Accès gratuit
Numéro
Med Sci (Paris)
Volume 25, Numéro 11, Novembre 2009
Page(s) 957 - 962
Section Forum
DOI https://doi.org/10.1051/medsci/20092511957
Publié en ligne 15 novembre 2009

© 2009 médecine/sciences - Inserm / SRMS

Les recherches entreprises au cours des trente dernières années dans le domaine de la génétique humaine promettent d’importantes retombées dont pourrait bénéficier le monde de la santé. Pour valoriser les travaux de recherche dans ce secteur, deux considérations majeures devront cependant être prises en compte. Tout d’abord, il sera essentiel que les chercheurs en génétique collaborent entre eux et avec leurs collègues provenant de nombreuses autres disciplines pour valider leurs données de recherche, mieux tirer parti de leurs résultats et éviter de se retrancher dans le champ trop étroit de la génétique. Ensuite, il faudra promouvoir l’accessibilité aux connaissances engendrées par la recherche fondamentale ou appliquée, afin que les découvertes obtenues puissent être rapidement critiquées et améliorées et puissent mieux s’intégrer à la pratique clinique. Ces deux considérations constituent des enjeux particulièrement pertinents dans le contexte actuel de commercialisation de la recherche universitaire puisque la propriété intellectuelle et le secret commercial ne font pas toujours bon ménage avec la liberté académique.

Dans le but d’améliorer la collaboration et la transparence, l’idée est née d’importer le modèle « source ouverte » du domaine de l’informatique, où il a suscité un véritable engouement, à celui de la biotechnologie (Tableau I). La rencontre possible de ces deux « révolutions » a suscité beaucoup d’intérêt au sein du monde universitaire et semble promise à d’éclatants succès. Cependant, les importantes différences structurelles et sociales entre l’informatique et le champ des biotechnologies soulèvent de nombreuses interrogations au sujet du potentiel d’intégration de la solution « source ouverte », c’est pourquoi une évaluation s’impose.

Origine du modèle source ouverte dans le domaine informatique

Le modèle source ouverte, d’abord connu sous le nom de logiciel libre, a été introduit dans le domaine de l’informatique par le programmeur Richard Stallman au début des années 1980 [1]. Inspiré à la fois de la culture de science ouverte en application dans le milieu universitaire et des idéologies sociales des cracks informatiques1, ce modèle a permis, grâce aux ressources du réseau Internet, de promouvoir une recherche collaborative et transparente tout en présentant un modèle d’affaires crédible [2, 3]. Le modèle repose en grande partie sur des licences de propriété intellectuelle qui permettent à des tiers de lire, copier et modifier le code source d’un logiciel informatique. Ces licences contiennent souvent une clause dite « virale » qui oblige les utilisateurs subséquents à rendre le logiciel disponible aux conditions d’accès dont ils ont eux-mêmes bénéficié [4]. Il reste toutefois possible de vendre des logiciels à un prix raisonnable pour en tirer des revenus. Le modèle source ouverte ne permet donc pas d’exploiter commercialement la propriété intellectuelle car une telle activité pourrait avoir pour effet de limiter la collaboration et la dissémination qui sont ses objectifs principaux. Cependant, il offre d’autres incitations, de nature commerciale ou non, pour promouvoir la recherche et les transferts des technologies mises au point.

Tableau I.

Biotechnologie ouverte et biotechnologie traditionnelle.

Le projet source ouverte le plus connu dans le domaine informatique est sans nul doute celui que l’on appelle le noyau central Linux. La convivialité et la qualité de la plate-forme Linux ont contribué à sa grande popularité auprès de ses utilisateurs. Leur nombre a d’ailleurs grimpé à près de 29 millions en une dizaine d’années [5] et, d’ici 2011, il aura produit des revenus qui devraient atteindre 49 milliards de dollars [6].

Les modèles ouverts de collaboration dans le domaine de la génétique

L’apparition de modèles ouverts dans le domaine de la génétique est récente. Au cours de la dernière décennie, des chercheurs généticiens ont commencé à s’inspirer du modèle source ouverte mis en vogue par les cracks. Ils se sont ainsi employés à améliorer leur capacité à collaborer à la réalisation de projets scientifiques divers pour le bien public [7].

