Open Access

Figure 1.

image

Télécharger l'image originale

A. Effets de la suppression du récepteur β des oestrogènes dans le système nerveux sur le temps passé par les souris mâles à interagir avec un congénère mâle de même âge. Les mâles issus des mêmes portées mais chez lesquels l’expression du gène codant ce récepteur est préservée (du fait de l’absence du transgène Nestine-Cre) ont été utilisés comme témoins. B. Test « résident-intrus » mesurant l’agressivité des souris mâles vis-à-vis de mâles intrus non agressifs : 78 % des mâles mutants ne présentent aucun comportement agressif vis-à-vis du mâle intrus, et pour les 22 % des mâles mutants dont le comportement est agressif, la latence à l’attaque est augmentée (à gauche) et la durée des attaques très réduite (à droite). C. Temps d’immobilité, signe de résignation, dans le test de nage forcée. D. Consommation d’eau versus consommation d’eau sucrée (saccharose 2 %) : les animaux préfèrent l’eau sucrée quel que soit leur génotype (a : p < 0,001). E, F. Quantification des transcrits codant l’ocytocine (OT) (E) et l’argininevasopressine (AVP) (F), normalisée par rapport au transcrit du gène de « ménage » GAPDH, dans le noyau du lit de la strie terminale (NLST) et le noyau paraventriculaire (NPV). Les différences significatives entre les deux génotypes sont indiquées : *p < 0,05 ; **p < 0,01 ; ***p < 0,001.

Current usage metrics show cumulative count of Article Views (full-text article views including HTML views, PDF and ePub downloads, according to the available data) and Abstracts Views on Vision4Press platform.

Data correspond to usage on the plateform after 2015. The current usage metrics is available 48-96 hours after online publication and is updated daily on week days.

Initial download of the metrics may take a while.