Accès gratuit
Numéro
Med Sci (Paris)
Volume 26, Numéro 3, Mars 2010
Page(s) 315 - 316
Section Perspective/Horizons
DOI https://doi.org/10.1051/medsci/2010263315
Publié en ligne 15 mars 2010

© 2010 médecine/sciences - Inserm / SRMS

En 1863, Thomas H. Huxley exprimait l’espoir qu’un jour « par un paléontologue qui n’est pas encore né, des os fossilisés d’un singe anthropoïde ou d’un homme plus pithécoïde seraient découverts »1 [1]. Quelques années plus tard, dans la « Généalogie de l’Homme », Darwin regrettait la rareté des fossiles de ces ancêtres communs aux singes et à l’homme qui avaient vécu jadis dans les forêts du miocène en Afrique. Il ne se trompait pas puisque c’est effectivement en Afrique qu’au cours du XXe siècle ont été découverts au Bostwana, au Kenya, au Tchad, mais surtout en Éthiopie dans les vallées du Rift, divers Australopithèques, A. anamensis, A. a farensis (la fameuse Lucy), entre autres. C’est dans cette même région qu’en 1992, l’équipe du Middle Awash Project a découvert des ossements d’un hominidé un peu différent tout d’abord nommé Australopithecus ramidis.

Il a fallu plus d’une décennie (mais qu’est-ce que 10 ans face aux millions d’années qui nous séparent de cet ancêtre !) pour le débaptiser et surtout montrer que cet hominidé était plus ancien que tous les Australopithèques décrits jusqu’à présent. Ardipithecus ramidus, puisque c’est désormais son nom, vient de faire l’objet en octobre 2009 d’un travail exhaustif réalisé par des équipes de paléontologues du monde entier (dont trois françaises) coordonnées par Tim White (Berkeley, Ca, États-Unis). Le numéro du 2 octobre de la revue Science présente ce travail sous forme de 11 publications (et d’une vidéo) qui décrivent minutieusement son crâne, ses dents, son squelette (à partir de 110 pièces osseuses provenant de 36 individus) ainsi que son environnement dans les sédiments proches de la rivière Awash [29]. Des bois fossilisés indiquent la présence de palmiers, de fruits. Les fossiles d’invertébrés y sont abondants ainsi que ceux de vertébrés inférieurs (tortues, crocodiles, lézards et serpents).

Il a donc fallu 17 ans pour extraire, rassembler, reconstituer, parfois par informatique, l’ensemble du squelette. Les Ardipithèques mesuraient environ 1 m 20 et pesaient une cinquantaine de kg. Le dimorphisme entre mâles et femelles devait être modéré. La capacité crânienne était plus petite que celle des Australopithèques (300 à 350 cm3), proche de celle des bonobos ; les bourrelets supra-orbitaires étaient épais. Ils vivaient dans des régions boisées, étaient capables de grimper aux arbres. Ils avaient acquis la station debout et, fait notable, ces bipèdes avaient un gros orteil opposable. Ils étaient donc capables de marcher à plat (sans toutefois pouvoir faire des courses de fond). Bien que leurs membres supérieurs soient assez longs, les poignets et les mains étaient plus flexibles : les phalanges ne servaient pas d’appui pour une marche à quatre pattes. Leurs dents étaient différentes de celles des Australopithèques avec un émail plus épais, des canines supérieures peu développées, contrairement à celles des chimpanzés mâles, ce qui les fait supposer omnivores, frugivores et moins agressifs.

De nombreux éléments observés chez Ardipithecus ramidus existaient déjà chez Sahelanthropus tchadensis découvert au Tchad par l’équipe de Michel Brunet en 2001, qui l’a baptisé Toumaï. On retrouve en particulier cette morphologie faciale comportant une partie inférieure raccourcie et une partie supérieure projetée en avant, bien différente de celle des grands singes [10]. Par conséquent, l’appartenance de Toumaï au groupe des hominidés - un temps contestée - ne fait plus de doute.

