Open Access
Issue
Med Sci (Paris)
Volume 35, Number 3, Mars 2019
Page(s) 232 - 235
Section M/S Revues
DOI https://doi.org/10.1051/medsci/2019037
Published online 01 April 2019

© 2019 médecine/sciences – Inserm

Licence Creative Commons
Article publié sous les conditions définies par la licence Creative Commons Attribution License CC-BY (http://creativecommons.org/licenses/by/4.0), qui autorise sans restrictions l'utilisation, la diffusion, et la reproduction sur quelque support que ce soit, sous réserve de citation correcte de la publication originale.

Vignette (Photo © Inserm – Nabila Jabrane-Ferrat).

Quand Ion Gresser et ses collaborateurs ont rapporté leurs expériences d’un effet toxique de l’interféron de type 1 chez des souriceaux nouveau-nés, la communauté scientifique, à l’époque, n’a pas mesuré cette découverte à sa juste valeur et parfois même, certains n’ont voulu y voir qu’un artéfact. Il est vrai aussi qu’alors il était difficile d’extrapoler ces résultats à l’homme. Par la suite, plusieurs découvertes en médecine confirmeront ces données pionnières expérimentales. C’est ce que nous présentons dans cette brève revue.

L’interféron est le premier antiviral biologique découvert. Son rôle dans la défense antivirale de l’hôte a été précisé en 1960 [1, 2]. Il est aussi à la base d’une résistance génétique à une infection virale. Jean-Louis Virelizier et Ion Gresser [3] montrèrent en effet, en 1978, que l’injection d’anticorps neutralisant l’interféron endogène supprimait la résistance innée à l’infection par le virus de l’hépatite murine de souris C3H et A/J. En utilisant ces mêmes anticorps, Otto Haller et al. [4] confirmèrent ces données en rendant sensibles des souris génétiquement résistantes à une infection grippale létale. La preuve moléculaire du rôle de l’interféron dans la résistance à l’infection fut ensuite apportée par deux types d’analyses : l’une, par Uwe Müller et al. [5], avec l’obtention de souris privées de récepteur de l’interféron de type 1 ou de ses molécules de signalisation, devenues sensibles à des virus non pathogènes pour la souche parentale ; l’autre, par l’étude par Jean-Laurent Casanova et al. [6] de malades porteurs d’immunodéficience génétique. L’identification, en 2003, d’un déficit complet du facteur STAT1 (signal transducer and activator of transcription 1), puis des mutations des gènes IFNAR (interferon alpha and beta receptor subunit) 1 et 2, STAT2, IRF9 (interferon regulatory factor 9) a été associée à des pathologies humaines virales sévères, suggérant que chacun de ces éléments était nécessaire à la réponse antivirale impliquant l’interféron [7-9]. Les rôles spécifiques des sous-types d’interféron (IFN) de type 1 (alpha et bêta) n’ont cependant pas été caractérisés : leurs effets paraissent redondants, bien que leur génétique évolutive suggère qu’ils pourraient avoir des spécificités biologiques [12]. À l’opposé, l’IFN-lambda, un interféron de type 3 qui utilise un récepteur différent, est apparemment spécialisé dans la défense des épithéliums, et l’IFN-gamma, un interféron de type 2, qui est davantage un facteur activateur des macrophages (MAF) qu’un interféron, a une structure, un récepteur et un spectre d’activité différents [10,11].

À partir des années 1980, Ion Gresser et al. montrèrent, paradoxalement, que l’interféron de type 1 pouvait présenter un effet délétère chez différentes souches de souriceaux lorsqu’il était administré à fortes doses [13]. En particulier, après injection d’un interféron hautement purifié, les souriceaux nouveau-nés développent un syndrome caractérisé par un arrêt de croissance, une nécrose du foie et la mort, entre une à deux semaines de vie [14]. Les animaux semblent cependant pouvoir récupérer et reprendre du poids si le traitement est suspendu à une semaine de vie ; ils finissent cependant par mourir d’une glomérulonéphrite [15]. Chez les souriceaux de souche A2G1, le traitement par interféron induit aussi une nécrose hépatique. Après l’arrêt du traitement, ils présentent des kystes pulmonaires sans atteinte rénale associée [16]. Chez le rat nouveau-né, l’injection d’IFN de type 1 induit un retard de croissance et de maturation de différents organes et, par la suite, une néphropathie. L’interféron peut donc présenter de multiples effets chez les rongeurs qui se révèlent plusieurs mois après l’exposition néonatale ; les pathologies que l’on observe dépendent du fond génétique des animaux.