Les modèles ouverts de collaboration répertoriés dans le domaine des biotechnologies présentent des caractéristiques beaucoup plus hétérogènes que ceux en application dans le milieu informatique. Il faut admettre aussi que la capacité d’intégration et le succès de la source ouverte varient de façon importante en fonction du champ de production visé [8, 9].

Malgré son importance, le champ de production d’un projet de recherche n’est pas le seul indicateur du potentiel d’intégration d’un modèle source ouverte dans le domaine des biotechnologies. Plusieurs autres variables sont aussi des éléments déterminants : l’envergure du projet, ses objectifs, sa modularité et sa granularité2, la disponibilité de la main d’œuvre, l’origine des sources de financement, le type de droit de propriété intellectuelle octroyé et l’importance du financement [9]. De plus, un seul projet de recherche biotechnologique pourra contenir un, plusieurs ou tous les champs de production décrits plus haut. Il sera alors intéressant d’examiner le plan de travail conçu par le gestionnaire du projet afin de voir comment les différentes composantes ouvertes seront intégrées et administrées à un niveau plus global.

La variété d’avantages que pourrait présenter le modèle source ouverte dans le domaine des biotechnologies est trop souvent négligée. Les auteurs préfèrent, à tort, présenter ce modèle uniquement comme une solution miracle permettant de résoudre de potentiels problèmes de blocage imputés aux nombreux brevets génétiques (exemples : problème d’anti-commun dans le domaine des biotechnologies, brevets trop étendus, dissimulation des matériaux et des données de recherche, etc.) [10, 11]. Les bénéfices ci-dessous présentent un bref aperçu du vaste potentiel des modèles ouverts pour le domaine des biotechnologies.

Évaluation rapide par les pairs

Dans un projet de recherche classique, le chercheur a tendance à garder secrètes ses données de recherche le plus longtemps possible pour s’assurer une première publication et protéger d’éventuels droits tirés d’un brevet. Il n’est également pas rare de voir les chercheurs retenir certaines données ou refuser de fournir des matériaux afin de protéger leurs futures recherches [12]. A contrario, le modèle source ouverte favorise, par l’entremise d’une diffusion continue d’ébauches de projets sur Internet, la transparence et la dissémination rapide des données et des résultats des recherches. Il permet, en utilisant le savoir agrégé de nombreux scientifiques, de découvrir, de critiquer et d’éliminer plus rapidement les erreurs. La réputation des collaborateurs se trouve améliorée à mesure qu’ils contribuent à des évaluations constructives et à des solutions utiles au projet initial [13]. En pratique, cette amélioration peut se manifester par des offres de collaboration formelles ou par des occasions de publier une critique dans un journal scientifique.

Tableau II.

Potentiel d’intégration des modèles ouverts en fonction du champ de production. *Les logiciels bio-informatiques peuvent être considérés à la fois comme des projets d’informatique source ouverte et comme des projets de biotechnologie ouverte.

À l’écoute du marché

Le mode de production ouvert dans le domaine de la biotechnologie pourrait permettre de créer des biens qui répondent réellement aux besoins de leurs utilisateurs et des compagnies biotechnologiques privées. Contrairement aux modèles plus traditionnels où la direction d’un projet de recherche est généralement déterminée par un petit groupe de chercheurs universitaires éloigné des besoins du marché et travaillant en vase clos, dans un projet ouvert, après l’innovation initiale, ce sont les utilisateurs, eux-mêmes collaborateurs du projet, qui fournissent habituellement les nouvelles idées qui permettront de perfectionner ou de transformer un bien afin que celui-ci devienne réellement utile et réponde au mieux aux attentes du marché [14]. Un tel modèle de développement engendre certains des bénéfices typiques des partenariats publics et privés tout en évitant les effets négatifs de la commercialisation.

Réduire la duplication des recherches

Les licences ouvertes favorisent la transparence et la communication pour permettre un meilleur accès à l’information scientifique. Une telle attitude présente le double avantage de réduire la duplication des efforts de recherche et d’éviter la répétition de certaines erreurs susceptibles d’être dangereuses. Effectivement, les chercheurs seront informés plus rapidement et plus facilement des projets sur lesquels ils travaillent, de leurs réalisations ainsi que de leurs erreurs. Cette perspective fournira à tous une meilleure vision d’ensemble qui sera bénéfique à la coordination des projets [15].

