Addictions
Accès gratuit
Numéro
Med Sci (Paris)
Volume 31, Numéro 4, Avril 2015
Addictions
Page(s) 439 - 446
Section M/S Revues
DOI https://doi.org/10.1051/medsci/20153104019
Publié en ligne 8 mai 2015

© 2015 médecine/sciences – Inserm

La dépendance aux drogues

La dépendance aux drogues désigne un état psychologique et/ou physique qui se manifeste par un besoin irrépressible et répété, jamais réellement assouvi, de consommation d’une drogue. Elle est caractérisée par un comportement compulsif de prise de la substance, malgré les lourdes conséquences que ce comportement entraîne sur un plan familial, social, professionnel, ce dont le sujet est conscient [1, 2]. Dans une perspective aussi bien psychologique que neurologique, la dépendance peut être considérée comme un trouble de la cognition [3]. En effet, les régions du cerveau et les processus sous-jacents à la dépendance sont aussi ceux qui sont impliqués dans les fonctions cognitives essentielles. Les patients toxicomanes présentent des altérations dans des régions incluant le striatum, le cortex préfrontal, l’amygdale et l’hippocampe, des structures clés dans la gestion des processus émotionnels et motivationnels, ainsi que dans la mémoire déclarative, qui définit précisément l’individu et maintient le concept du soi [4].

Bien qu’un grand nombre d’individus consomment régulièrement des drogues, seule une minorité de consommateurs réguliers passent dans une phase de consommation compulsive. Le passage dans cette phase est largement influencé par des facteurs de susceptibilité génétique, et par le contexte social et psychologique de l’individu. Alors que le risque d’ordre génétique de développement d’une addiction est estimé à environ 50 %, les gènes responsables ne sont pas bien connus [5, 53] ().

(→) Voir la Synthèse de N. Ramoz et P. Gorwood, page 432 de ce numéro

Une part importante de la recherche se concentre donc sur la composante environnementale.

L’hypothèse privilégiée dans ce domaine veut que la transition vers un état de dépendance résulte de processus adaptatifs qui se mettent en place dans certaines structures cérébrales en réponse à des prises répétées de la substance [6]. Les mécanismes d’adaptation ont souvent été décrits comme des réponses compensatrices servant à faire revenir le système à son état basal. Ce mécanisme, défini comme une rétroaction négative, peut expliquer l’apparition du phénomène de tolérance (correspondant au fait que des doses croissantes sont nécessaires pour maintenir des effets comparables), voire de certains symptômes apparaissant lors du sevrage. D’autres mécanismes d’adaptation semblent produire une rétroaction positive, qui pourrait rendre compte du phénomène de sensibilisation comportementale (voir Encadré page suivante). On peut aussi envisager des changements qualitatifs, qui altéreraient la réponse à des stimulus autres que le seul stimulus initiateur. Parmi les bouleversements se produisant dans le cerveau lors de prises répétées de drogue figurent à l’évidence des mécanismes de plasticité neuronale [6], qui concernent la modification de l’efficacité synaptique, mais aussi des changements de la morphologie des épines dendritiques, par exemple. D’un autre côté, vu les très nombreux mécanismes de plasticité sollicités en permanence durant le fonctionnement normal du cerveau, on peut se demander si la dépendance, qui implique une fixité du comportement, ne résulte pas plutôt d’un déficit de plasticité, voire d’une plasticité qui deviendrait figée en réponse aux drogues, au sein de structures cérébrales précises.

Modèles animaux des effets comportementaux des drogues

Activité locomotrice et sensibilisation comportementale

L’injection aiguë de drogues à des rongeurs entraîne une hyperlocomotion transitoire. Cette hyperactivité locomotrice augmente au fil des injections quotidiennes de la même dose de drogue, un phénomène appelé sensibilisation comportementale. Celle-ci dépend du contexte dans lequel la drogue a été administrée et peut persister pendant des mois suivant la dernière injection. Certains chercheurs pensent qu’en reflétant la sensibilisation des circuits neuronaux dopaminergiques, elle modélise la sensibilisation de la motivation pour la drogue rencontrée chez les individus dépendants.

Préférence/aversion de place conditionnée

Fondé sur un conditionnement dans lequel l’animal associe de manière passive un environnement donné à une drogue (par rapport à un deuxième environnement associé à une solution saline), le test de conditionnement de préférence de place est très utilisé pour évaluer les propriétés renforçantes intrinsèques de la drogue, ainsi que ses propriétés appétitives ou aversives. Il reflète aussi l’intensité de la trace mnésique persistant suite à l’apprentissage. L’ensemble des composés toxicomanogènes chez l’homme (amphétamine, cocaïne, ecstasy, éthanol, héroïne, nicotine, THC [tétrahydrocannabinol], etc.) induisent chez le rongeur une importante préférence de place. Pourtant, ce test ne peut pas être considéré comme modélisant la toxicomanie, dans le sens où les injections de drogue sont imposées par l’expérimentateur. Le conditionnement étant passif, il ne peut pas résulter d’une mise en place de réseaux neuronaux semblable à celle sous-jacente à l’addiction chez l’homme.