Afin d’explorer la pertinence de ces observations dans des conditions plus proches de la physiologie, Ion Gresser et ses collaborateurs ont réalisé des expériences sur des souriceaux en injectant le virus de la chorio-méningite lymphocytaire (LCMV), créant ainsi un syndrome similaire à celui que l’on observe après traitement par de l’interféron, et une néphropathie progressive qui est létale [17]. Cette infection se révèle d’autant plus sévère que les taux d’interféron endogène dans le sang des animaux sont plus élevés et qu’ils persistent plus longtemps [18] ; l’inoculation du virus en présence de quantités importantes d’anticorps anti-interféron entraîne dans le sérum des animaux des titres viraux 100 fois plus élevés que ceux observés chez les souris non traitées par les immunoglobulines spécifiques. Étonnamment, l’inoculation des souriceaux avec des IgG anti-IFN avant l’infection prévient les manifestations précoces de la maladie LCMV ainsi que l’apparition de la glomérulonéphrite [19, 20]. Ces anticorps empêchent également la nécrose hépatique qui est induite par le virus Pichinde, un autre arénavirus. L’âge des animaux semble déterminant dans l’effet toxique que l’on observe après traitement par l’interféron : l’interféron protège en effet les souris plus âgées contre de nombreux virus et les anticorps anti-IFN exacerbent les manifestations virales [21].

À la même époque, l’existence d’une activité de type interféron a été montrée par Pierre Lebon et al. dans les liquides amniotiques [22], et dans les placentas par Paulette Goiran [23], en dehors de tout contexte infectieux. Cet interféron est produit à l’interface fœto-placentaire. Il n’est pas retrouvé dans le sérum des fœtus de femmes indemnes d’infection virale. En revanche, un interféron alpha acide labile est retrouvé dans le sang de fœtus infectés par le virus de la rubéole, au moins dès la 20e semaine de grossesse [25] ; ce qui pose la question de son rôle dans la formation de fœto-embryopathie, comme le suggèrent les travaux de l’équipe de Ion Gresser. D’autres fœtopathies humaines, telles que celles à CMV (cytomégalovirus), à LCMV [26], à Parvovirus B19 et à Entérovirus [27] sont aussi associées à la présence d’interféron circulant, dont l’origine fœtale peut être attestée par son absence du sang maternel. À noter que l’interféron alpha, injecté à des fins thérapeutiques à des femmes infectées par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH), ne franchit pas la barrière placentaire [24]. L’hypothèse d’une stimulation des voies de la signalisation de l’interféron à l’origine de ces maladies congénitale sera confirmée quatre ans plus tard, lorsque Lebon et al. [29] rapportent la présence d’une activité interféron alpha dans le sérum et le liquide céphalo-rachidien (LCR) d’enfants atteints d’une encéphalopathie rare d’origine génétique [28-30]. Cette activité interféron a été retrouvée dans le sang fœtal, au moins dès le 29e semaine de grossesse. Elle persiste pendant plusieurs années [31]. Cette pathologie héréditaire qui implique l’activation de l’interféron et, par suite, la participation des gènes qu’il induit, a été nommée syndrome d’Aicardi-Goutières (AGS) [28].

Des essais thérapeutiques fondés sur l’utilisation d’interféron alpha recombinant ont révélé une neurotoxicité de la molécule chez un certain nombre de patients. Une confusion mentale, une spasticité et l’apparition d’un lupus érythémateux disséminé ou de phénotypes auto-immuns ont en effet été rapportées [32, 33]. Le potentiel neurotoxique de l’interféron a été confirmé [34] dans un modèle de souris transgéniques surexprimant l’interféron alpha dans les astrocytes et présentant les signes neuropathologiques du syndrome d’Aicardi-Goutières.

