Accès gratuit
Numéro
Med Sci (Paris)
Volume 29, Numéro 11, Novembre 2013
Page(s) 946 - 948
Section Nouvelles
DOI https://doi.org/10.1051/medsci/20132911005
Publié en ligne 20 novembre 2013

Hématopoïèse aortique : généralités

Chez les embryons de vertébrés, l’aorte est reconnue comme un site majeur d’émergence des cellules souches hématopoïétiques fondatrices du système hématopoïétique adulte [1]. La production hématopoïétique aortique, très conservée chez les vertébrés, est caractérisée par l’apparition de petits bourgeonnements cellulaires qui prennent naissance à partir de l’endothélium du plancher de l’aorte, et qui seront libérés dans la lumière du vaisseau avant d’aller coloniser les organes hématopoïétiques définitifs. L’origine endothéliale de ces bourgeonnements a été clairement démontrée dans différents modèles animaux à l’aide de techniques de traçage cellulaire de l’endothélium et de ses dérivés [24], ainsi que par des approches directes de vidéo-cinématographie, soulignant le caractère fortement conservé de cette production [57,12]. La formation de ces bourgeonnements passe par la perte progressive des marqueurs endothéliaux et l’acquisition des marqueurs hématopoïétiques. Si les modalités cellulaires de cette émergence hématopoïétique commencent à être comprises, son contrôle moléculaire reste plus énigmatique, et plus particulièrement comment le programme hématopoïétique est induit dans l’endothélium et comment est contrôlée l’expression du facteur de transcription runx1, gène clé de la transition endothélio-hématopoïétique.

Dynamique de l’expression de runx1 dans l’hématopoïèse aortique

Afin de répondre à cette question nous avons analysé l’expression des facteurs de transcription runx1, c-myb et pu-1, respectivement partenaire et cible de runx1, par hybridation in situ sur des coupes d’embryon de poulet à différents stades de la formation de l’aorte. L’embryon de poulet est un modèle intéressant car son développement procède de manière antéro-postérieure, ce qui permet d’isoler des étapes individualisées dans la formation de l’hématopoïèse aortique. De manière inattendue, runx1 et ses partenaires ne sont pas exprimés au cours des premiers stades de formation de l’aorte (Figure 1A) mais apparaissent secondairement selon un schéma spatio-temporel strict. L’expression de runx1, suivie quelques heures plus tard par celles de pu-1 et myb, apparaît tout d’abord latéralement dans l’endothélium aortique, au stade aortes paires, et ce une journée avant l’apparition de petits bourgeonnements hématopoïétiques appelés clusters aortiques (Figure 1B), puis elle s’étend en direction médiane jusqu’à occuper tout le plancher de l’aorte (Figure 1C, D, E).

thumbnail Figure 1.

Schéma expérimental de la mise en évidence du rôle du mésenchyme sous-aortique dans l’hématopoïèse analysé chez l’oiseau. Le côté contrôle est à gauche (blanc), le côté opéré, à droite (gris foncé). A. L’embryon repose à plat sur le jaune, les aortes sont paires, l’expression de runx1 est absente, le mésoderme splanchnopleural est éloigné de l’aorte. A’. La flèche indique le tracé de la coupe qui va séparer le corps de l’embryon de la lame latérale. B.  L’embryon commence à se soulever. Le mésoderme splanchnopleural vient au contact de la partie latérale de l’aorte. Suite à ce contact, les cellules endothéliales commencent à exprimer runx1. B’. La lame latérale ne peut pas entrer en contact avec l’aorte. L’expression de runx1 n’est pas induite. C.  Le mésenchyme sous aortique est en train de se former (rayures violettes). L’expression de runx1 s‘étend ventralement. C’. Aucune expression de runx1 n’est visible du côté opéré. L’endothélium continue d’exprimer les transcrits VE-cadhérine et Delta-like4 attestant du maintien de l’identité artérielle. D.  L’endothélium exprimant runx1 commence à s’épaissir et à exprimer des gènes hématopoïétiques (c-myb, pu-1, CD41). D’.  Aucun changement du côté opéré. E.  L’hématopoïèse se poursuit par l’apparition des bourgeonnements intra-aortiques qui expriment runx1, CD41 et CD45. E’. Le côté opéré ne montre aucun signe d’hématopoïèse. Ao : aorte ; Co : coelome ; Dm : dermomyotome ; E: ectoderme ; En : endoderme ; N : notochorde ; S: somite ; Sc : sclérotome ; PI : pièce intermédiaire ; So : mésoderme somatopleural ; Sp : mésoderme splanchnopleural ; TD : tube digestif ; TN : tube nerveux ; VC : veine cardinale.

thumbnail Figure 2.