Possibilité de développer un marché pour des biens et services complémentaires

Le modèle source ouverte peut être utilisé pour ouvrir un vaste marché d’utilisateurs pour un bien, voire pour faire de ce bien le standard reconnu dans sa catégorie. Une fois qu’une base d’utilisateurs solide est créée, il est possible de produire des biens et des services complémentaires qui seront, cette fois, protégés et commercialisés de façon traditionnelle et bénéficieront de la popularité de l’invention originale et de la clientèle déjà acquise. Dans une telle situation, l’invention ouverte sert à attirer les clients vers les autres biens et services de la compagnie. Il devient donc très avantageux pour une compagnie d’utiliser un modèle de développement ouvert si elle s’attend à tirer plus de revenus avec les produits dérivés qu’avec son invention originale [16]. Par exemple, dans le domaine des technologies de l’information, la société multinationale Red Hat, qui est le premier distributeur du logiciel GNU/Linux, tire une grande partie de ses profits de son offre de services d’assistance et de consultation aux nombreux utilisateurs de logiciels source ouverte [17, 18].

Améliorer la réputation et les relations publiques

Les compagnies privées peuvent améliorer leur réputation auprès de leurs clients et accroître leur popularité aux yeux du grand public en contribuant à des projets source ouverte. En effet, en donnant une plus grande visibilité à ses créations, une compagnie peut renforcer sa réputation en matière d’innovation et d’expertise. De plus, en contribuant à la mise au point de certaines technologies par le truchement des projets source ouverte dotés d’objectifs humanitaires, une compagnie fait preuve d’une conscience sociale et d’un altruisme susceptibles de rehausser sa cote de popularité aux yeux du grand public [19]. Le projet Eco-Patent Commons3 dans le domaine environnemental a su intéresser des compagnies privées telles IBM, Nokia, Sony et Pitney Bowes : il prouve donc bien l’intérêt du secteur privé pour de telles initiatives pouvant améliorer l’image publique à un prix relativement modique [20].

Amortir les risques financiers présentés par la recherche génétique

La génétique est un secteur technologique dans lequel les coûts de recherche et de développement sont considérables. La meilleure façon d’arriver à mettre au point un produit commercialisable consiste souvent à partager le fardeau de l’innovation avec d’autres compagnies privées plutôt que de demeurer en concurrence. Cette mesure est d’autant plus judicieuse qu’il est difficile de prédire ou de contrôler la façon dont les affaires vont évoluer dans plusieurs secteurs de la génétique (par exemple : cellules souches, pharmacogénomique, thérapie génique) où la recherche pourrait ne pas produire les résultats escomptés [21, 22].

Une bonne illustration de ce type de coopération est le SNP (single nucleotide polymorphisms) Consortium, une fondation à but non lucratif mise sur pied afin de fournir des données génomiques concernant les polymorphismes de nucléotides simples pour la recherche pharmacogénomique, par l’entremise d’une base de données informatique publique. Des géants de l’industrie pharmaceutique (AstraZeneca, Roche et GlaxoSmithKline pour ne citer que ceux-là) ont collaboré à l’élaboration de ce projet ouvert [22]. Les résultats positifs du SNP Consortium et du projet public qui lui a succédé (HapMap) contrastent avec le parcours controversé de la compagnie privée deCode Genetics qui a tenté d’effectuer des recherches similaires en utilisant un modèle d’affaires traditionnel. En 2007, deCode a dû abandonner son projet de banque de données en Islande par suite d’un jugement de la Cour suprême de ce pays. La compagnie déclarait alors n’avoir jamais tiré de profit de ses recherches et avoir accumulé un déficit supérieur à 530 millions de dollars [23]. De son côté, le projet SNP/HapMap a surpassé ses objectifs initiaux, obtenu un financement supplémentaire permettant sa prolongation par l’ajout de deux volets, et génotypé plus de 5 millions de SNP [24, 25].