En 2006, l’identification par Yanick Crow et al. [35] de gènes impliqués dans le syndrome AGS ont révélé la valeur des études pionnières que nous avons évoquées. Ce syndrome peut être considéré comme une réplique mendélienne d’une infection congénitale. Il est dû à un dysfonctionnement de gènes impliqués dans le métabolisme des acides nucléiques (TREX1 [3-prime repair exonuclease 1], le complexe RNASEH2, SAMHD1 [SAM and HD domain-containing deoxynucleoside triphosphate triphosphohydrolase 1], ADAR1 [adenosine deaminase, RNA specific]), ou dans leur reconnaissance (MDA5 [melanoma differentiation-associated gene 5]) [35]. De telles déficiences entraînent la reconnaissance d’acides nucléiques endogènes en tant qu’acides nucléiques viraux étrangers et conduit donc à l’induction d’une réponse de type interféron erronée. Ces observations qui ont été confirmées par des expérimentations réalisées in vitro et sur des animaux ont conduit l’équipe de Crow, en 2011, à l’élaboration du concept d’interféronopathie pour un ensemble de maladies mendéliennes pour lesquelles l’augmentation de la signalisation de l’interféron était responsable de la pathogénie [35].

Parmi les maladies pour lesquelles une origine impliquant l’interféron serait importante, le lupus érythémateux aigu disséminé a été la première à être associée, chez l’homme, à une sécrétion d’interféron de type 1, en dehors de toute infection [36-40]. À noter que certains variants des gènes impliqués dans l’AGS ont été associés à quelques formes de lupus, suggérant un lien entre ces deux maladies [41-45].

Notre recherche a été centrée sur l’interféron de type 1. Néanmoins, il ne faut pas oublier l’importance de l’interféron de type 3 dont l’induction résulte de la stimulation des cellules par les acides nucléiques viraux, et dont les gènes qu’il active sont proches de ceux induits par l’interféron de type 1. Induit par un mécanisme différent, l’interféron de type 2 (l’IFN-gamma) stimule aussi des gènes qui recoupent, pour partie, ceux des IFN de types 1 et 3. Les signaux induits par les interférons de types 2 et 3 pourraient en effet avoir des conséquences dommageables sur les cellules et l’organisme. L’interféron de type 3, qui agit préférentiellement sur les cellules épithéliales, pourrait être responsable des troubles digestifs que l’on observe parfois dans l’AGS. L’interféron gamma pourrait avoir un effet préjudiciable au cours de la lymphohistiocytose hémophagocytaire héréditaire, même si sa présence ne serait en fait que le résultat d’un conflit immunologique et non le primum movens.

Ces pathologies liées à l’interféron suscitent de nombreuses questions, dont celle de l’origine des acides nucléiques cellulaires qui initieraient sa production. Il pourrait s’agir d’une interaction de cellules productrices d’IFN avec des produits de dégradation d’ADN de l’individu. On peut aussi penser à des produits issus d’ARN et/ou de complexes ADN/ARN qui auraient pour origine des éléments rétroviraux endogènes.

Les découvertes que nous avons évoquées ont conduit à une réflexion sur les traitements des interféronopathies, soit par le blocage des voies de signalisation de l’IFN, par des inhibiteurs des Janus kinases (JAK), soit par des inhibiteurs de la transcription de rétrovirus endogènes potentiellement impliqués. Les premiers essais de ces stratégies ont donné des résultats encourageants pour l’amélioration de certains syndromes associés aux effets de l’interféron [46, 47].

Des aspects négatifs de la réponse de l’hôte, reposant sur une réponse impliquant l’interféron, ont été encore récemment observés dans un modèle murin d’infection congénitale par le virus Zika [48-50].