Auto-administration intraveineuse

Contrairement aux tests décrits plus haut, l’auto-administration intraveineuse de drogue chez le rat est basée sur un conditionnement opérant, qui modélise la prise volontaire de drogue, ce qui permet de mesurer ses propriétés renforçantes. Dans certaines conditions, le test s’approche au plus près de la prise compulsive de drogue chez le toxicomane. La procédure consiste à implanter un cathéter dans la veine jugulaire du rat, permettant à l’animal de déclencher lui-même les injections de drogue, soit par pression sur un levier, soit par l’introduction de son museau dans un orifice. Un second levier ou orifice, dit inactif, est présent dans la cage, dont la mise en action n’a pas de conséquence programmée. Différents protocoles ont été établis dans le but de modéliser les divers aspects de la prise de drogue. En « ratio fixe », le rat doit effectuer un nombre fixe prédéterminé de réponses pour obtenir chaque infusion de drogue. Dans le protocole de « ratio progressif », le nombre de réponses requis pour obtenir chaque infusion successive augmente progressivement, en suivant en général une courbe exponentielle. On considère, dans ce cas, que le nombre d’infusions de drogue est un indice de l’effort consenti et reflète la motivation de l’animal pour la drogue. Le test permet également de modéliser la rechute, qui fait référence au phénomène de réinstallation du comportement de recherche de drogue après une période de sevrage ou d’extinction. La réinstallation est induite, soit par l’exposition à un stress, soit par une injection de drogue, soit par la présentation d’indices environnementaux préalablement associés à la prise de drogue. À travers ces protocoles, l’auto-administration intraveineuse chez le rat permet de modéliser au mieux la diversité des aspects de l’addiction aux drogues chez l’homme.

La neuroépigénétique

Décrire les interactions entre les gènes et l’environnement qui aboutissent à des modifications du phénotype est précisément l’objet de l’épigénétique. Le terme épigénétique a été utilisé en 1957 par C. Waddington pour décrire le « paysage » dans lequel des génotypes identiques généraient de grandes variations phénotypiques lors du développement [7, 54]. Ce concept a depuis largement évolué. Aujourd’hui, on considère les mécanismes épigénétiques comme des processus qui contrôlent l’expression des gènes en remodelant la structure de la chromatine, c’est-à-dire en modifiant la manière dont l’ADN est empaqueté dans le noyau [8]. À l’origine, les mécanismes épigénétiques étaient considérés comme des éléments de transmission héréditaire, et étudiés dans les champs du développement et de la cancérologie [8]. Il apparaît que ces mécanismes s’exercent aussi dans les neurones, mais comme ces derniers ne se divisent pas, en général, les modifications durables de la chromatine sont confinées dans des cellules individuelles. Il conviendrait sans doute de désigner les mécanismes se déroulant dans les neurones comme « neuroépigénétiques », en accord avec J.J. Day et J.D. Sweatt [9]. Cela permettrait de les distinguer des marqueurs impliqués dans le développement et la division cellulaire, et rendrait compte de certaines adaptations qui n’ont pas lieu dans d’autres types cellulaires. Puisque les modifications épigénétiques se placent en aval de l’activité synaptique, elles ont la capacité d’intégrer un ensemble de signaux et de moduler la réponse à long terme d’un neurone en contrôlant l’expression des gènes, donc le degré de plasticité. Par ce contrôle, elles seraient en mesure d’imposer au neurone une réponse contrainte, qui établirait une plasticité plus ou moins dynamique, ou abolirait une plasticité antérieure, en accord avec la notion de plasticité figée énoncée ci-dessus. Les modifications neuroépigénétiques représenteraient, par ailleurs, d’excellents candidats pour expliquer des régulations qui se produisent sur des temps très longs, voire sur la vie entière. Or, une des questions essentielles dans le domaine des addictions est justement de comprendre pourquoi des comportements de rechute surviennent après des mois, voire des années d’abstinence.

Les mécanismes épigénétiques

Dans les cellules eucaryotes, l’essentiel de l’ADN est empaqueté dans la chromatine. L’unité fondamentale de la chromatine est le nucléosome, composé de quatre homodimères des histones H2A, H2B, H3 et H4, et d’approximativement deux tours de super-hélice d’ADN, soit 147 paires de bases. La conformation de la chromatine varie entre des états permettant une transcription plus ou moins active. La Figure 1 présente divers processus régulant le degré de compaction de la chromatine. Un des facteurs, qualifié de variant d’histone, concerne la nature même des isoformes d’histones présentes dans les nucléosomes [10]. D’autres facteurs utilisent l’énergie de l’ATP pour générer divers degrés de compaction de la chromatine. Au sein de la vaste famille des ARN interférents, les microARN ou (miARN) sont les mieux caractérisés de ceux qui interviennent dans les processus épigénétiques. Ce sont des ARN non codants comprenant approximativement 22 nucléotides, qui régulent l’expression génique en se liant à des séquences complémentaires de certains ARN messagers. Mais ils interviennent aussi dans le noyau pour réguler la transcription, en interagissant avec des enzymes responsables du remodelage chromatinien [11].

thumbnail Figure 1.

Divers processus régulent le remodelage de la chromatine entre un état ouvert et un état plus ou moins compact. La chromatine se présente, soit dans un état ouvert qui permet la transcription, soit dans un état plus condensé qui est transcriptionnellement moins actif. De nombreuses études suggèrent que la méthylation de l’ADN et les modifications post-traductionnelles des histones sont capables d’agir sur la compaction de la chromatine en réponse à diverses drogues. Les modifications des histones concernent essentiellement l’acétylation, la méthylation ou encore la phosphorylation, et ont lieu à leur extrémité amino-terminale. NuRD : nucleosome remodeling deacetylase ; Swi/SNF : switch/sucrose nonfermentable.

Dans cette revue sont présentés les mécanismes de remodelage de la chromatine en réponse à la méthylation de l’ADN et, plus particulièrement, le rôle de la protéine de liaison à l’ADN méthylé, MeCP2 (methyl-CpG-binding protein 2). La régulation, par les drogues, de certaines modifications post-traductionnelles des histones, dont l’acétylation, est également discutée.