Avec Orrorin tugenensis et S. tchadensis, A. ramidus peut donc être considéré comme un hominidé ayant existé avant les Australopithèques, en particulier avant A. anamensis considéré comme le plus ancien. Il aurait vécu il y a environ 4,4 millions d’années. Quel est le lien entre ce groupe lointain d’hominidés et les Australopithèques ? Il est encore trop tôt pour le dire. Mais déjà, l’étude d’Ardipithecus ramidus permet de se faire une idée de l’ancêtre commun hommes-singes qui l’aurait précédé (Figure 1).

thumbnail Figure 1.

Situation d’ A. ramidus dans l’arbre de l’évolution (d’après la vidéo The analysis of Ardipithecus ramidus, one of the earliest known Hominids - © Science [2])2.

Elle démontre que les caractères propres aux panidés actuels résultent non pas de la persistance des caractères originels, mais d’adaptations ultérieures, comme celles, mieux connues, qui se sont produites pour aller des Australopithèques à Homo sapiens.

Conflit d’intérêts

L’auteur déclare n’avoir aucun conflit d’intérêts concernant les données publiées dans cet article.


1

Il venait d’effectuer une étude des ossements trouvés dans la vallée de Neander en Allemagne.

2

Depuis la parution du numéro du 2 octobre [2], la place d’Ardipithecus ramidus a été précisée - pour un arbre complet actualisé de l’évolution des hominidés voir : http://fr.wikipedia.org/wiki/Pal%C3%A9oanthropologie ainsi que : http://www.hominides.com/html/ancetres/ancetres.php

Références

  1. Gilgenkrantz S. Les prémisses du génome de Néanderthal. Med Sci (Paris) 2007; 23 : 95–8. (Dans le texte)
  2. White TD, Asfaw B, Beyene Y, et al. Ardipithecus ramidus and the paleobiology of early hominids. Science 2009; 326 : 75–86. (Dans le texte)
  3. White TD, Ambrose SH, Suwa G, et al. Macrovertebrate paleontology and the Pliocene habitat of Ardipithecus ramidus. Science 2009; 326: 87.
  4. Louchart A, Wesselman H, Blumenschine RJ, et al. Taphonomic, avian, and small-vertebrate indicators of Ardipithecus ramidus habitat. Science 2009; 326 : 66.
  5. Suwa G, Asfaw B, Reiko T, et al. The Ardipithecus ramidus skull and its implications for hominid origins. Science 2009; 326 : 68.
  6. WoldeGabriel G, Ambrose SH, Doris Barbon DI, et al. The geological, isotopic, botanical, invertebrate, and lower vertebrate surroundings of Ardipithecus ramidus. Science 2009; 326 : 65.
  7. Lovejoy CO, Latimer B, Suwa G, et al. Combining prehension and propulsion: the foot of Ardipithecus ramidus. Science 2009; 326 : 72.
  8. Lovejoy CO, Simpson SW, White TD, et al. Careful climbing in the Miocene: the forelimbs of Ardipithecus ramidus and humans are primitive. Science 2009; 326 : 70.
  9. Lovejoy CO, Suwa G, Simpson SW, et al. The great divides: Ardipithecus ramidus reveals the postcrania of our last common ancestors with African apes. Science 2009; 326: 100–6. (Dans le texte)
  10. Guy F, Lieberman D, Pilbeam D, et al. Affinités morphologiques du crâne de Sahelanthorpus tchadensis « Toumaï », le plus ancien représentant de la famille humaine. Med Sci (Paris) 2006; 22 : 250–1. (Dans le texte)

Liste des figures

thumbnail Figure 1.

Situation d’ A. ramidus dans l’arbre de l’évolution (d’après la vidéo The analysis of Ardipithecus ramidus, one of the earliest known Hominids - © Science [2])2.

Dans le texte

Les statistiques affichées correspondent au cumul d'une part des vues des résumés de l'article et d'autre part des vues et téléchargements de l'article plein-texte (PDF, Full-HTML, ePub... selon les formats disponibles) sur la platefome Vision4Press.

Les statistiques sont disponibles avec un délai de 48 à 96 heures et sont mises à jour quotidiennement en semaine.

Le chargement des statistiques peut être long.