui conservent le génotype étudié [29]. Les organoïdes représentent ainsi un modèle intégré pour l’étude de nombreuses pathologies humaines, comme les entéropathies congénitales (e.g. dysplasie épithéliale intestinale, maladie des inclusions microvillositaires), la maladie de Hirschsprung [20], ou encore les cancers colorectaux [30,31]. Ils constituent également un modèle d’interaction hôte-pathogène pertinent pour l’étude des mécanismes d’infection à Clostridium difficile [28] ou Helicobacter pylori [14,32]. Il est aussi possible de modifier génétiquement les organoïdes en corrigeant des mutations grâce à la technologie CRISPR/Cas. Enfin, les organoïdes gastro-intestinaux dérivés des hPSC représentent un intérêt majeur en ingénierie tissulaire et en médecine réparatrice [33] (Figure 4). La combinaison de plusieurs types d’organoïdes (intestinaux, hépatiques, cérébraux, etc.) constitue une piste intéressante pour le développement de ces modèles. En particulier, l’utilisation des techniques de microfabrication et de microfluidique conduisant à la création d’organ-on-chip, permet de reproduire le fonctionnement physiologique d’un tissu ou d’un système entier [34]. L’utilisation des organoïdes dérivés des hPSC offre donc des perspectives prometteuses quant à la compréhension des maladies humaines et la découverte de traitements efficaces.

thumbnail Figure 4.

Applications du modèle organoïde gastro-intestinal. L’utilisation des organoïdes peut répondre à plusieurs problématiques. Les organoïdes reproduisant les conditions physiologiques peuvent être utilisés en recherche fondamentale et en médecine réparatrice. Les organoïdes peuvent également être utilisés pour modéliser et étudier de multiples pathologies. La production de modèles associés aux maladies génétiques permet d’étudier le développement de ces maladies et leur réponse aux traitements. La correction génétique (CRISPR/Cas9) est également envisageable pour rétablir un phénotype normal. hPSC : cellules souches pluripotentes humaines.

Liens d’intérêt

Les auteurs déclarent n’avoir aucun lien d’intérêt concernant les données publiées dans cet article.


1

Correspondent aux parties haute et basse de l’estomac.

Références

  1. Fatehullah A, Tan SH, Barker N. Organoids as an in vitro model of human development and disease. Nat Cell Biol 2016 ; 18 : 246–254. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  2. Picollet-D’hahan N, Dolega ME, Freida D, et al. Deciphering cell intrinsic properties: A key issue for robust organoid production. Trends Biotechnol 2017; 35 : 1035–48. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  3. Thompson CA, DeLaForest A, Battle MA. Patterning the gastrointestinal epithelium to confer regional-specific functions. Dev Biol 2018 ; 435 : 97–108. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  4. Noah TK, Donahue B, Shroyer NF. Intestinal development and differentiation. Exp Cell Res 2011 ; 317 : 2702–2710. [Google Scholar]
  5. Zorn AM, Wells JM. Vertebrate endoderm development and organ formation. Annu Rev. Cell Dev Biol 2009 ; 25 : 221–251. [Google Scholar]
  6. Coulombel L.. Pluripotence : une définition à géométrie variable. Med Sci (Paris) 2009 ; 25 : 798–801. [CrossRef] [EDP Sciences] [PubMed] [Google Scholar]
  7. McCauley HA, Wells JM. Pluripotent stem cell-derived organoids: using principles of developmental biology to grow human tissues in a dish. Development 2017 ; 144 : 958–962. [Google Scholar]
  8. Thomson JA, Itskovitz-Eldor J, Shapiro SS, et al. Embryonic stem cell lines derived from human blastocysts. Science 1998 ; 282 : 1145–1147. [Google Scholar]
  9. Takahashi K, Yamanaka S. Induction of pluripotent stem cells from mouse embryonic and adult fibroblast cultures by defined factors. Cell 2006 ; 126 : 663–676. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  10. D’Amour KA, Agulnick AD, Eliazer S, et al. Efficient differentiation of human embryonic stem cells to definitive endoderm. Nat Biotechnol 2005 ; 23 : 1534–1541. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  11. Trisno SL, Philo KED, McCracken KW, et al. Esophageal organoids from human pluripotent stem cells delineate Sox2 functions during esophageal specification. Cell Stem Cell 2018 ; 23 : 501–515.e7. [Google Scholar]
  12. Zhang Y, Yang Y, Jiang M, et al. 3D Modeling of esophageal development using human PSC-derived basal progenitors reveals a critical role for Notch signaling. Cell Stem Cell 2018 ; 23 : 516–529.e5. [Google Scholar]
  13. Broda TR, McCracken KW, Wells JM. Generation of human antral and fundic gastric organoids from pluripotent stem cells. Nat Protoc 2019 ; 14 : 28–50. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  14. McCracken KW, Catá EM, Crawford CM, et al. Modelling human development and disease in pluripotent stem-cell-derived gastric organoids. Nature 2014 ; 516 : 400–404. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  15. McCracken KW, Aihara E, Martin B, et al. Wnt/β-catenin promotes gastric fundus specification in mice and humans. Nature 2017 ; 541 : 182–187. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  16. Spence JR, Mayhew CN, Rankin SA, et al. Directed differentiation of human pluripotent stem cells into intestinal tissue in vitro. Nature 2011 ; 470 : 105–109. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  17. Finkbeiner SR, Hill DR, Altheim CH, et al. Transcriptome-wide analysis reveals hallmarks of human intestine development and maturation in vitro and in vivo. Stem Cell Reports 2015 ; 4 : 1140–1155. [Google Scholar]
  18. Watson CL, Mahe MM, Munera J, et al. An in vivo model of human small intestine using pluripotent stem cells. Nat Med 2014 ; 20 : 1310–1314. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  19. Múnera JO, Sundaram N, Rankin SA, et al. Differentiation of human pluripotent stem cells into colonic organoids via transient activation of BMP signaling. Cell Stem Cell 2017 ; 21 : 51–64.e6. [Google Scholar]
  20. Workman MJ, Mahe MM, Trisno S, et al. Engineered human pluripotent-stem-cell-derived intestinal tissues with a functional enteric nervous system. Nat Med 2017 ; 23 : 49–59. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  21. Schlieve CR, Fowler KL, Thornton M, et al. Neural crest cell implantation restores enteric nervous system function and alters the gastrointestinal transcriptome in human tissue-engineered small intestine. Stem Cell Reports 2017 ; 9 : 883–896. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  22. Mahe MM. Engineering a second brain in a dish. Brain Res 2018 ; 1693 : 165–168. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  23. Jung KB, Lee H, Son YS, et al. Interleukin-2 induces the in vitro maturation of human pluripotent stem cell-derived intestinal organoids. Nat Commun 2018 ; 9 : 3039. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  24. Hill DR, Spence JR. Gastrointestinal organoids: understanding the molecular basis of the host-microbe interface. Cell Mol Gastroenterol Hepatol 2017 ; 3 : 138–149. [Google Scholar]
  25. Karve SS, Pradhan S, Ward DV, et al. Intestinal organoids model human responses to infection by commensal and Shiga toxin producing Escherichia coli. PLoS One 2017 ; 12 : e0178966. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  26. Holokai L, Chakrabarti J, Broda T, et al. Increased programmed death-ligand 1 is an early epithelial cell response to Helicobacter pylori infection. PLoS Pathog. 2019 ; 15 : e1007468. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  27. Hill DR, Huang S, Nagy MS, et al. Bacterial colonization stimulates a complex physiological response in the immature human intestinal epithelium. eLife 2017; 6. [Google Scholar]
  28. Leslie JL, Huang S, Opp JS, et al. Persistence and toxin production by Clostridium difficile within human intestinal organoids result in disruption of epithelial paracellular barrier function. Infect Immun 2015 ; 83 : 138–145. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  29. Finkbeiner SR, Spence JR. A gutsy task: generating intestinal tissue from human pluripotent stem cells. Dig Dis Sci 2013 ; 58 : 1176–1184. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  30. Crespo M, Vilar E, Tsai SY, et al. Colonic organoids derived from human pluripotent stem cells for modeling colorectal cancer and drug testing. Nat Med 2017 ; 23 : 878–884. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  31. Sommer CA, Capilla A, Molina-Estevez FJ, et al. Modeling APC mutagenesis and familial adenomatous polyposis using human iPS cells. PLoS One 2018 ; 13 : e0200657. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  32. Bertaux-Skeirik N, Feng R, Schumacher MA, et al. CD44 plays a functional role in Helicobacter pylori-induced epithelial cell proliferation. PLoS Pathog 2015 ; 11 : e1004663. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  33. Nakamura T, Sato T. Advancing intestinal organoid technology toward regenerative medicine. Cell Mol Gastroenterol Hepatol 2018 ; 5 : 51–60. [Google Scholar]
  34. Ingber DE. Developmentally inspired human organs on chips. Development 2018; 145. pii: dev156125. [Google Scholar]