La méthylation/déméthylation de l’ADN

La méthylation de l’ADN concerne la position 5 de la cytosine. Chez les mammifères, cette méthylation a lieu majoritairement sur la séquence CpG, même si d’autres dinucléotides, appelés CpH (H = A/C/T), sont également susceptibles d’être méthylés. Une étude globale indique même que la méthylation mCpH serait prépondérante dans les neurones matures du cortex frontal [12]. La 5-méthylcytosine (5mC) constitue à peu près 1 % des bases totales du génome humain [13]. Les séquences CpG sont concentrées dans des régions appelées îlots CpG que l’on retrouve, dans plus de 50 % des cas, dans les régions promotrices des gènes. Contrairement à une idée répandue, ces îlots sont beaucoup moins méthylés que les dinucléotides CpG situés en dehors des îlots [14]. La méthylation est catalysée par des enzymes nommées DNA méthyltransférases (DNMT) qui sont responsables, soit de la maintenance de la méthylation pendant la réplication (DNMT1), soit d’une méthylation de novo (DNMT3A et B). La méthylation d’un gène est généralement suivie par sa répression, consécutive au recrutement d’un complexe répresseur qui peut, soit empêcher la liaison de la machinerie transcriptionnelle à l’ADN, soit entraîner la chromatine vers un état fermé. Notons que l’administration répétée de cocaïne régule l’expression de la DNMT3A dans le striatum de rongeurs [1517]. À l’opposé, la réduction de l’activité de la DNMT3A, soit par inhibition pharmacologique, soit par invalidation du gène correspondant, a pour effet d’accroître les réponses comportementales à la cocaïne [15].

Les recherches concernant les mécanismes de déméthylation de l’ADN ont fait l’objet d’âpres débats. Pourtant, un consensus émerge actuellement qui fait intervenir d’abord l’oxydation de la 5mC, catalysée par des méthylcytosine dioxygénases de la famille TET (ten-eleven translocation) [55] () puis des mécanismes de réparation de l’ADN [18]. La découverte de ce processus de déméthylation implique l’existence d’une base supplémentaire dans l’ADN, la 5-hydroxyméthylcytosine (5hmC), ce qui ajoute une nouvelle dimension au rôle de la méthylation dans l’épigénétique. Les 5mC et 5hmC jouent sans doute des rôles différents, dans la mesure où elles sont en partie localisées dans des régions distinctes du génome, et que l’activité transcriptionnelle est associée à un enrichissement en 5hmC intragénique [12].

(→) Voir la Synthèse de E. Mahfoudi et al., m/s n° 3, mars 2015, page 268

Le facteur MeCP2

L’information portée par la méthylation de l’ADN est relayée, entre autres, par des protéines possédant un domaine MBD (methylated DNA-binding domain). MeCP2 est à ce jour la protéine la mieux caractérisée pour se lier aux 5mC (ainsi qu’aux 5hmC et aux mCpH) [19]. La Figure 2 présente la structure et les principales caractéristiques des protéines liant l’ADN méthylé par l’intermédiaire d’un domaine MBD. La découverte, faite en 1999 par le groupe de H. Zoghbi, de mutations du gène MeCP2, situé sur le chromosome X, associées à une pathologie neurodéveloppementale, le syndrome de Rett [20], a eu pour conséquence d’accroître l’intérêt de nombreux chercheurs pour la fonction de la protéine MeCP2. Ce syndrome, rencontré principalement chez les filles, est caractérisé par un développement normal jusqu’à l’âge de six à 18 mois, puis une période autistique s’installe progressivement, accompagnée par la perte de fonctions motrices et cognitives.

thumbnail Figure 2.

Structure et caractéristiques principales des protéines liant l’ADN méthylé par l’intermédiaire d’un domaine MBD. Les domaines représentés sont : CxxC : motif de liaison aux ions Zn2+ ; GR : motif comportant 11 répétitions de résidus glycine et arginine ; MBD : methylated DNA binding domain ; TRD : transcriptional repression domain. La protéine MBD3 n’est pas incluse, car bien que présentant une forte homologie de séquence avec cette famille, son domaine MBD n’est pas fonctionnel. On la retrouve dans le complexe NuRD. Il n’est pas fait état ici des protéines Kaiso, car elles ne possèdent pas de domaine MBD, mais lient l’ADN méthylé par l’intermédiaire d’un domaine dit « doigt de zinc ».

Les gènes cibles de MeCP2

La surprise fut de taille lorsque les premières études de transcriptome ne révélèrent que des modifications très subtiles dans le cerveau des souris dans lesquelles le gène MeCP2 avait été invalidé pour constituer un modèle murin du syndrome de Rett [21]. En fait, les données obtenues à partir de ces souris, ou directement de tissus de patientes atteintes du syndrome de Rett, indiquent que la fonction de MeCP2 serait confinée à la répression d’un nombre limité de gènes dans des structures précises du cerveau. Cette répression résulte du recrutement du corépresseur Sin3A (Swi-independent 3A) et d’une histone désacétylase (HDAC) de classe I [22]. En plus de son activité de répresseur transcriptionnel, des données plus récentes indiquent que MeCP2 pourrait participer à l’activation de la transcription, en relation avec le facteur de transcription CREB (cAMP response element-binding protein), ou même être impliquée dans l’épissage alternatif [23]. La protéine a été retrouvée dans divers complexes répresseurs de la transcription, qui, outre Sin3A, comprennent c-Ski, N-CoR (nuclear receptor corepressor 1)/SMRT (silencing mediator of retinoic acid and thyroid hormone receptor), YB1 (Y box-binding protein) ou encore la DNMT1 ou des histones méthyltransférases [23, 24]. Sa capacité de liaison à tant de facteurs explique que sa structure tridimensionnelle native soit très relâchée ; elle n’adopte une structure déterminée qu’à la suite de l’interaction de certaines de ses régions avec d’autres macromolécules. La régulation de MeCP2 est assurée aussi par des mécanismes de phosphorylation. L’activation neuronale diminue la phosphorylation de la sérine 80 et augmente celle de la sérine 421 [23]. L’activation ou la surexpression de la protéine kinase dépendant du GMP cyclique dans le striatum ont pour effet de réduire considérablement le taux de MeCP2, mais on ignore si MeCP2 est directement phosphorylée par cette kinase [25]. On retrouve aussi des résidus acétylés, ubiquitinés ou encore sumoylés dans la protéine MeCP2 [26]. Ces modifications post-traductionnelles sont sans doute impliquées dans la reconnaissance des multiples partenaires protéiques.

