Accès gratuit
Numéro
Med Sci (Paris)
Volume 20, Numéro 1, Janvier 2004
Page(s) 19 - 21
Section Nouvelles
DOI https://doi.org/10.1051/medsci/200420119
Publié en ligne 15 janvier 2004

Les lymphocytes T CD8+ cytotoxiques (LTC) représentent l’un des effecteurs majeurs de l’immunité tumorale [1]. Ainsi de nombreuses stratégies d’immunothérapie anti-tumorale ont pour objectif d’induire ou d’augmenter l’activité des LTC spécifiques de tumeur chez les patients atteints de cancers. Les LTC sont des cellules spécialisées du système immunitaire qui reconnaissent, grâce à des récepteurs spécifiques d’antigènes, des petits peptides de neuf à dix acides aminés présentés par des molécules du complexe majeur d’histocompatibilité de classe I (CMH I) à la surface des cellules tumorales. La reconnaissance par les LTC des complexes CMH I-peptides peut conduire à la lyse de la cellule tumorale d’où leur nom de « cellules tueuses ». La plupart des peptides reconnus par les LTC dérivent de protéines présentes dans les cellules tumorales, appelées « antigènes associés aux tumeurs » ou tumor-associated antigens (TAA). Au cours de cette dernière décennie, l’identification de ces antigènes associés aux tumeurs a représenté un tournant décisif dans l’immunothérapie des cancers et a permis d’envisager des protocoles de vaccination à l’aide de ces antigènes définis moléculairement [2].

Cependant, la plupart des antigènes identifiés à ce jour sont des protéines dont l’expression est restreinte à certains types de cancers, ce qui réduit les applications potentielles d’immunothérapie à un nombre limité de cancers. Des efforts ont été réalisés pour découvrir de nouveaux antigènes tumoraux, plus largement exprimés, ce qui permettrait de cibler plusieurs types de cancers. C’est ainsi que récemment, on a proposé une enzyme, appelée télomérase, comme premier membre d’une nouvelle classe d’antigènes tumoraux exprimés par de nombreux cancers.

La télomérase est une ribonucléoprotéine qui induit la synthèse de l’ADN télomérique, permettant ainsi de maintenir la longueur des télomères et la stabilité des chromosomes [3, 4] (→). Cette enzyme est exprimée précocement durant l’ontogénie et dans certaines cellules qui ont un pouvoir de réplication élevé comme les cellules souches hématopoïétiques [5, 6]. L’activation de la télomérase est suffisante pour induire l’immortalisation cellulaire, événement clé dans le processus de transformation maligne [7]. La sous-unité catalytique de la télomérase appelée transcriptase inverse de la télomérase (hTERT, human telomerase reverse transcriptase) est surexprimée dans plus de 90 % des cancers humains [8, 9]. En comparaison, les cellules normales expriment peu ou pas de hTERT [6]. Cette expression préférentielle de hTERT par les cellules tumorales, a fait de cette protéine une cible très attractive pour les thérapeutiques anticancéreuses [10] (→).

(→) m/s 2001, n° 10, p. 1076

(→) m/s 2000, n° 4, p. 473 et p. 547

Plusieurs équipes dont la nôtre ont démontré récemment que la télomérase pouvait être une source de peptides présents à la surface des cellules tumorales et reconnus par les LTC [11, 12]. Ainsi, il a été possible d’induire in vitro des LTC en exposant des lymphocytes de donneur sain ou de patients atteints de cancer à des peptides hTERT [1214]. De plus les LTC anti-hTERT étaient capables de tuer in vitro des cellules tumorales provenant de tissus variés (poumon, sein, peau, prostate, etc.) (Tableau I). Ces résultats démontrent qu’il existe, dans le répertoire lymphocytaire de sujets sains et de malades atteints d’un cancer, des précurseurs de LTC anti-hTERT. Dans une étude pré-clinique réalisée par notre groupe, des souris transgéniques exprimant les molécules humaines HLA-A2.1 furent immunisées avec les peptides dérivés de hTERT. Ces souris « humanisées » furent capables de produire des réponses cytotoxiques spécifiques dirigées contre des cellules tumorales [12]. D’autre part, il a été démontré que la vaccination de souris à l’aide de cellules dendritiques transfectées avec l’ARN de la télomérase murine, pouvait induire une réponse LTC anti-tumorale capable de protéger les souris vaccinées [15]. L’ensemble de ces études préliminaires in vitro et in vivo sur l’immunogénicité des peptides dérivés de la télomérase ont ouvert des perspectives d’immunothérapie très prometteuses, le système immunitaire étant capable d’apprendre à reconnaître la télomérase et en conséquence d’inhiber la croissance tumorale.

