Le réseau international des Instituts Pasteur
Accès gratuit
Numéro
Med Sci (Paris)
Volume 29, Numéro 6-7, Juin–Juillet 2013
Le réseau international des Instituts Pasteur
Page(s) 645 - 646
Section M/S Revues
DOI https://doi.org/10.1051/medsci/2013296019
Publié en ligne 12 juillet 2013

L’Institut Pasteur de Shanghai-Académie des sciences de Chine (IPS-ASC) a été créé par l’Académie des sciences de Chine en association avec l’Institut Pasteur et le Gouvernement municipal de Shanghai en octobre 2004. Ce projet de haut niveau faisait partie d’un accord intergouvernemental entre la Chine et la France pour le contrôle et la prévention des maladies infectieuses émergentes sous l’égide du président chinois Hu Jintao et de l’ancien président français Jacques Chirac. Selon moi, les objectifs de l’IPS-ASC vont bien au-delà des rôles d’un institut de recherche conjoint. C’est un symbole du partenariat stratégique global entre la Chine et la France, deux pays considérés comme les représentants des civilisations orientales et occidentales, qui se complètent en créant un monde multipolaire de paix, de développement et de coopération dans le secteur de la science et de la santé publique.

L’IPS-ASC a pour objectif de traduire l’excellence dans la science pour le bien de la santé publique, de contribuer à la prévention et au contrôle des maladies par une recherche fondamentale, translationnelle, appliquée et innovante. Grâce au soutien conjoint des trois fondateurs et aux efforts remarquables de l’Institut, l’IPS-ASC a créé un institut de plus de 250 scientifiques avec 23 équipes qui s’agrandiront au cours de l’année à venir, lorsque l’institut emménagera dans ses nouveaux locaux. L’IPS-ASC a démontré sa grande visibilité en Chine et à l’étranger dans le domaine des principaux pathogènes humains. J’ai remarqué que plusieurs collaborations internationales et nationales avaient contribué aux découvertes scientifiques, en particulier dans le domaine de la grippe, du VIH (virus de l'immunodéficience humaine), de l’herpès, du syndrome pieds-mains-bouche (HFMD), ainsi que dans la découverte de médicaments et de vaccins, avec des publications dans Proceedings of the National Academy of Sciences USA, Journal of Virology, PLoS One, FASEB Journal, Antiviral Research, Cell Reports, European Journal of Immunology, etc.

Je félicite les chercheurs de l’IPS-ASC pour leurs contributions importantes à notre compréhension de la pathogenèse des infections virales. Bon nombre de ces découvertes sont à l’origine d’excellentes publications mais aussi de brevets ayant un fort potentiel d’évolution en résultats concrets, pour le bien des patients ou pour prévenir les maladies. L’intérêt croissant des laboratoires des sciences de la vie nationaux et internationaux dans l’établissement de partenariats avec l’IPS-ASC pour développer des produits et mener des recherches de base essentielles pour le développement de produits est un bon indicateur de ces progrès.

Les maladies infectieuses se moquent des frontières et sont un sujet de préoccupation pour tous les pays de la région et du monde. La menace des maladies infectieuses émergentes et des maladies infectieuses saisonnières aiguës, telles que le HFMD/EV71, la grippe comme l’épidémie récente du virus H7N9, et le VRS (virus respiratoire syncytial), et la présence de maladies chroniques telles que la tuberculose, le VIH/Sida, l’hépatite B et C, sont des exemples des défis sanitaires nationaux, régionaux et internationaux auxquels se consacre l’IPS-ASC. J’encourage l’IPS-ASC à travailler en plus étroite collaboration avec l’OMS (Organisation mondiale de la santé), à s’appuyer sur la position internationale unique et sur le réseau international pour répondre aux besoins en santé publique non satisfaits en Chine, dans le continent asiatique et dans le monde. L’expérience de l’Institut Pasteur à Paris dans la gestion des centres de collaboration avec l’OMS sera une aide précieuse.

Grâce à ses missions de recherche ciblant la santé publique et l’éducation, l’IPS-ASC a pu attirer 23 responsables d’unités du monde entier dans le cadre d’un recrutement sélectif de scientifiques de haut niveau, pour mener à bien les recherches scientifiques les plus ambitieuses et innovantes. Certains d’entre eux ont été sélectionnés par le biais du programme de recrutement international « 1 000 élites » créé par le gouvernement chinois. Nous serions ravis d’accueillir plus de jeunes scientifiques français et européens en Chine, pour profiter de nos excellents programmes de financement et développer leur carrière à l’IPS-ASC et au sein du réseau de la CAS et de l’Institut Pasteur. Depuis ses débuts en 2005, l’IPS-ASC a également rempli sa mission de formation et d’éducation des jeunes scientifiques, avec des cours internationaux de haut niveau sur les pathogènes, les vaccins, la biosécurité et l’inflammation.