Parmi les gènes cibles de MeCP2, on peut citer ceux codant une kinase induite par les glucocorticoïdes, un régulateur de l’ATPase Na+/K+, la FK506-binding protein 5, le CRH (corticotropin-releasing hormone), la protocadhérine β1, le BDNF (brain-derived neurotrophic factor), l’IGFBP3 (insulin-like growth factor binding protein 3), CDKL5 (cyclin-dependent kinase-like 5) et la sous-unité catalytique β de la protéine phosphatase de type 1 [16, 2729]. Notons que le petit nombre de gènes cibles directs découverts à ce jour met à mal l’hypothèse d’un rôle de répresseur global du génome pour MeCP2, qui servirait à réduire le bruit de fond transcriptionnel général [30]. Si, au contraire, le rôle de MeCP2 était de réprimer quelques gènes parfaitement ciblés, ce phénomène reviendrait à réinterpréter la méthylation de l’ADN. Cet effet dépendrait bien sûr de la quantité de protéine disponible à un instant donné, ce que certaines drogues sont précisément capables de modifier.

MeCP2 et drogues

En 2006, dans un article qui figure parmi les tout premiers à décrire l’implication de mécanismes épigénétiques dans le mode d’action des drogues, nous avons montré que des injections répétées de cocaïne à des rats augmentaient fortement l’expression de protéines liant l’ADN méthylé dans les aires de projection dopaminergique [31]. La Figure 3 illustre ce phénomène, en montrant l’induction de MeCP2 et de MBD1, ainsi que la diminution concomitante du niveau d’acétylation de l’histone H3. Des résultats analogues ont été obtenus lorsque les rats s’administraient eux-mêmes la drogue (Encadré 1) [32]. Ils ont été étendus, puisque la diminution de MeCP2 dans le striatum dorsal a pour conséquence de tempérer la prise de cocaïne par les rats, suggérant que MeCP2 est nécessaire pour relayer les effets de ce psychostimulant [33]. En revanche, la diminution de MeCP2 dans le noyau accumbens entraîne une préférence de place accrue pour l’amphétamine (Encadré 1) [34]. Clairement, des études supplémentaires sont nécessaires pour déterminer le rôle exact de la protéine dans le mode d’action des drogues.

thumbnail Figure 3.

Immunoréactivité des protéines MeCP2 et MBD1, ainsi que de la forme acétylée de l’histone H3, en réponse à la cocaïne. Les rats ont été traités pendant 10 jours à raison d’une injection de 20 mg/kg de cocaïne par jour. Ils ont été mis à mort 15 heures après la dernière injection, et des coupes coronales du cerveau ont été réalisées. Les protéines ont été révélées dans le striatum dorsal à l’aide d’anticorps primaires polyclonaux dirigés contre MeCP2, MBD1 ou contre les formes acétylées des résidus lysine-9 et -14 de l’histone H3 (Ac-H3 K9/14). On distingue les noyaux marqués, suite à la révélation de l’activité peroxydase. Le nombre de noyaux immunoréactifs pour les protéines de liaison à l’ADN méthylé est augmenté d’un facteur d’environ 2,7 chez les animaux traités, alors que les noyaux exprimant les formes acétylées de l’histone H3 sont diminués d’un facteur 2,3 (d’après Cassel et al. [31]).

Les modifications post-traductionnelles des histones, l’acétylation

Les extrémités amino-terminales des histones renferment un ensemble de résidus susceptibles d’être modifiés de manière covalente. Ces modifications concernent l’acétylation ou la méthylation [53] ; en général, l’acétylation de résidus lysine entraîne un état ouvert de la chromatine, donc une transcription activée. La situation est moins tranchée en ce qui concerne la méthylation de résidus lysine et arginine, même si celle-ci est souvent associée à un état fermé. D’autres modifications comprennent la phosphorylation, l’ubiquitination ou encore la sumoylation des histones. Un grand nombre d’enzymes sont nécessaires pour établir ces marques épigénétiques, puis pour les effacer, car nous sommes en présence de mécanismes hautement réversibles. Une complexité inouïe se dégage de l’ensemble de ces mécanismes. Puisque chaque modification est susceptible d’influencer les autres [35] et que cette régulation varie selon le gène considéré, il semble difficile d’invoquer un « code des histones », comme cela est parfois proposé [6, 10, 35]. Acétyler des histones revient à éliminer les charges positives des résidus lysine, donc à diminuer les interactions des histones avec l’ADN. Le processus est contrôlé, d’une part par les histones acétyltransférases (HAT) qui catalysent l’acétylation, et d’autre part par les histones déacétylases (HDAC) [54] qui hydrolysent les groupements acétyles. Les HAT sont regroupées en au moins quatre familles, d’après leur divergence de séquence du domaine HAT. On les retrouve dans de multiples complexes protéiques, ce qui leur permet sans doute de cibler un grand nombre de substrats. La composition des cinq classes d’HDAC décrites à ce jour est présentée dans la Figure 4 .

thumbnail Figure 4.