Tableau I.

Lyse de différentes cellules tumorales par des LTC anti-télomérase dérivés d’un patient atteint de cancer.a Expression de hTERT par les cellules tumorales, déterminée par RT-PCR. b Expression de HLA-A2 mesurée par cytométrie en flux après marquage avec un anticorps monoclonal. c Cytotoxicité cellulaire mesurée par le test de relargage au 51Cr, avec un rapport effecteur/cible de 50 :1. d Les lignées LTC p540 et LTC p865 de patient obtenues par immunisation avec les peptides HTERT p540 et p865 respectivement. ND : non déterminé (d’après [12]).

Cependant, l’inconvénient majeur de cette approche d’immunothérapie anti-télomérase serait la survenue de manifestations auto-immunes chez les patients ainsi traités [16, 17]. En effet, dans les conditions normales, les cellules du système immunitaire, en particulier les lymphocytes, ont appris à faire la différence entre une protéine du soi (auto-antigène) et un antigène étranger (bactérien, viral, etc.), seul ce dernier devant être éliminé. Ce processus d’éducation des lymphocytes est connu sous le nom de tolérance immunitaire. Dans certaines circonstances, la rupture de cette tolérance peut conduire le système immunitaire à détruire des antigènes du soi, provoquant une atteinte auto-immune. La télomérase étant un auto-antigène, comme le sont la plupart des antigènes tumoraux, les LTC spécifiques induits contre cette enzyme, et destinés à éliminer des cellules tumorales, pourraient aussi s’attaquer à des cellules normales autologues exprimant cette protéine.

Si l’on se réfère aux données actuelles concernant l’immunothérapie anti-télomérase, ce risque d’atteinte auto-immune semble minime. Les études in vitro chez l’homme ont montré que les LTC anti-télomérase capables de tuer des cellules tumorales n’ont aucun effet sur les cellules souches hématopoïétiques CD34+ susceptibles d’exprimer la télomérase [12, 13]. Une expression relativement faible de la télomérase dans ces cellules souches par rapport à celle que l’on observe dans les cellules tumorales ou son expression inconstante pourraient expliquer cette observation [18].

Des arguments plus convaincants nous sont apportés par l’analyse des résultats d’un essai de phase I à l’Institut du Cancer Dana-Farber (états-Unis), dont l’objectif était d’établir la sécurité d’une immunothérapie utilisant des peptides hTERT. Au cours de cette étude qui incluait sept patients atteints de cancers avancés et vaccinés par hTERT, aucun effet secondaire délétère n’a été observé [18].

Enfin notre groupe a récemment identifié de nouveaux peptides dérivés de hTERT, ayant une affinité faible pour les molécules HLA-A2.1. L’utilisation de peptides de faible affinité permet de limiter l’expression de ces peptides aux seules cellules exprimant fortement la télomérase, ce qui sélectionne donc les cellules tumorales. La vaccination des souris transgéniques HLA-A2.1 avec ces peptides de faible affinité n’a entraîné aucune manifestation auto-immune chez ces animaux [19]. Ces résultats confirment des résultats obtenus précédemment dans un autre modèle de souris immunisées avec l’antigène télomérase [15]. Actuellement, des essais de vaccination de phase I chez des patients atteints de cancer de la prostate ont lieu à San Diego (états-Unis), dont les résultats devraient être connus fin 2004.