Liste des figures

thumbnail Figure 1.

Développement embryonnaire de l’intestin. A. À 3 semaines de gestation, la gastrulation commence et donne naissance aux trois feuillets embryonnaires : l’ectoderme, le mésoderme et l’endoderme. Les tissus dérivant de chaque feuillet sont présentés dans le tableau. B..L’intestin primitif se développe à partir de l’endoderme et apparaît vers la quatrième semaine de gestation. C. Organogenèse du tube digestif au cours du développement embryonnaire : le tube digestif se développe en s’allongeant progressivement.

Dans le texte
thumbnail Figure 2.

Différenciation de différents tissus intestinaux in vitro à partir de cellules souches pluripotentes induites (iPSC) ou embryonnaires (hESC). Les cellules sont différenciées en cellules de l’endoderme. Il est possible de générer des organoïdes à l’identité œsophagienne, gastrique, intestinale ou colique en les cultivant avec différents facteurs de différenciation.

Dans le texte
thumbnail Figure 3.

Complexification du modèle organoïde. À partir des cellules souches pluripotentes humaines (hPSC), les organoïdes gastro-intestinaux peuvent être complexifiés par l’ajout de cellules du microenvironnement comme le système nerveux entérique. L’étude des interactions hôte-pathogènes est également possible par micro-injection de bactéries dans le lumen des organoïdes.

Dans le texte
thumbnail Figure 4.

Applications du modèle organoïde gastro-intestinal. L’utilisation des organoïdes peut répondre à plusieurs problématiques. Les organoïdes reproduisant les conditions physiologiques peuvent être utilisés en recherche fondamentale et en médecine réparatrice. Les organoïdes peuvent également être utilisés pour modéliser et étudier de multiples pathologies. La production de modèles associés aux maladies génétiques permet d’étudier le développement de ces maladies et leur réponse aux traitements. La correction génétique (CRISPR/Cas9) est également envisageable pour rétablir un phénotype normal. hPSC : cellules souches pluripotentes humaines.

Dans le texte

Current usage metrics show cumulative count of Article Views (full-text article views including HTML views, PDF and ePub downloads, according to the available data) and Abstracts Views on Vision4Press platform.

Data correspond to usage on the plateform after 2015. The current usage metrics is available 48-96 hours after online publication and is updated daily on week days.

Initial download of the metrics may take a while.