Les différentes classes de HDAC. On distingue quatre classes d’histones désacétylases (HDAC) suivant la nature de leurs cofacteurs (soit l’ion Zn2+, soit le nicotinamide adénine dinucléotide NAD+) et suivant leurs localisations subcellulaires. Les membres des classes I et IV sont retrouvés principalement dans le noyau, alors que ceux de la classe II sont présents dans le noyau et le cytoplasme. Leur migration entre les deux compartiments est assurée par des mécanismes de phosphorylation. Certaines sirtuines (Sirt) sont également localisées dans le noyau et le cytoplasme, alors que l’on retrouve Sirt3, 4 et 5 exclusivement dans les mitochondries.

Acétylation des histones et drogues

De nombreuses publications décrivent des modifications de l’acétylation des histones en réponse aux drogues [56]. Ainsi, le niveau global de l’acétylation des histones H3 et H4 dans le noyau accumbens est augmenté en réponse au traitement par la cocaïne [36]. L’acétylation de l’histone H3 est augmentée également dans le cortex préfrontal de souris soumises au test de préférence de place induite par la méthamphétamine [37]. Mais les cascades de signalisation mises en jeu par les psychostimulants pour aboutir à cette acétylation ne sont pas connues. D’autre part, le sevrage de l’alcool est accompagné par une augmentation de l’activité HDAC globale et par une diminution de l’acétylation des histones dans l’amygdale de souris [38]. D’autres études ont montré l’importance de la régulation d’HDAC5, un membre de la classe IIa des HDAC, en réponse à la cocaïne [39]. Ce type de régulation entraîne l’expression du facteur de transcription MEF2C (myocyte enhancer factor 2C) [40]. La technique d’immunoprécipitation de la chromatine associée à une analyse par microarray (ChIP-chip) a permis de caractériser les modifications des histones sur l’ensemble du génome. Ce type d’investigation a permis de montrer que très peu de gènes portaient des histones hyperacétylées à la fois sur H3 et H4, en réponse à la cocaïne, suggérant que les deux marqueurs avaient des rôles distincts. [41].

Effets comportementaux des inhibiteurs des HDAC

En utilisant des inhibiteurs pharmacologiques des HDAC, il est relativement aisé d’agir sur le niveau d’acétylation des histones. Les principaux inhibiteurs d’HDAC, ainsi que leurs sélectivités, sont présentés dans la Figure 5 . Chez les rongeurs, cette approche suggère que le développement des comportements liés à l’addiction était sans doute relié à des modifications épigénétiques, même si les résultats ne sont pas toujours concordants. C’est ainsi que des inhibiteurs non sélectifs des HDAC : (1) réduisent la consommation de cocaïne pendant la phase d’acquisition de l’autoadministration, ainsi que la motivation des rats à s’autoadministrer la drogue [42] ; (2) réduisent la consommation d’éthanol par des souris et la motivation des rats à s’administrer de l’éthanol [43] ; (3) facilitent l’extinction de la préférence de place induite par la cocaïne [44] ; (4) réduisent la préférence de place induite par la nicotine, mais pas l’aversion de place provoquée par des doses plus élevées [45] ; (5) inhibent la sensibilisation comportementale provoquée par l’éthanol [46] ; et (6) réduisent le comportement de recherche de cocaïne après une période de sevrage de trois semaines (rechute) [47]. D’autre part, un traitement similaire avec souvent les mêmes inhibiteurs a conduit à : (1) augmenter la consommation de cocaïne pendant la phase de maintenance de l’autoadministration [48] ; (2) accroître la sensibilisation comportementale et la préférence de place induites par la morphine [49] ; (3) potentialiser la sensibilisation comportementale et l’activité locomotrice induites par l’amphétamine [50] ; et (4) augmenter l’activation locomotrice produite par la cocaïne [36, 39]. Diverses explications ont été avancées pour tenter d’expliquer ces observations parfois contradictoires. Elles concernent : la durée du traitement ; les protocoles d’injection des drogues et des inhibiteurs d’HDAC susceptibles d’entraîner des adaptations différentielles, voire opposées ; la phase du conditionnement (acquisition versus maintenance) pendant laquelle le traitement est effectué ; et la nature de la drogue utilisée ainsi que le type de test comportemental employé. Il convient d’ajouter la stabilité de ces marqueurs épigénétiques. Même si le remodelage de la chromatine a été observé parfois en réponse à une simple stimulation neuronale, un traitement répété est souvent requis pour mettre en évidence ce remodelage et les changements comportementaux qui en découlent.

thumbnail Figure 5.

Les principaux inhibiteurs d’HDAC. Les inhibiteurs sont regroupés selon leur structure chimique en quatre familles représentées ici par un ou plusieurs membres. Leur sélectivité, souvent très large, est indiquée (d’après Anne et al. [52]).

La persistance des marques épigénétiques est illustrée par des expériences de séparation mère-enfant chez le rat. Dans ce modèle, la séparation des nouveau-nés de la mère pendant trois heures par jour durant les 14 premiers jours de vie entraîne une augmentation importante de l’expression du complexe MeCP2/HDAC2, accompagnée d’une baisse de l’acétylation des histones [51]. Ces modifications subsistent jusqu’à l’âge adulte, âge auquel les animaux présentent une vulnérabilité accrue aux drogues. Il est probable que les régulations qui font intervenir le complexe MeCP2/HDAC2 jouent un rôle dans cette vulnérabilité, puisque la surconsommation de drogue, de même que l’acétylation de l’histone H4, sont abolies par un inhibiteur d’HDAC. Ces données suggèrent que des régulations épigénétiques, qui subsistent pendant une bonne partie de la vie, sous-tendraient la trace d’évènements traumatisants se produisant durant les tout premiers jours de vie.