Références

  1. Pardoll D. T cells and tumors. Nature 2001; 411 : 1010–2. (Dans le texte)
  2. Rosenberg SA. Progress in human tumour immunology and immunotherapy. Nature 2001; 411 : 380–4. (Dans le texte)
  3. Blackburn EH. Telomerases. Annu Rev Biochem 1992; 61 : 113–29. (Dans le texte)
  4. Counter CM, Avilion AA, LeFeuvre CE, et al. Telomere shortening associated with chromosome instability is arrested in immortal celles which express telomerase activity. EMBO J 1992; 11 : 1921–9. (Dans le texte)
  5. Kim NW, Piatyszek MA, Prowse KR, et al. Specific association of human telomerase activity with immortal celles an cancer. Science 1994; 266 : 2011–5. (Dans le texte)
  6. Broccoli D, Young JW, de Lange T. Telomerase activity in normal an malignant hematopoietic cells. Proc Natl Acad Sci USA 1995; 92 : 9082–6. (Dans le texte)
  7. Meyerson M, Counter CM, Eaton EN, et al. hEST2, the putative human telomerase catalytic subunit gene, is up-regulated in tumor celles an during immortalization. Cell 1997; 90 : 785–95. (Dans le texte)
  8. Kim NW. Clinical implications of telomerase in cancer. Eur J Cancer 1997; 33 : 781–6. (Dans le texte)
  9. Nakamura TM, Morin GB, Chapman KB, et al. Telomerase catalytic subunit homologs from fission yeast an human. Science 1997; 277 : 955–9. (Dans le texte)
  10. Shay JW, Wright WE. Telomerase : a target for cancer therapeutics. Cancer Cell 2002; 2 : 257–65. (Dans le texte)
  11. Vonderheide RH, Hahn WC, Schultze JL, Nadler LM. The telomerase catalytic subunit is a widely expressed tumor-associated antigen recognized by cytotoxic T lymphocytes. Immunity 1999; 10 : 673–9. (Dans le texte)
  12. Minev B, Hipp J, Firat H, et al. Cytotoxic T cell immunity against telomerase reverse transcriptase in humans. Proc Natl Acad Sci USA 2000; 97 : 4796–801. (Dans le texte)
  13. Vonderheide RH, Anderson KS, Hahn WC, Butler MO, Schultze JL, Nadler LM. Characterization of HLA-A3-restricted cytotoxic T lymphocytes reactive against the widely expressed tumor antigen telomerase. Clin Cancer Res 2001; 7 : 3343–8. (Dans le texte)
  14. Vonderheide RH, Schultze JL, Anderson KS, et al. Equivalent induction of telomerase-specific cytotoxic T lymphocytes from tumor-bearing patients and healthy individuals. Cancer Res 2001; 61 : 8366–70. (Dans le texte)
  15. Nair SK, Heiser A, Boczkowski D, et al. Induction of cytotoxic T cell responses an tumor immunity against unrelated tumors using telomerase reverse transcriptase RNA transfected dendritic cells. Nat Med 2000; 6 : 1011–7. (Dans le texte)
  16. Nanda NK,Sercarz EE. Induction of anti-self-immunity to cure cancer. Cell 1995 14; 82 : 13–7. (Dans le texte)
  17. Houghton AN. Cancer antigens : immune recognition of self an altered self. J Exp Med 1994; 180 : 1–4. (Dans le texte)
  18. Vonderheide RH. Telomerase as a universel tumor-associated antigen for cancer immunotherapy. Oncogene 2002; 21 : 674–9. (Dans le texte)
  19. Hernandez J, Garcia-Pons F, Lone YC, et al. Identification of a human telomerase reverse transcriptase peptide of low affinity for HLA A2.1 that induces cytotoxic T lymphocytes and mediates lysis of tumor celles. Proc Natl Acad Sci USA 2002; 99 : 12275–80. (Dans le texte)

© 2004 médecine/sciences - Inserm / SRMS

Liste des tableaux

Tableau I.

Lyse de différentes cellules tumorales par des LTC anti-télomérase dérivés d’un patient atteint de cancer.a Expression de hTERT par les cellules tumorales, déterminée par RT-PCR. b Expression de HLA-A2 mesurée par cytométrie en flux après marquage avec un anticorps monoclonal. c Cytotoxicité cellulaire mesurée par le test de relargage au 51Cr, avec un rapport effecteur/cible de 50 :1. d Les lignées LTC p540 et LTC p865 de patient obtenues par immunisation avec les peptides HTERT p540 et p865 respectivement. ND : non déterminé (d’après [12]).

Les statistiques affichées correspondent au cumul d'une part des vues des résumés de l'article et d'autre part des vues et téléchargements de l'article plein-texte (PDF, Full-HTML, ePub... selon les formats disponibles) sur la platefome Vision4Press.

Les statistiques sont disponibles avec un délai de 48 à 96 heures et sont mises à jour quotidiennement en semaine.

Le chargement des statistiques peut être long.