Transitions cellulaires et moléculaires au cours du passage de la cellule endothéliale hématogène vers la cellule hématopoïétique telles qu‘analysées chez l’oiseau et la souris. Le modèle présenté ici résume nos observations concernant l’initiation de l’expression de runx1 et la modulation de la voie Notch dans le contexte de l’endothélium aortique. Nos analyses suggèrent que la transition cellule endothéliale-cellule hématopoïétique est caractérisée par au moins quatre stades cellulaires et moléculaires distincts :(1) stade avant l’expression de runx1. Les cellules sont engagées vers la voie hémogénique, mais runx1 n’est pas encore présent. Les cellules expriment les molécules VE-cadhérine, Dll4, Hes1 [hairy enhancer of split] - une cible de la voie Notch -, Jag1. (2) Initiation de l’expression de runx1. Le contact entre le mésoderme splanchnopleural et les cellules endothéliales de l’aorte déclenche l’expression de runx1 provoquant la diminution concomitante de plusieurs acteurs de la voie Notch (Dll4, Jag1, Hes1) ainsi que celle de la VE-cadhérine. (3) Stade endothélium épaissi. L’expression de runx1 se renforce alors que celle les acteurs de la voie Notch diminue (Dll4, Hes1) voire s’éteint (Jag1). L’expression de VE-cadhérine est fortement diminuée alors que celle de CD45 est augmentée. (4) Stade clusters hématopoïétiques. L’expression de runx1 et de CD45 se renforce. L’expression des différents acteurs de la voie Notch continue de chuter (Dll4, Hes1) ou a disparu (Jag1).

Cette dynamique d’expression de runx1 dans l’endothélium suit l’installation du mésenchyme sous aortique (Figure 1). À l’aide d’une technique de traçage cellulaire utilisant des « tatouages » de petits groupes de cellules par des cristaux de carbocyanine DiI, nous avons pu établir que ce mésenchyme était originaire d’une bande de mésoderme splanchnopleural (ventral) située entre 250 et 300 microns de la ligne médiane de l’embryon. Au-delà de cette distance les cellules mésodermiques marquées se trouvent associées au tube digestif, traduisant une régionalisation médio-latérale de la contribution du mésoderme splanchnopleural. Des résultats similaires ont été obtenus avec des greffes de mésoderme splanchnopleural de caille dans un embryon de poulet hôte [8].

Rôle du mésenchyme sous aortique dans l’initiation de l’hématopoïèse

Afin d’analyser fonctionnellement le rôle du mésenchyme sous-aortique sur l’hématopoïèse aortique, nous avons bloqué la mise en place du mésenchyme sous l’aorte à l’aide d’une fente réalisée in vivo sur l’un des côtés de l’embryon (Figure 1A, A’). Cette fente sépare l’embryon proprement dit de la lame latérale ; le côté non opéré servant de contrôle. Les embryons ont été observés 24 h et 48 h après l’opération. Un jour après l’opération, les aortes paires ont fusionné mais aucun signe moléculaire d’hématopoïèse n’est visible du côté opéré comme en témoigne l’absence d’expression de runx1 (Figure 1B’, C’) alors que du coté non opéré, runx1 est exprimé ventralement (Figure 1B, C). L’expression de la VE-cadhérine et de Delta-like 4 (Dll4), l’un des ligands de Notch, montre que l’identité vasculaire et artérielle de l’aorte n’est pas perturbée par l’opération. Après 48 heures, un endothélium hématogène épaissi, puis des clusters aortiques exprimant runx1, sont visibles du côté contrôle de l’embryon (Figure 1D, E), mais pas du côté opéré (Figure 1D’, E’).

Afin d’éliminer la possibilité que le mésenchyme sous aortique contienne des progéniteurs hématopoïétiques qui puissent contribuer ainsi à la formation des clusters aortiques, nous avons marqué spécifiquement le mésoderme de la lame latérale, mais pas les cellules endothéliales, à l’aide du traceur moléculaire CFDA-SE (carboxyfluorescein diacetate N-succinimidyl ester). Cette molécule traverse librement la membrane cellulaire, puis est estérifiée dans le cytoplasme, ce qui contribue à la séquestrer. Dans ce schéma expérimental, les cellules des clusters aortiques ne sont pas marquées par le CFDA-SE, indiquant que le mésenchyme sous aortique ne contient pas les progéniteurs hématopoïétiques des clusters aortiques[8].

L’installation du mésenchyme sous aortique apparaît donc comme un commutateur clé responsable d’un dialogue endothélium-mésenchyme qui va induire l’expression de runx1 et le programme hématopoïétique dans des cellules endothéliales instruites pour répondre à ce dialogue.

