Le réseau international des Instituts Pasteur
Accès gratuit
Numéro
Med Sci (Paris)
Volume 29, Numéro 6-7, Juin–Juillet 2013
Le réseau international des Instituts Pasteur
Page(s) 642 - 644
Section M/S Revues
DOI https://doi.org/10.1051/medsci/2013296018
Publié en ligne 12 juillet 2013

Les Instituts internationaux de recherche sur les maladies infectieuses s’interrogent souvent sur les modalités de partenariat scientifique avec les pays touchés par les grandes endémies infectieuses, que ces derniers soient en Asie, en Afrique ou sur le continent sud-américain.

L’Institut Pasteur a choisi, dès son origine, de créer des structures pérennes de recherche dont la mission depuis plus d’un siècle est de répondre, au sein des populations, aux défis sanitaires, en prenant en compte les évolutions démographiques, environnementales, les contraintes économiques et les changements politiques de ces pays.

Le réseau international des Instituts Pasteur rassemble 32 instituts dans le monde (Figure 1). L’Institut Pasteur coordonne ce réseau en construisant avec et entre tous ses membres un partenariat scientifique étroit. Au-delà des structures, il s’agit du développement d’une vaste communauté humaine et scientifique mobilisée dans des projets internationaux de recherche et de santé publique.

thumbnail Figure 1.

Répartition géographique des différents instituts du réseau international des Instituts Pasteur.

Ces instituts sont des acteurs essentiels, à la fois du développement de la recherche et de la santé publique dans chaque pays, mais également, par leur appartenance au réseau international, d’une nouvelle dimension de santé internationale ou santé globale.

Ce positionnement original permet, en effet, aux instituts du réseau international de détecter précocement les émergences, d’être à l’écoute des priorités locales de santé publique, de développer une recherche adossée à la lutte contre les maladies infectieuses, de renforcer durablement les compétences locales de diagnostic et surveillance tout en garantissant une réponse aux grands enjeux internationaux posés par les maladies infectieuses.

Des interventions locales et internationales en santé publique

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a signé en septembre 2012 un accord avec l’Institut Pasteur reconnaissant la place du réseau international comme un acteur essentiel de la mise en œuvre et du renforcement du règlement sanitaire international, confirmant la volonté des pays de se doter des capacités de diagnostic et de détection des émergences à risque épidémique.

Pour y parvenir, le réseau international mobilise au niveau de chaque pays, de chaque Institut Pasteur, des laboratoires reconnus comme centres nationaux ou centres collaborateurs OMS (rage, poliomyélite, tuberculose, paludisme, etc.).

Les instituts garantissent ainsi aux ministères de la Santé et à l’OMS l’accès à des capacités de diagnostic répondant aux normes internationales, permettant la mise en place d’une surveillance basée sur l’identification et la confirmation rapide des pathogènes, le diagnostic au niveau local des problématiques émergentes.

Ces instituts constituent des éléments structurants des réseaux nationaux et internationaux de surveillance, particulièrement face aux enjeux de santé publique mondiaux : élimination de la poliomyélite, surveillance des nouveaux variants de souche grippale, des méningites bactériennes au Sahel, émergence des résistances aux anti-infectieux.

Par sa capacité à mobiliser rapidement des chercheurs, le réseau international constitue une force d’intervention au niveau régional et international, notamment face l’apparition de foyers d’épidémies. Ce fut le cas, lors de l’émergence des foyers de peste en Amérique du Sud ou, plus récemment, lors de l’épidémie de syndrome pied-main-bouche en Asie liée à la diffusion de la souche d’entérovirus EV71.

Un effort important a été porté récemment pour accroître les capacités d’intervention du réseau avec la création de laboratoires de haute sécurité (BSL3), de nouvelles plates-formes de recherche technologique (Corée, Chine, Uruguay), mais également le renforcement de nouveaux champs d’expertises notamment en entomologie, épidémiologie et recherche clinique.

Si l’Institut Pasteur a su développer des relations étroites avec les ministères de la Santé et de la Recherche des pays d’implantation, une attention toute particulière a été portée à la complémentarité et au partenariat avec les laboratoires nationaux de santé publique, les hôpitaux, les universités, les Instituts se positionnant soit comme des structures de première ligne, soit comme des structures de référence.

Une recherche internationale en partenariat

Le réseau international des Instituts Pasteur a fait de la recherche l’un des axes prioritaire de la réponse aux maladies infectieuses. Cette recherche est étroitement liée aux besoins de santé des pays et aux enjeux internationaux issus de la mondialisation des maladies infectieuses.