Conclusion

Il est remarquable, du point de vue de l’épistémologie, que des travaux réalisés en utilisant une expérimentation animale aient permis de tisser un fil conducteur logique avec des observations de biologie fondamentale, des descriptions cliniques et des études génétiques, permettant ainsi la compréhension de la physiopathologie de nouvelles maladies. Nous rapportons ici certaines données des années 1980 qui éclairent la compréhension de ces maladies pour lesquelles un excès d’interféron est source de troubles comme l’inhibition de la croissance du fœtus et des nourrissons, à l’origine de graves encéphalopathies et, à l’inverse, lorsque sa production fait défaut chez l’hôte, l’induction d’une sensibilité à de sévères maladies infectieuses.

Liens d’intérêt

Les auteurs déclarent n’avoir aucun lien d’intérêt concernant les données publiées dans cet article.


1

Les souris AG2 sont naturellement résistantes à plusieurs infections virales dont le virus de la grippe, en raison de l’expression du gène Mx1 qui code une protéine nucléaire induite par l’IFN.

Références

  1. Isaacs A, Lindenmann J. Virus interference. I. The interferon. Proc R Soc Lond B Biol Sci 1957 ; 147 : 258–267. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  2. Isaacs A, Hitchchok G. Role of interferon in recovery from virus infections. Lancet 1960 ; 2 : 69–71. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  3. Virelizier JL, Gresser I. Role of interferon in the pathogenesis of viral diseases of mice as demonstrated by the use of anti-interferon serum. V. Protective role in mouse hepatitis virus type 3 infection of susceptible and resistant strains of mice. J Immunol 1978 ; 120 : 1616–1619. [PubMed] [Google Scholar]
  4. Haller O, Arnheiter H, Gresser I, Lindenmann J. Genetically determined, interferon-dependent resistance to influenza virus in mice. J Exp Med 1979 ; 149 : 601–612. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  5. Müller U, Steinhoff U, Reis LF, et al. Functional role of type I and type II interferons in antiviral defense. Science 1994 ; 264 : 1918–1921. [Google Scholar]
  6. Durbin JE, Hackenmiller R, Simon MC, Levy DE. Targeted disruption of the mouse Stat1 gene results in compromised innate immunity to viral disease. Cell 1996 ; 84 : 443–450. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  7. Meraz MA, White JM, Sheehan KC, et al. Targeted disruption of the Stat1 gene in mice reveals unexpected physiologic specificity in the JAK-STAT signaling pathway. Cell 1996 ; 84 : 431–442. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  8. Dupuis S, Jouanguy E, Al-Hajjar S, et al. Impaired response to interferon-alpha/beta and lethal viral disease in human STAT1 deficiency. Nat Genet 2003 ; 33 : 388–391. [Google Scholar]
  9. Casanova JL. Severe infectious diseases of childhood as monogenic inborn errors of immunity. Proc Natl Acad Sci USA 2015 ; 112 : E7128–E7137. [Google Scholar]
  10. Kotenko SV, Gallagher G, Baurin VV, et al. IFN-lambdas mediate antiviral protection through a distinct class II cytokine receptor complex. Nat Immunol 2003 ; 4 : 69–77. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  11. Nathan CF, Murray HW, Wiebe ME, Rubin BY. Identification of interferon-gamma as the lymphokine that activates human macrophage oxidative metabolism and antimicrobial activity. J Exp Med 1983 ; 158 : 670–689. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  12. Manry J, Laval G, Patin E, et al. Evolutionary genetic dissection of human interferons. J Exp Med 2011 ; 208 : 2747–2759. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  13. Gresser I, Morel-Maroger L, Rivière Y, et al. Interferon induced disease in mice and rats. Annals NY Acad Sci 1980 ; 350 : 12–20. [CrossRef] [Google Scholar]