La voie de signalisation Notch et l’hématopoïèse aortique

La voie de signalisation Notch joue un rôle important au niveau de la communication intercellulaire et des choix binaires de destin cellulaire. Divers travaux ont montré que la voie Notch était requise pour l’hématopoïèse définitive (aortique) chez la souris et le poisson zèbre, et que sa diminution affectait la production hématopoïétique aortique [911]. En travaillant sur des stades précis de mise en place de l’hématopoïèse aortique, nous montrons au contraire qu’une diminution de la voie Notch est requise pour la production hématopoïétique aortique. Cette conclusion repose sur un ensemble de données complémentaires: (1) les expressions de runx1 et de cjag1 et 2, orthologues aviaires des ligands de Notch Jag1 et 2 chez les mammifères, sont mutuellement exclusives dans l’endothélium aortique ; (2) l’électroporation d’un plasmide rapporteur de l’activité de Notch dans l’aorte d’oiseau montre que l’endothélium aortique et le mésenchyme sous-jacent expriment Notch, mais pas les clusters aortiques ; (3) des analyses par PCR quantitative des populations cellulaires issues de l’endothélium hémogénique et des clusters hématopoïétiques de poulet et de souris, triées par cytométrie en flux, indiquent que la signalisation Notch s’éteint au fur et à mesure de la formation des clusters et de la maturation hématopoïétique aortique ; (4) un traitement de 24 heures, soit de l’embryon entier, soit des cultures organotypiques d’aortes par le DAPT, inhibiteur chimique de la voie Notch qui bloque la γ-secrétase et empêche le clivage du domaine intracellulaire de Notch, augmente dramatiquement le nombre de cellules hématopoïétiques CD45+ produites par l’aorte. Des cellules CD45+ sont même trouvées au niveau des aortes paires et au niveau du toit de l’aorte, ce qui n’est jamais le cas en situation normale [8].

Conclusion

Ainsi, nous avons pu montrer que, chez les vertébrés, l’hématopoïèse aortique est un phénomène très conservé, dont l’initiation via l’expression de runx1 est étroitement contrôlée par le mésenchyme sous aortique, et dont la progression est modulée par la voie de signalisation Notch dans l’endothélium hémogénique. Bien que cette signalisation soit largement impliquée dans le processus de formation des vaisseaux et de différenciation veine/artère, nous démontrons que la mise en route du programme hématopoïétique aortique nécessite une diminution de la voie Notch dans l’endothélium hémogénique puis dans les clusters aortiques. Pour le moment, la nature moléculaire du signal émis par le mésenchyme reste à préciser, mais son identification sera cruciale dans le futur si l’on souhaite, à terme, manipuler des cellules endothéliales dans des buts de production hématopoïétique.

Liens d’intérêts

Les auteurs déclarent n’avoir aucun lien d’intérêts concernant les données publiées dans cet article.

Remerciements

Les auteurs remercient Sophie Gournet pour son aide précieuse dans les illustrations. Ce travail a été réalisé grâce au soutien du CNRS et de l’UMPC ainsi qu’à l’aide d’une subvention FRM n° DEQ20100318258 « Équipe labellisée ». Charlotte Richard a bénéficié d’un financement du ministère de la Recherche et de l’Enseignement supérieur ainsi qu’une bourse de l’ARC.

Références

  1. Jaffredo T, Richard C, Pouget C, et al. Aortic remodelling during hemogenesis: is the chicken paradigm unique? Int J Dev Biol 2010 ; 54 : 1045–1054. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  2. de Bruijn M, Ma X, Robin C, et al. Hematopoietic stem cells localise to the endothelial cell layer in the midgestation mouse aorta. Immunity 2002 ; 16 : 673–683. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  3. Zovein AC, Hofmann JJ, Lynch M, et al. Fate tracing reveals the endothelial origin of hematopoietic stem cells. Cell Stem Cell 2008 ; 3 : 625–636. [CrossRef] [PubMed]
  4. Jaffredo T, Gautier R, Eichmann A, Dieterlen-Lievre F. Intraaortic hemopoietic cells are derived from endothelial cells during ontogeny. Development 1998 ;125 : 4575–4583. [PubMed] (Dans le texte)
  5. Boisset JC, van Cappellen W, Andrieu-Soler C, et al. In vivo imaging of haematopoietic cells emerging from the mouse aortic endothelium. Nature 2010 ; 464 : 116–120. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  6. Kissa K, Herbomel P. Blood stem cells emerge from aortic endothelium by a novel type of cell transition. Nature 2010 ; 464 : 112–115. [CrossRef] [PubMed]
  7. Bertrand JY, Chi NC, Santoso B, et al. Haematopoietic stem cells derive directly from aortic endothelium during development. Nature 2010 ; 464 : 108–111. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  8. Richard C, Drevon C, Canto PY, et al. Endothelio-mesenchymal interaction controls runx1 expression and modulates the notch pathway to initiate aortic hematopoiesis. Dev Cell 2013 ; 24 : 600–611. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  9. Bigas A, Espinosa L. Hematopoietic stem cells: to be or Notch to be. Blood 2012 ; 119 : 3226–3235. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  10. Clements WK, Traver D. Signalling pathways that control vertebrate haematopoietic stem cell specification. Nat Rev Immunol 2013 ; 13 : 336–348. [CrossRef] [PubMed]
  11. Gering M, Patient R. Notch signalling and haematopoietic stem cell formation during embryogenesis. J Cell Physiol 2010 ; 222 : 11–16. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  12. Boisset JC, Robin C. Origine endothéliale des cellules souches hématopoïétiques Med Sci (Paris) 2011 ; 27 : 875–881. [CrossRef] [EDP Sciences] [PubMed] (Dans le texte)