Ces besoins couvrent notamment :

  • les maladies infectieuses liées à la pauvreté (sida, tuberculose et paludisme), objectifs prioritaires du Millénaire ;

  • les grandes causes de mortalité et morbidité, notamment chez les jeunes enfants (infections respiratoires, diarrhéiques, encéphalites) dans les pays à ressources limitées ;

  • de nombreuses équipes en Afrique et en Asie travaillent également à l’identification de pathogènes émergents, essentiellement dans le cadre des anthropozoonoses et maladies à transmission vectorielle, et à la compréhension des facteurs de risques de ces émergences.

Enfin, la lutte contre les maladies infectieuses négligées dans les pays du Sud (rage, arboviroses, hépatites virales, leishmanioses, ulcère de Buruli, etc.), et l’étude des résistances aux anti-infectieux constituent les autres axes de recherche actuellement développés.

Ces programmes s’effectuent en partenariat avec les ministères de la Santé et les autorités sanitaires des pays. Plus récemment, une série d’accords ont été signés avec les institutions françaises et internationales de recherche : dernier exemple, la création à l’Institut Pasteur du Cambodge d’une plateforme de recherche à vocation régionale regroupant les autorités de santé du Cambodge, l’Institut Pasteur, l’Inserm, l’IRD (Institut de recherche pour le développement), le Cirad (centre international de recherche agronomique pour le développement) et la Fondation Mérieux, et dont le premier objectif est de répondre à la problématique des encéphalites en Asie du Sud-Est.

Accueillir les chercheurs de demain

Cette recherche s’appuie sur une vaste communauté de scientifiques, dont le développement constitue l’une des priorités du réseau international. La mise en place de partenariats avec les universités locales et internationales vise à multiplier les passerelles entre le monde de la recherche universitaire et celui des Instituts Pasteur. Cet objectif de renforcement des ressources humaines s’adresse autant aux jeunes scientifiques qui souhaitent développer une recherche au cœur des zones d’endémie, qu’à ceux désireux de venir partager, dans leur pays d’origine, leur connaissance après une première expérience internationale.

Diplomatie scientifique

La dimension interculturelle n’est pas absente du développement du réseau international : les témoignages du ministère français des Affaires Étrangères - qui accompagne depuis de nombreuses années le réseau international des Instituts Pasteur - et ceux de l’ancien ministre de la Santé chinois [1] (→) illustrent la place nouvelle de la recherche comme un acteur du rapprochement entre les cultures.

(→) Voir l’article de Chen Zhu, page 645 de ce numéro

Cette « présence » internationale doit en grande partie son développement à la volonté des pays de se doter d’instituts de recherche et au soutien que ces pays leur apportent. Cette appropriation complète l’œuvre de Louis Pasteur et en fait le moteur de son futur développement. Les héritiers de Louis Pasteur se trouvent aujourd’hui également hors de nos frontières.

Conclusions

La revue médecine/sciences ouvre ses pages au réseau international des Instituts Pasteur. La série d’articles que nous présentons dans ce numéro et les prochains illustre l’extraordinaire diversité de ce réseau, son engagement dans la recherche sur les maladies infectieuses : acteur de la recherche transversale, intervenant de premier plan en réponse aux situations épidémiques, découvreur de nouveaux pathogènes, ce réseau poursuit son action aux côtés des autorités de la recherche et de la santé publique. Ces différents articles témoignent de cette richesse et de l’engagement d’une recherche au service du développement et de la connaissance.

Liens d’intérêt

L’auteur déclare n’avoir aucun lien d’intérêt concernant les données publiées dans cet article.

Références

  1. Chen Zhu. Quand l&Orient rencontre l&Occident pour une meilleure santé publique. Med Sci (Paris) 2013 ; 29 : 645–646. [CrossRef] [EDP Sciences] [PubMed] (Dans le texte)

© 2013 médecine/sciences – Inserm

Liste des figures

thumbnail Figure 1.

Répartition géographique des différents instituts du réseau international des Instituts Pasteur.

Dans le texte

Les statistiques affichées correspondent au cumul d'une part des vues des résumés de l'article et d'autre part des vues et téléchargements de l'article plein-texte (PDF, Full-HTML, ePub... selon les formats disponibles) sur la platefome Vision4Press.

Les statistiques sont disponibles avec un délai de 48 à 96 heures et sont mises à jour quotidiennement en semaine.

Le chargement des statistiques peut être long.