Accès gratuit
Numéro
Med Sci (Paris)
Volume 21, Décembre 2005
Métabolisme glucidolipidique et risque cardiovasculaire: Nouvelle approches
Page(s) 37 - 39
Section M/S revues
DOI https://doi.org/10.1051/medsci/20052111s37
Publié en ligne 15 novembre 2005

© 2005 médecine/sciences - Inserm / SRMS

L’atteinte respiratoire de la maladie de Fabry, une erreur innée du métabolisme des sphingolipides due à un déficit en α-galactosidase lysosomale, a fait l’objet d’un nombre limité de travaux [15]. Une accumulation de glycosphingolipides a été observée dans les cellules de l’épithélium bronchique recueillies après lavage bronchio-alvéolaire (LBA), ainsi que dans les cellules musculaires lisses des bronches et des vaisseaux pulmonaires examinées après biopsie [1, 2]. L’étude au microscope électronique a pu également montrer la présence d’inclusions lamellaires dans les cellules obtenues par expectoration forcée chez une femme hétérozygote avec une atteinte pulmonaire [3]. Cliniquement, une dyspnée, une toux chronique, un syndrome obstructif bronchique et une réduction de la capacité de diffusion ont été rapportés chez les patients atteints de maladie de Fabry [2, 4, 5]. Dans cette étude, des tests spirométriques ont été réalisés chez 50 patients atteints de maladie de Fabry et comparés aux valeurs obtenues pour des témoins appariés pour l’âge, le sexe, et la consommation tabagique.

Patients et méthodes

Notre série comportait 50 patients (23 hommes et 27 femmes) atteints de maladie de Fabry. Le diagnostic fut confirmé par le dosage de l’alpha galactosidase leucocytaire et/ou la mise en évidence d’une mutation dans le gène GLA. Une histoire clinique détaillée fut établie pour chaque patient (tabagisme, antécédents d’asthme, de bronchite chronique avec toux sèche ou grasse, dyspnée). Tous les sujets eurent un examen spirométrique standard [6]. Les indices spirométriques obtenus comprenaient la capacité ventilatoire forcée (CVF), le volume expiratoire forcé/seconde (FEV1), et le flux expiratoire forcé 25 %-75 % (FEF25-75). Une obstruction bronchiolaire fut définie par un FEV1 >80 % et un FEF25-75 % <70 %; une obstruction mineure par un FEV1 situé entre 60 et 79 % par rapport aux valeurs des témoins; une obstruction modérée par un FEV1 entre 50 et 59 % et une obstruction sévère par un FEV1 <à 50 % [7] (Figure 1). Chez les patients atteints de maladie de Fabry présentant un certain degré d’obstruction, un test de bronchodilatation fut réalisé avec nouvelle mesure des paramètres spirométriques après 15 minutes de repos.

thumbnail Figure 1.

Comparaison des valeurs spirométriques attendues pour les patients atteints de maladie de Fabry (■) et les témoins (■) selon le sexe.

Résultats

Les principales caractéristiques spirométriques des malades et des témoins sont présentées dans le Tableau I. Les patients atteints de maladie de Fabry avaient une réduction significative de toutes les variables spirométriques mesurées par rapport aux témoins. Seuls 10 patients ne présentaient pas d’anomalies. L’atteinte prédominante était une obstruction bronchiolaire mais 10 patients présentaient une obstruction significative, parmi lesquels 5 avait une obstruction modérée, et 2 une obstruction sévère. Les valeurs attendues de CVF %, FEV1 % et FEF25-75 % étaient diminuées chez les patients hémizygotes ainsi que chez les hétérozygotes pour le FEV1 % et FEF25-75 %. Vingt hommes hémizygotes sur 23 avaient des signes d’obstruction; 8 avaient une obstruction cliniquement significative et 12 une obstruction bronchiolaire. Parmi les femmes hétérozygotes, 20/27 avaient des signes d’obstruction. Cependant, il ne s’agissait généralement que d’une obstruction bronchiolaire. Lorsqu’un certain degré d’obstruction empêchait la réalisation des tests, ceux-ci furent réalisés à nouveau 15 minutes après administration de bronchodilatateurs. Pour les 13 malades ainsi étudiés (9 hommes et 4 femmes), l’obstruction s’est montrée au moins partiellement réversible; la réversibilité étant plus fréquente chez les hommes en particulier ceux qui avaient un degré d’obstruction plus élevé.

Tableau I.

Principales valeurs spirométriques (moyenne ± écart-type). CVF: capacité vitale forcée; FEV1: volume expiratoire forcé/seconde; FEF25-75 %: flux respiratoire forcé.

Les données spirométriques brutes montrèrent une décroissance significative de toutes les valeurs selon l’âge, chez les patients comme chez les témoins. Les valeurs attendues (FVC %, FEV1 %, et FEF25-75 %) diminuaient avec l’âge chez les hommes hémizygotes, mais pas chez les contrôles.