© 2013 médecine/sciences – Inserm

Liste des figures

thumbnail Figure 1.

Schéma expérimental de la mise en évidence du rôle du mésenchyme sous-aortique dans l’hématopoïèse analysé chez l’oiseau. Le côté contrôle est à gauche (blanc), le côté opéré, à droite (gris foncé). A. L’embryon repose à plat sur le jaune, les aortes sont paires, l’expression de runx1 est absente, le mésoderme splanchnopleural est éloigné de l’aorte. A’. La flèche indique le tracé de la coupe qui va séparer le corps de l’embryon de la lame latérale. B.  L’embryon commence à se soulever. Le mésoderme splanchnopleural vient au contact de la partie latérale de l’aorte. Suite à ce contact, les cellules endothéliales commencent à exprimer runx1. B’. La lame latérale ne peut pas entrer en contact avec l’aorte. L’expression de runx1 n’est pas induite. C.  Le mésenchyme sous aortique est en train de se former (rayures violettes). L’expression de runx1 s‘étend ventralement. C’. Aucune expression de runx1 n’est visible du côté opéré. L’endothélium continue d’exprimer les transcrits VE-cadhérine et Delta-like4 attestant du maintien de l’identité artérielle. D.  L’endothélium exprimant runx1 commence à s’épaissir et à exprimer des gènes hématopoïétiques (c-myb, pu-1, CD41). D’.  Aucun changement du côté opéré. E.  L’hématopoïèse se poursuit par l’apparition des bourgeonnements intra-aortiques qui expriment runx1, CD41 et CD45. E’. Le côté opéré ne montre aucun signe d’hématopoïèse. Ao : aorte ; Co : coelome ; Dm : dermomyotome ; E: ectoderme ; En : endoderme ; N : notochorde ; S: somite ; Sc : sclérotome ; PI : pièce intermédiaire ; So : mésoderme somatopleural ; Sp : mésoderme splanchnopleural ; TD : tube digestif ; TN : tube nerveux ; VC : veine cardinale.

Dans le texte
thumbnail Figure 2.

Transitions cellulaires et moléculaires au cours du passage de la cellule endothéliale hématogène vers la cellule hématopoïétique telles qu‘analysées chez l’oiseau et la souris. Le modèle présenté ici résume nos observations concernant l’initiation de l’expression de runx1 et la modulation de la voie Notch dans le contexte de l’endothélium aortique. Nos analyses suggèrent que la transition cellule endothéliale-cellule hématopoïétique est caractérisée par au moins quatre stades cellulaires et moléculaires distincts :(1) stade avant l’expression de runx1. Les cellules sont engagées vers la voie hémogénique, mais runx1 n’est pas encore présent. Les cellules expriment les molécules VE-cadhérine, Dll4, Hes1 [hairy enhancer of split] - une cible de la voie Notch -, Jag1. (2) Initiation de l’expression de runx1. Le contact entre le mésoderme splanchnopleural et les cellules endothéliales de l’aorte déclenche l’expression de runx1 provoquant la diminution concomitante de plusieurs acteurs de la voie Notch (Dll4, Jag1, Hes1) ainsi que celle de la VE-cadhérine. (3) Stade endothélium épaissi. L’expression de runx1 se renforce alors que celle les acteurs de la voie Notch diminue (Dll4, Hes1) voire s’éteint (Jag1). L’expression de VE-cadhérine est fortement diminuée alors que celle de CD45 est augmentée. (4) Stade clusters hématopoïétiques. L’expression de runx1 et de CD45 se renforce. L’expression des différents acteurs de la voie Notch continue de chuter (Dll4, Hes1) ou a disparu (Jag1).

Dans le texte

Les statistiques affichées correspondent au cumul d'une part des vues des résumés de l'article et d'autre part des vues et téléchargements de l'article plein-texte (PDF, Full-HTML, ePub... selon les formats disponibles) sur la platefome Vision4Press.

Les statistiques sont disponibles avec un délai de 48 à 96 heures et sont mises à jour quotidiennement en semaine.

Le chargement des statistiques peut être long.