Conclusion et perspectives

Des progrès remarquables ont été réalisés ces dernières années dans la description des modifications de l’état de la chromatine en réponse aux drogues. L’acétylation de résidus lysine des histones a été particulièrement bien renseignée. Mais de nombreuses questions essentielles restent en suspens, auxquelles il faudra répondre si l’on veut comprendre l’impact et la persistance des marqueurs épigénétiques dans la mise en place de la dépendance aux drogues. Il s’agira de caractériser précisément les événements moléculaires qui régulent le remodelage de la chromatine et, par là même, les gènes différentiellement exprimés en réponse à un traitement chronique par les drogues. Ces analyses devront concerner les modifications se produisant sur l’ensemble du génome, dans les principaux types de cellules des structures clés du circuit de la récompense. Ces analyses sont aujourd’hui possibles du fait de l’introduction des techniques de ChIP-Seq ou de MeDIP-Seq, qui combinent l’immunoprécipitation de la chromatine ou de l’ADN méthylé au séquençage massif du génome. Ces approches globales nous renseigneront sur la nature des gènes incriminés, et nous indiqueront dans quelle mesure les mécanismes neurobiologiques responsables de la mise en place, puis de la persistance du comportement compulsif, sont sous le contrôle de régulations épigénétiques. Cette approche servira sans doute aussi à identifier de nouvelles cibles pharmacologiques pour contenir la recherche effrénée de drogue, ainsi que la rechute.

Liens d’intérêt

L’auteur déclare n’avoir aucun lien d’intérêt concernant les données publiées dans cet article.

Remerciements

Je remercie le Dr K. Béfort et le Dr P. Anglard pour leur lecture critique du manuscrit.