Des examens itératifs furent réalisés pour un sous-groupe de 28 patients (17 hommes et 11 femmes) avec un suivi médian de 26 mois. Les femmes étaient significativement plus âgées que les hommes (49 ans versus 35 ans) Une diminution significative des valeurs de FEV1 % et de FEF25-75 % fut observée durant le suivi sans traitement, l’aggravation étant plus nette chez les malades plus âgés pour le FEV1 %.

Discussion

Ce travail est à notre connaissance la première étude analysant l’impact de la surcharge métabolique sur la fonction respiratoire en comparant les tests spirométriques entre une cohorte relativement importante (n=50) et une population témoin appariée pour l’âge, le sexe et le tabagisme. Nos résultats montrent une obstruction bronchique chez la majorité des malades atteints de maladie de Fabry (83 % des hommes hémizygotes et 74 % des femmes hétérozygote), cliniquement significative pour 34 % des hommes et 7 % des femmes. Dans les cas les plus sévères, l’obstruction s’accompagnait d’une diminution significative de la CVF, suggérant une atteinte respiratoire dépassant le cadre d’une simple maladie obstructive. En pratique clinique, les résultats spirométriques sont exprimés en pourcentage des valeurs mesurées par rapport à celles prédites ou attendues en fonction de la masse corporelle, du sexe et de l’âge. Dans cette étude, nous avons trouvé une diminution avec l’âge des valeurs attendues des tests spirométriques des hémizygotes par rapport aux contrôles.

Le suivi en l’absence de traitement d’un sous-groupe de 28 sujets a montré une diminution progressive du FEV1 % chez les hémizygotes et une diminution de la FEF25-75 % à la fois chez les hémizygotes et les hétérozygotes. De plus, la diminution de la FVC et de la FEV1 semble montrer une aggravation non linéaire de la maladie, en particulier chez les sujets plus âgés. La cause primitive de l’obstruction résulte vraisemblablement du rétrécissement des bronchioles par les dépôts de globotriaosylcéramide [2]. La diminution du FEF25-75 % est en accord avec cette hypothèse, d’autant que seul ce paramètre diminue lors du suivi chez les sujets jeunes. Toutefois, l’atteinte observée dans cette étude, avec en particulier diminution de la FEV1 chez les hommes plus âgés, permet de supposer que l’obstruction débute dans les bronchioles mais atteint subséquemment d’autres structures pulmonaires au fur et à mesure que la maladie évolue.

Conclusion

Cette étude réalisée sur une série de 50 patients atteints de maladie de Fabry montre l’existence d’une atteinte respiratoire obstructive, évolutive avec l’âge, plus importante chez les hommes hémizygotes que chez les femmes hétérozygotes, chez lesquelles elle existe néanmoins. Ce travail pourra servir de base à des études ultérieures d’évaluant l’efficacité du traitement par enzyme de substitution sur la fonction respiratoire.

Références

  1. Smith P, Heath D, Rodgers B, Helliwel T. Pulmonary vasculature in Fabry’s disease. Histopathology 1991; 19 : 567–9. [Google Scholar]
  2. Brown LK, Miller A, Bhuptani A, et al. Pulmonary involvement in Fabry’s disease. Am J Respir Crit Care Med 1997; 155 : 1004–10. [Google Scholar]
  3. Kelly MM, Leigh R, McKenzie R, et al. Induced sputum examination: diagnosis of pulmonary involvement in Fabry’s disease. Thorax 2000; 55 : 720–1. [Google Scholar]
  4. Rosenberg DM, Ferrans VJ, Fulmer JD, et al. Chronic airflow obstruction in Fabry’s disease. Am J Med 1980; 68 : 898–905. [Google Scholar]
  5. Kariman K, Singletray WV Jr, Sieker H. Pulmonary involvement in Fabry’s disease. Am J Med 1978; 64 : 911–2. [Google Scholar]
  6. Siafakas NM, Vermeire P, Pride NB, et al. Optimal assessment and management of chronic obstructive pulmonary disease (COPD). The European respiratory society task force. Eur Respir J 1995; 8 : 1398–420. [Google Scholar]
  7. Quanjer PH, Tammeling GJ, Cotes JE, et al. Lung volumes and forced ventilatory flows. Report working party standardization of lung function tests, European community for steel and coal. Official statement of the European respiratory society. Eur Respir J 1993; 16 : 5–40. [Google Scholar]

Liste des tableaux

Tableau I.

Principales valeurs spirométriques (moyenne ± écart-type). CVF: capacité vitale forcée; FEV1: volume expiratoire forcé/seconde; FEF25-75 %: flux respiratoire forcé.

Liste des figures

thumbnail Figure 1.

Comparaison des valeurs spirométriques attendues pour les patients atteints de maladie de Fabry (■) et les témoins (■) selon le sexe.

Dans le texte

Les statistiques affichées correspondent au cumul d'une part des vues des résumés de l'article et d'autre part des vues et téléchargements de l'article plein-texte (PDF, Full-HTML, ePub... selon les formats disponibles) sur la platefome Vision4Press.

Les statistiques sont disponibles avec un délai de 48 à 96 heures et sont mises à jour quotidiennement en semaine.

Le chargement des statistiques peut être long.