Développement plus rationnel et mieux coordonné

Le modèle source ouverte présente une façon efficace de produire des biens qui est fondée sur la coopération et l’échange. Les projets source ouverte utilisent souvent l’Internet comme un forum où il est possible de développer et de partager des nouvelles connaissances tout en capitalisant sur les bénéfices obtenus grâce à la collaboration internationale et à l’échange d’information. Les réactions et les échos concernant le résultat cumulatif des actions individuelles permettent de promouvoir une meilleure coordination et une plus grande cohérence de la performance collective de l’ensemble des chercheurs [13, 16].

Ces avantages sont séduisants, même si, pour certains observateurs, ils demeurent encore assez théoriques. Pour le moment, il est impossible d’effectuer une comparaison des résultats entre les modèles ouverts de collaboration dans le domaine des biotechnologies et les modèles commerciaux traditionnels car les modèles ouverts sont encore trop récents dans ce domaine et n’ont généralement pas encore atteint leurs objectifs. Cependant, l’expérience des modèles de collaboration dans ce domaine, même avec le peu de recul que nous avons, suscite tout de même déjà quelques commentaires : les modèles ouverts de collaboration semblent aujourd’hui offrir plus d’intérêt pour les grands projets génétiques publics et ont du mal à intéresser les petits groupes de recherche ainsi que les compagnies privées. L’usage courant de licences ouvertes généralisables et juridiquement valides reste un des plus grands défis pour les tenants de la biotechnologie ouverte. Devant ces nombreuses incertitudes, le potentiel commercial des modèles ouverts reste encore difficile à jauger.

Conclusion

Le modèle de développement source ouverte a déjà fait ses preuves, notamment dans sa capacité à rivaliser avec d’autres modèles d’affaires dans le secteur de l’informatique. Les nombreux bénéfices inhérents au développement ouvert en font une alternative de choix pour promouvoir une recherche biotechnologique plus collaborative et accessible. Cependant, la jeunesse de la biotechnologie ouverte, le manque de données statistiques et les nombreuses différences entre le domaine des biotechnologies et celui de l’informatique imposent d’utiliser prudemment et de façon planifiée et concertée les modèles ouverts de collaboration afin de pouvoir réellement utiliser le potentiel de la rencontre entre ces deux révolutions.

Conflit d’intérêts

L’auteur tient à reconnaître l’apport financier de Génome Québec et Génome Canada dans le cadre du projet GRID.

Remerciements

L’auteur souhaite remercier Maria Braker pour son précieux travail de révision.


1

Un crack est un petit programme qui permet de débloquer les programmes sans les acheter. Cela permet par exemple de transformer des versions d’essai en versions définitives pleinement fonctionnelles. Ceux qui réalisent ces programmes sont des crackers.

2

Granularité : en sécurité informatique, propriété d’un objet de données divisé en segments de mémoire afin d’en protéger l’accès.

3

Eco-Patent Commons donne librement accès à une trentaine de brevets visant à résoudre les problèmes environnementaux des entreprises dans les domaines de la réduction des déchets, de l’amélioration du recyclage, de la réduction de la consommation électrique ou de la gestion de l’environnement. Cette initiative est gérée par le World Business Council for Sustainable Development (WBCSD), organisation de promotion du développement durable.