Je dois féliciter l’IPS-ASC, qui a été reconnu par les autorités de santé publique en Chine et dans l’Asie du Sud-Est pour sa participation active à la prévention et au contrôle des maladies infectieuses. Pendant l’Exposition universelle de Shanghai 2010, le Centre de diagnostic des pathogènes de l’IPS-ASC a été désigné par le Centre de contrôle des maladies (CDC) de Shanghai comme l’une des six « unités de support technique externe pour la détection en laboratoire » devant se tenir prêtes à répondre aux urgences en cas d’épidémie de maladie infectieuse, avec des millions de visiteurs. En juillet 2012, une épidémie d’infections sévères à EV71 a été rapportée pour la première fois par le ministère de la Santé cambodgien, tuant plus de 140 enfants. Le CDC chinois a immédiatement envoyé une équipe d’experts au Cambodge pour participer au diagnostic en laboratoire, au traitement des infections sévères, aux études épidémiologiques, à la formation, etc. Au même moment, les experts de l’IPS-ASC arrivaient à Phnom Penh, à l’Institut Pasteur du Cambodge, pour aider l’équipe de virologie locale. Avec leur expertise et leurs outils scientifiques et techniques, en collaboration avec l’Institut Pasteur du Cambodge, ils furent les premiers à génotyper et séquencer intégralement l’EV71 cambodgien (annoncé sur ProMED-mail, le 26 juillet et le 5 septembre 2012). Les informations obtenues par la recherche scientifique ont été rapidement partagées avec le CDC chinois, ce qui nous a permis de savoir très rapidement que le virus responsable de l’épidémie au Cambodge était très proche des isolats d’EV71 circulant en Chine. Des tests diagnostiques et des vaccins contre l’EV71 en cours de développement en Chine ont ainsi pu détecter et prévenir la maladie causée par le virus cambodgien. L’action du CDC chinois et de l’IPS-ASC a été très appréciée du ministère de la Santé cambodgien. J’ai beaucoup apprécié les mesures prises rapidement par les scientifiques compétents des trois équipes de l’IPS-ASC pour participer à l’enquête sur l’épidémie d’EV71 au Cambodge, et le soutien scientifique, logistique et financier de l’Institut Pasteur à Paris et des autres collaborateurs. J’espère que l’IPS-ASC, grâce à ses capacités de recherche et à son personnel talentueux, communiquera et collaborera de nouveau avec les organismes de santé publique en Chine, comme le CDC, pour jouer un rôle important dans la prévention et le contrôle des maladies infectieuses telles que les entérovirus, et pour contribuer à l’innovation scientifique et technologique dans le domaine de la médecine et de la santé publique.

La structure de l’IPS-ASC est originale en ce qu’elle bénéficie de mesures concertées de ses trois fondateurs. Le Conseil d’administration, composé des membres des trois fondateurs et d’un membre indépendant, la plus haute autorité de l’institut, associe ces règles et expériences spécifiques pour amener l’Institut au niveau de compétence maximal dans le domaine des maladies infectieuses. L’IPS-ASC bénéficie à la fois au réseau de la CAS et aux instituts du réseau international des Instituts Pasteur, ce qui permet à l’institut de partager une coopération nationale et internationale fructueuse. La direction conjointe par un directeur européen et un directeur chinois garantit une synergie et une complémentarité dans les contacts nationaux et internationaux. Au-delà de l’IPS-ASC, les trois fondateurs ont créé la Shanghai Pasteur Health Research Foundation, pour gérer les fonds versés par la municipalité de Shanghai et pour lever des fonds publics d’aide à la recherche. En dehors de ses fondateurs historiques, l’IPS-ASC fait des efforts considérables pour créer plusieurs partenariats avec des institutions internationales renommées, telles que la Li Ka Shing Foundation, et pour obtenir des financements de Fondations françaises telles que Total, Areva et L’Oréal. Ces partenariats augmentent de manière significative les ressources de l’IPS-ASC, mais leur effet le plus remarquable est qu’ils ancrent l’IPS-ASC dans la communauté internationale de la recherche, en tant qu’institut international en Chine. Telles sont et doivent rester la philosophie et la devise constantes de l’IPS-ASC.

J’espère que l’IPS-ASC, en tant que médiateur de la rencontre entre l’Orient et l’Occident, intégrera la richesse des philosophies scientifiques et des traditions culturelles françaises et chinoises dans sa pratique innovante pour jouer un rôle unique dans la recherche, la formation et le service rendu à la société, pour devenir un modèle de la coopération sino-française dans le domaine scientifique. À présent qu’il s’est positionné dans un cycle de développement rapide et direct, j’espère que l’IPS-ASC maintiendra ses efforts de lutte contre les maladies infectieuses, et se tiendra prêt à relever de nouveaux défis.

Liens d’intérêt

L’auteur déclare n’avoir aucun lien d’intérêt concernant les données publiées dans cet article.


© 2013 médecine/sciences – Inserm

Les statistiques affichées correspondent au cumul d'une part des vues des résumés de l'article et d'autre part des vues et téléchargements de l'article plein-texte (PDF, Full-HTML, ePub... selon les formats disponibles) sur la platefome Vision4Press.

Les statistiques sont disponibles avec un délai de 48 à 96 heures et sont mises à jour quotidiennement en semaine.

Le chargement des statistiques peut être long.