Références

  1. Hyman SE, Malenka RC, Nestler EJ. Neural mechanisms of addiction: the role of reward-related learning and memory. Annu Rev Neurosci 2006 ; 29 : 565–598. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  2. Koob G, Kreek MJ. Stress, dysregulation of drug reward pathways, and the transition to drug dependence. Am J Psychiatry 2007 ; 164 : 1149–1159. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  3. Gould TJ. Addiction and cognition. Addict Sci Clin Pract 2010 ; 5 : 4–14. [PubMed] (Dans le texte)
  4. Kelley AE. Memory and addiction: shared neural circuitry and molecular mechanisms. Neuron 2004 ; 44 : 161–179. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  5. Kendler KS, Myers J, Prescott CA. Specificity of genetic and environmental risk factors for symptoms of cannabis, cocaine, alcohol, caffeine, and nicotine dependence. Arch Gen Psychiatry 2007 ; 64 : 1313–1320. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  6. Robison AJ, Nestler EJ. Transcriptional and epigenetic mechanisms of addiction. Nat Rev Neurosci 2011 ; 12 : 623–637. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  7. Waddington CH. The strategy of the genes: a discussion of some aspects of theoretical biology. London : Allen and Unwin, 1957. (Dans le texte)
  8. Felsenfeld G. A brief history of epigenetics. Cold Spring Harb Perspect Biol 2014 ; 6 : a018200. [CrossRef] (Dans le texte)
  9. Day JJ, Sweatt JD. DNA methylation and memory formation. Nat Neurosci 2010 ; 13 : 1319–1323. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  10. Ray-Gallet D, Gerard A, Polo S, Almouzni G. Variations sur le thème du code histone. Med Sci (Paris) 2005 ; 21 : 384–389. [CrossRef] [EDP Sciences] [PubMed] (Dans le texte)
  11. Kim DH, Saetrom P, Snove O, Jr, Rossi JJ. MicroRNA-directed transcriptional gene silencing in mammalian cells. Proc Natl Acad Sci USA 2008 ; 105 : 16230–16235. [CrossRef] (Dans le texte)
  12. Lister R, Mukamel EA, Nery JR, et al. Global epigenomic reconfiguration during mammalian brain development. Science 2013 ; 341 : 1237905. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  13. Kim JK, Samaranayake M, Pradhan S. Epigenetic mechanisms in mammals. Cell Mol Life Sci 2009 ; 66 : 596–612. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  14. Wang Y, Leung FC. An evaluation of new criteria for CpG islands in the human genome as gene markers. Bioinformatics 2004 ; 20 : 1170–1177. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  15. LaPlant Q, Vialou V, Covington HE 3rd et al. Dnmt3a regulates emotional behavior and spine plasticity in the nucleus accumbens. Nat Neurosci 2010 ; 13 : 1137–1143. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  16. Pol Bodetto S, Carouge D, Fonteneau M, et al. Cocaine represses protein phosphatase-1Cbeta through DNA methylation and methyl-CpG binding protein-2 recruitment in adult rat brain. Neuropharmacology 2013; 73 : 31–40. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  17. Anier K, Malinovskaja K, Aonurm-Helm A, et al. DNA methylation regulates cocaine-induced behavioral sensitization in mice. Neuropsychopharmacology 2010 ; 35 : 2450–2461. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  18. Guo JU, Su Y, Zhong C, et al. Hydroxylation of 5-methylcytosine by TET1 promotes active DNA demethylation in the adult brain. Cell 2011 ; 145 : 423–434. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  19. Lewis JD, Meehan RR, Henzel WJ, et al. Purification, sequence, and cellular localization of a novel chromosomal protein that binds to methylated DNA. Cell 1992 ; 69 : 905–914. [CrossRef] (Dans le texte)
  20. Amir RE, Van den Veyver IB, Wan M, et al. Rett syndrome is caused by mutations in X-linked MECP2, encoding methyl-CpG-binding protein 2. Nat Genet 1999 ; 23 : 185–188. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  21. Tudor M, Akbarian S, Chen RZ, Jaenisch R. Transcriptional profiling of a mouse model for Rett syndrome reveals subtle transcriptional changes in the brain. Proc Natl Acad Sci USA 2002 ; 99 : 15536–15541. [CrossRef] (Dans le texte)
  22. Nan X, Ng HH, Johnson CA, et al. Transcriptional repression by the methyl-CpG-binding protein MeCP2 involves a histone deacetylase complex. Nature 1998 ; 393 : 386–389. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  23. Adkins NL, Georgel PT. MeCP2: structure and function. Biochem Cell Biol 2011 ; 89 : 1–11. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  24. Lyst MJ, Ekiert R, Ebert DH, et al. Rett syndrome mutations abolish the interaction of MeCP2 with the NCoR/SMRT co-repressor. Nat Neurosci 2013 ; 16 : 898–902. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  25. Deschatrettes E, Jouvert P, Zwiller J. Overexpression of cyclic GMP-dependent protein kinase reduces MeCP2 and HDAC2 expression. Brain Behav 2012 ; 2 : 732–740. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  26. Ausio J, Paz AM, Esteller M. MeCP2: the long trip from a chromatin protein to neurological disorders. Trends Mol Med 2014 ; 20 : 487–498. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  27. Carouge D, Host L, Aunis D, et al. CDKL5 is a brain MeCP2 target gene regulated by DNA methylation. Neurobiol Dis 2010 ; 38 : 414–424. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  28. Adachi M, Monteggia LM. Decoding transcriptional repressor complexes in the adult central nervous system. Neuropharmacology 2014; 80C : 45–52. [CrossRef]
  29. Pol Bodetto S, Romieu P, Sartori M, et al. Differential regulation of MeCP2 and PP1 in passive or voluntary administration of cocaine or food. Int J Neuropsychopharmacol 2014; 17 : 1–14. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  30. Skene PJ, Illingworth RS, Webb S, et al. Neuronal MeCP2 is expressed at near histone-octamer levels and globally alters the chromatin state. Mol Cell 2010 ; 37 : 457–468. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  31. Cassel S, Carouge D, Gensburger C, et al. Fluoxetine and cocaine induce the epigenetic factors MeCP2 and MBD1 in adult rat brain. Mol Pharmacol 2006 ; 70 : 487–492. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  32. Host L, Dietrich JB, Carouge D, et al. Cocaine self-administration alters the expression of chromatin-remodelling proteins; modulation by histone deacetylase inhibition. J Psychopharmacol 2011 ; 25 : 222–229. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  33. Im HI, Hollander JA, Bali P, Kenny PJ. MeCP2 controls BDNF expression and cocaine intake through homeostatic interactions with microRNA-212. Nat Neurosci 2010 ; 13 : 1120–1127. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  34. Deng JV, Rodriguiz RM, Hutchinson AN, et al. MeCP2 in the nucleus accumbens contributes to neural and behavioral responses to psychostimulants. Nat Neurosci 2010 ; 13 : 1128–1136. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  35. Lacoste N, Cote J. Le code épigénétique des histones. Med Sci (Paris) 2003 ; 19 : 955–959. [CrossRef] [EDP Sciences] [PubMed] (Dans le texte)
  36. Kumar A, Choi KH, Renthal W, et al. Chromatin remodeling is a key mechanism underlying cocaine-induced plasticity in striatum. Neuron 2005 ; 48 : 303–314. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  37. Shibasaki M, Mizuno K, Kurokawa K, Ohkuma S. L-type voltage-dependent calcium channels facilitate acetylation of histone H3 through PKCgamma phosphorylation in mice with methamphetamine-induced place preference. J Neurochem 2011 ; 118 : 1056–1066. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  38. Pandey SC, Ugale R, Zhang H, et al. Brain chromatin remodeling: a novel mechanism of alcoholism. J Neurosci 2008 ; 28 : 3729–3737. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  39. Renthal W, Maze I, Krishnan V, et al. Histone deacetylase 5 epigenetically controls behavioral adaptations to chronic emotional stimuli. Neuron 2007 ; 56 : 517–529. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  40. Dietrich JB, Takemori H, Grosch-Dirrig S, et al. Cocaine induces the expression of MEF2C transcription factor in rat striatum through activation of SIK1 and phosphorylation of the histone deacetylase HDAC5. Synapse 2012 ; 66 : 61–70. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  41. Renthal W, Kumar A, Xiao G, et al. Genome-wide analysis of chromatin regulation by cocaine reveals a role for sirtuins. Neuron 2009 ; 62 : 335–348. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  42. Romieu P, Host L, Gobaille S, et al. Histone deacetylase inhibitors decrease cocaine but not sucrose self-administration in rats. J Neurosci 2008 ; 28 : 9342–9348. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  43. Warnault V, Darcq E, Levine A, et al. Chromatin remodeling: a novel strategy to control excessive alcohol drinking. Transl Psychiatry 2013 ; 3 : e231. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  44. Malvaez M, Sanchis-Segura C, Vo D, et al. Modulation of chromatin modification facilitates extinction of cocaine-induced conditioned place preference. Biol Psychiatry 2010 ; 67 : 36–43. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  45. Pastor V, Host L, Zwiller J, Bernabeu R. Histone deacetylase inhibition decreases preference without affecting aversion for nicotine. J Neurochem 2011 ; 116 : 636–645. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  46. Legastelois R, Botia B, Naassila M. Blockade of ethanol-induced behavioral sensitization by sodium butyrate: descriptive analysis of gene regulations in the striatum. Alcohol Clin Exp Res 2013 ; 37 : 1143–1153. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  47. Romieu P, Deschatrettes E, Host L, et al. The inhibition of histone deacetylases reduces the reinstatement of cocaine-seeking behavior in rats. Curr Neuropharmacol 2011 ; 9 : 21–25. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  48. Sun J, Wang L, Jiang B, et al. The effects of sodium butyrate, an inhibitor of histone deacetylase, on the cocaine- and sucrose-maintained self-administration in rats. Neurosci Lett 2008 ; 441 : 72–76. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  49. Sanchis-Segura C, Lopez-Atalaya JP, Barco A. Selective boosting of transcriptional and behavioral responses to drugs of abuse by histone deacetylase inhibition. Neuropsychopharmacology 2009 ; 34 : 2642–2654. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  50. Shen HY, Kalda A, Yu L, et al. Additive effects of histone deacetylase inhibitors and amphetamine on histone H4 acetylation, cAMP responsive element binding protein phosphorylation and DeltaFosB expression in the striatum and locomotor sensitization in mice. Neuroscience 2008 ; 157 : 644–655. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  51. Tesone-Coelho C, Morel LJ, Bhatt J, et al. Vulnerability to opiate intake in maternally deprived rats: implication of MeCP2 and of histone acetylation. Addict Biol 2015 ; 20 : 120–131. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  52. Anne M, Sammartino D, Barginear MF, Budman D. Profile of panobinostat and its potential for treatment in solid tumors: an update. Onco Targets Ther 2013 ; 6 : 1613–1624. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  53. Gorwood P. Les addictions sous l’angle de la génétique. Med Sci (Paris) 2015 ; 31 : 432–438. [CrossRef] [EDP Sciences] [PubMed] (Dans le texte)
  54. Morange M. Quelle place pour l’épigénétique ?. Med Sci (Paris) 2005 ; 21 : 367–369. [CrossRef] [EDP Sciences] [PubMed] (Dans le texte)
  55. Mahfoudhi E, Secardin L, Scourzic L, et al. Propriétés et rôles biologiques des protéines TET au cours du développement et de l’hématopoïèse. Med Sci (Paris) 2015 ; 31 : 268–274. [CrossRef] [EDP Sciences] [PubMed] (Dans le texte)
  56. La Herve D. drogue : une histoire d’histone ? Med Sci (Paris) 2010 ; 26 : 568–571. [CrossRef] [EDP Sciences] [PubMed] (Dans le texte)