Références

  1. Nuvolari A. Open source software development: some historical perspectives. First Monday 2005; 10 : 10. (Dans le texte)
  2. Raymond ES. The cathedral and the bazaar: musings on Linux and open source by an accidental revolutionary. Sebastopol : O’Reilly Media, 2001 : 242 p. (Dans le texte)
  3. Stallman RM. Free software, free society: selected essays of Richard M. Stallman. Boston : Free Software Foundation, 2002 : 224 p. (Dans le texte)
  4. Guadamuz A. Viral contracts or unenforceable documents ? Contractual validity of copyleft licenses. EIPR 2004; 26 : 8. (Dans le texte)
  5. Free Standard Group, The imperative for Linux standards: a recommendation for the future. San Francisco : Free Standard Group, 2005 : 14 p. (Dans le texte)
  6. Haskins W. Linux ecosystem revenue to near billion by 2011 (Linux Insider, 04/10/08) http://www.linuxinsider.com/story/Linux-Ecosystem-Revenue-to-Near-50-Billion-by-2011-62539.html (Dans le texte)
  7. Feldman RC. The open source biotechnology movement: is it patent misuse ? Minn JL Sci Tech 2004; 6 : 117. (Dans le texte)
  8. Rai AK. Open and collaborative research: a new model for biomedicine. In : Hahn RW, ed. Intellectual property rights in frontier industries. Washington DC : AEI-Brookings Press, 2005 : 131–58. (Dans le texte)
  9. Benkler Y. The wealth of networks: how social production transforms markets and freedom. New Haven : Yale University Press, 2006 : 528 p. (Dans le texte)
  10. Merges RP. Colloquium: a new dynamism in the public domain. U Chi L Rev 2004; 71 : 183. (Dans le texte)
  11. Nicol D, Hope JE. Cooperative strategies for facilitating use of patented inventions in biotechnology. Law Context 2006; 24 : 1. (Dans le texte)
  12. Science Commons. Empirical data about materials transfer problems. Cambridge : Science Commons, 2008 (en ligne). http://sciencecommons.org/projects/licensing/empirical-data-about-materials-transfer/. (Dans le texte)
  13. Lee GK, Cole RE. From a firm based to a community-based model of knowledge creation: the case of the Linux Kernel development. Org Sci 2003; 14 : 633. (Dans le texte)
  14. Niman NB, Kench BT. Open source in the pharmaceutical industry. Proc Mw Bus Econ Ass’n 2003; 124. (Dans le texte)
  15. Dalle JM, David PM. The allocation of software development resources in open source production mode. Stanford: The Stanford Institute for Economic and Policy Research, 2003 : 40 p. (Dans le texte)
  16. Lerner J, Tirole J. The economics of technology sharing: open source and beyond. J Econ Persp 2005; 19 : 99. (Dans le texte)
  17. Von Hippel E. Horizontal innovation networks by and for users. Advance access published online on May 16, 2007, Industrial and Corporate Change 10. (Dans le texte)
  18. Lerner J, Tirole J. The simple economics of open source. Cambridge : National Bureau of Economic Research, 2000 : 26. (Dans le texte)
  19. Hope J. Open source biotechnology: a new way to manage scientific intellectual property. GeneWatch 2005; 18 :1. (Dans le texte)
  20. Eco-Patent Commons, Eco-patent commons brochure 2008 en ligne : http://sustainable-finance.org/DocRoot/4tF7aXkIt0vZODBJobYY/Eco-Patent%20Commons%20Brochure_011008.pdf (Dans le texte)
  21. Eisenberg RS. Will pharmacogenomics alter the role of patents in drug development ? Pharmacogenomics 2002; 3 : 571. (Dans le texte)
  22. Thorisson GA, Stein LD. The SNP consortium website: past, present and future. Nucleic Acids Res 2003; 31 :1. (Dans le texte)
  23. deCode genetics, Inc. Annual report pursuant to section 13 or 15(d) of the securities exchange act of 1934 (2007) en ligne : http://www.sec.gov/Archives/edgar/data/1022974/000110465907019321/a07-5795_110k.htm (Dans le texte)
  24. NIH News, International HapMap Widens Data Access 2004 en ligne : http://www.nih.gov/news/pr/dec2004/nhgri-10.htm (Dans le texte)
  25. Thorisson GA, Smith AV, Krishnan L, Stein LD. The international HapMap project web site. Genome Res 2005; 15 : 1592. (Dans le texte)

Liste des tableaux

Tableau I.

Biotechnologie ouverte et biotechnologie traditionnelle.

Tableau II.

Potentiel d’intégration des modèles ouverts en fonction du champ de production. *Les logiciels bio-informatiques peuvent être considérés à la fois comme des projets d’informatique source ouverte et comme des projets de biotechnologie ouverte.

Les statistiques affichées correspondent au cumul d'une part des vues des résumés de l'article et d'autre part des vues et téléchargements de l'article plein-texte (PDF, Full-HTML, ePub... selon les formats disponibles) sur la platefome Vision4Press.

Les statistiques sont disponibles avec un délai de 48 à 96 heures et sont mises à jour quotidiennement en semaine.

Le chargement des statistiques peut être long.