  14. Gresser I, Tovey M, Maury C, Chouroulinkov I. Lethality of interferon preparations for new-born mice. Nature 1975 ; 258 : 76–78. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  15. Gresser I, Morel-Maroger L, Maury C, et al. Progressive glomerulonephritis in mice treated with interferon preparations at birth. Nature 1976 ; 263 : 420–422. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  16. Woodrow D, Moss J, Gresser I. Interferon induces pulmonary cysts in A2G mice. Proc Natl Acad Sci USA 1984 ; 81 : 7937–7940. [CrossRef] [Google Scholar]
  17. Rivière Y, Gresser I, Guillon JC, et al. Severity of LCM virus disease in different strains of suckling mice correlates with increasing amounts of endogenous interferon. J Exp Med 1980 ; 152 : 633–640. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  18. Woodrow D, Ronco P, Rivière Y, et al. Severity of glomerulonephritis induced in different strains of suckling mice by infection with lymphocytic choriomeningitis virus: correlation with amounts of endogenous interferon and circulating immune complexes. J Pathol 1982 ; 138 : 325–336. [Google Scholar]
  19. Rivière Y, Gresser I, Guillon JC, Tovey MG. Inhibition by anti-interferon serum of lymphocytic choriomeningitis virus disease in suckling mice. Proc Natl Acad Sci USA 1977 ; 74 : 2135–2139. [CrossRef] [Google Scholar]
  20. Gresser I, Morel-Maroger L, Verroust P, et al. Anti-interferon globulin inhibits the development of glomerulonephritis in mice infected at birth with lymphocytic choriomeningitis virus. Proc Natl Acad Sci USA 1978 ; 75 : 3413–3416. [CrossRef] [Google Scholar]
  21. Fauconnier B.. Effect of an anti-interferon serum on experimental viral pathogenicity in vivo. Pathol Biol (Paris) 1971 ; 19 : 575–578. [PubMed] [Google Scholar]
  22. Lebon P, Girard S, Thépot F, Chany C. The presence of alpha-interferon in human amniotic fluid. J Gen Virol 1982 ; 59 : 393–396. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  23. Duc-Goiran P, Lebon P, Chany C. Measurement of interferon in human amniotic fluid and placental blood extract. Methods Enzymol 1986 ; 119 : 541–551. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  24. Pons JC, Lebon P, Frydman R, Delfraissy JF. Pharmacokinetics of interferon-alpha in pregnant women and fetoplacental passage. Fetal Diagn Ther 1995 ; 10 : 7–10. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  25. Lebon P, Daffos F, Checoury A, et al. Presence of an acid-labile alpha-interferon in sera from fetuses and children with congenital rubella. J Clin Microbiol 1985 ; 21 : 775–778. [Google Scholar]
  26. Meritet JF, Krivine A, Lewin F, et al. A case of congenital lymphocytic choriomeningitis virus (LCMV) infection revealed by hydrops fetalis. Prenat Diagn 2009 ; 29 : 626–627. [Google Scholar]
  27. Dommergues M, Petitjean J, Aubry MC, et al. Fetal enteroviral infection with cerebral ventriculomegaly and cardiomyopathy. Fetal Diagn Ther 1994 ; 9 : 77–78. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  28. Aicardi J, Goutieres FA. progressive familial encephalopathy in infancy with calcifications of the basal ganglia and chronic cerebrospinal fluid lymphocytosis. Ann Neurol 1984 ; 15 : 49–54. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  29. Lebon P, Badoual J, Ponsot G, et al. Intrathecal synthesis of interferon-alpha in infants with progressive familial encephalopathy. J Neurol Sci 1988 ; 84 : 201–208. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  30. Goutières F, Aicardi J, Barth PG, Lebon P. Aicardi-Goutières syndrome: an update and results of interferon-alpha studies. Ann Neurol 1998 ; 44 : 900–907. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  31. Desanges C, Lebon P, Bauman C, et al. Elevated interferon-alpha in fetal blood in the prenatal diagnosis of Aicardi-Goutières syndrome. Fetal Diagn Ther 2006 ; 21 : 153–155. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  32. Honigsberger L, Fielding JW, Priestman TJ. Neurological effects of recombinant human interferon. Br Med J 1983 ; 286 : 719. [Google Scholar]