Liste des figures

thumbnail Figure 1.

Divers processus régulent le remodelage de la chromatine entre un état ouvert et un état plus ou moins compact. La chromatine se présente, soit dans un état ouvert qui permet la transcription, soit dans un état plus condensé qui est transcriptionnellement moins actif. De nombreuses études suggèrent que la méthylation de l’ADN et les modifications post-traductionnelles des histones sont capables d’agir sur la compaction de la chromatine en réponse à diverses drogues. Les modifications des histones concernent essentiellement l’acétylation, la méthylation ou encore la phosphorylation, et ont lieu à leur extrémité amino-terminale. NuRD : nucleosome remodeling deacetylase ; Swi/SNF : switch/sucrose nonfermentable.

Dans le texte
thumbnail Figure 2.

Structure et caractéristiques principales des protéines liant l’ADN méthylé par l’intermédiaire d’un domaine MBD. Les domaines représentés sont : CxxC : motif de liaison aux ions Zn2+ ; GR : motif comportant 11 répétitions de résidus glycine et arginine ; MBD : methylated DNA binding domain ; TRD : transcriptional repression domain. La protéine MBD3 n’est pas incluse, car bien que présentant une forte homologie de séquence avec cette famille, son domaine MBD n’est pas fonctionnel. On la retrouve dans le complexe NuRD. Il n’est pas fait état ici des protéines Kaiso, car elles ne possèdent pas de domaine MBD, mais lient l’ADN méthylé par l’intermédiaire d’un domaine dit « doigt de zinc ».

Dans le texte
thumbnail Figure 3.

Immunoréactivité des protéines MeCP2 et MBD1, ainsi que de la forme acétylée de l’histone H3, en réponse à la cocaïne. Les rats ont été traités pendant 10 jours à raison d’une injection de 20 mg/kg de cocaïne par jour. Ils ont été mis à mort 15 heures après la dernière injection, et des coupes coronales du cerveau ont été réalisées. Les protéines ont été révélées dans le striatum dorsal à l’aide d’anticorps primaires polyclonaux dirigés contre MeCP2, MBD1 ou contre les formes acétylées des résidus lysine-9 et -14 de l’histone H3 (Ac-H3 K9/14). On distingue les noyaux marqués, suite à la révélation de l’activité peroxydase. Le nombre de noyaux immunoréactifs pour les protéines de liaison à l’ADN méthylé est augmenté d’un facteur d’environ 2,7 chez les animaux traités, alors que les noyaux exprimant les formes acétylées de l’histone H3 sont diminués d’un facteur 2,3 (d’après Cassel et al. [31]).

Dans le texte
thumbnail Figure 4.

Les différentes classes de HDAC. On distingue quatre classes d’histones désacétylases (HDAC) suivant la nature de leurs cofacteurs (soit l’ion Zn2+, soit le nicotinamide adénine dinucléotide NAD+) et suivant leurs localisations subcellulaires. Les membres des classes I et IV sont retrouvés principalement dans le noyau, alors que ceux de la classe II sont présents dans le noyau et le cytoplasme. Leur migration entre les deux compartiments est assurée par des mécanismes de phosphorylation. Certaines sirtuines (Sirt) sont également localisées dans le noyau et le cytoplasme, alors que l’on retrouve Sirt3, 4 et 5 exclusivement dans les mitochondries.

Dans le texte
thumbnail Figure 5.

Les principaux inhibiteurs d’HDAC. Les inhibiteurs sont regroupés selon leur structure chimique en quatre familles représentées ici par un ou plusieurs membres. Leur sélectivité, souvent très large, est indiquée (d’après Anne et al. [52]).

Dans le texte

Les statistiques affichées correspondent au cumul d'une part des vues des résumés de l'article et d'autre part des vues et téléchargements de l'article plein-texte (PDF, Full-HTML, ePub... selon les formats disponibles) sur la platefome Vision4Press.

Les statistiques sont disponibles avec un délai de 48 à 96 heures et sont mises à jour quotidiennement en semaine.

Le chargement des statistiques peut être long.