  33. Smedley H, Katrak M, Sikora K, Wheeler T. Neurological effects of recombinant human interferon. Br Med J 1983 ; 286 : 262–264. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  34. Campbell IL, Krucker T, Steffensen S, et al. Structural and functional neuropathology in transgenic mice with CNS expression of IFN-alpha. Brain Res 1999 ; 835 : 46–61. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  35. Crow YJ. Type I interferonopathies a novel set of inborn errors of immunity. Ann NY Acad Sci 2011 ; 1238 : 91–98. [CrossRef] [Google Scholar]
  36. Skurkovich SV, Eremkina EI. The probable role of interferon in allergy. Ann Allergy 1975 ; 35 : 356–360. [PubMed] [Google Scholar]
  37. Hooks JJ, Moutsopoulos HM, Geis SA, et al. Immune interferon in the circulation of patients with autoimmune disease. N Engl J Med 1979 ; 301 : 5–8. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  38. Preble OT, Black RJ, Friedman RM, et al. Systemic lupuserythematosus: presence in human serum of an unusual acid-labile leukocyte interferon. Science 1982 ; 216 : 429–431. [Google Scholar]
  39. Rich SA. Human lupus inclusions and interferon. Science 1981 ; 213 : 772–775. [Google Scholar]
  40. Lebon P, Lenoir GR, Fischer A, Lagrue A. Synthesis of intrathecal interferon in systemic lupus erythematosus with neurological complications. Br Med J 1983 ; 287 : 1165–1167. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  41. Baechler EC, Batliwalla FM, Karypis G, et al. Interferon-inducible gene expression signature in peripheral blood cells of patients with severe lupus. Proc Natl Acad Sci USA 2003 ; 100 : 2610–2615. [CrossRef] [Google Scholar]
  42. Lee-Kirsch MA, Gong M, Chowdhury D, et al. Mutations in the gene encoding the 3’-5’ DNA exonuclease TREX1 are associated with systemic lupus erythematosus. Nat Genet 2007 ; 39 : 1065–1067. [Google Scholar]
  43. An J, Briggs TA, Dumax-Vorzet A, Alarcón-Riquelme ME, et al. Tartrate-resistant acid phosphatase deficiency in the predisposition to systemic lupus erythematosus. Arthritis Rheumatol 2017 ; 69 : 131–142. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  44. De Laet C, Goyens P, Christophe C, et al. Phenotypic overlap between infantile systemic lupus erythematosus and Aicardi-Goutières syndrome. Neuropediatrics 2005 ; 36 : 399–402. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  45. Briggs TA, Rice GI, Daly S, et al. Tartrate-resistant acid phosphatase deficiency causes a bone dysplasia with autoimmunity and a type I interferon expression signature. Nat Genet 2011 ; 43 : 127–131. [Google Scholar]
  46. Briand C, Frémond ML, Bessis D, et al. Efficacy of JAK1/2 inhibition in thetreatment of chilblain lupus due to TREX1 deficiency. Ann Rheum Dis 2018 Oct 3. pii: annrheumdis-2018-214037. doi: 10.1136/annrheumdis-2018-214037. [Google Scholar]
  47. Rice GI, Meyzer C, Bouazza N, et al. Reverse transcriptase inhibitors in Aicardi-Goutières syndrome. N Engl J Med 2018 ; 379 : 2275–2277. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  48. Yockey LJ, Jurado KA, Arora N, et al. Type I interferons instigate fetal demise after Zika virus infection. Sci Immunol 2018; 3. pii: eaao1680. doi: 10.1126/sciimmunol.aao1680. [Google Scholar]
  49. Szaba FM, Tighe M, Kummer LW, et al. Zika virus infection in immunocompetent pregnant mice causes fetal damage and placental pathology in the absence of fetal infection. PLoS Pathog 2018 ; 14 : e1006994. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]
  50. Casazza RL, Lazear HM. Antiviral immunity backfires: Pathogenic effects of type I interferon signaling in fetal development. Sci Immunol 2018; 3. pii: eaar3446. doi: 10.1126/sciimmunol.aar3446. [Google Scholar]

Current usage metrics show cumulative count of Article Views (full-text article views including HTML views, PDF and ePub downloads, according to the available data) and Abstracts Views on Vision4Press platform.

Data correspond to usage on the plateform after 2015. The current usage metrics is available 48-96 hours after online publication and is updated daily on week days.

Initial download of the metrics may take a while.