Accès gratuit
Numéro
Med Sci (Paris)
Volume 23, Numéro 12, Décembre 2007
Page(s) 1169 - 1169
Section Forum
DOI https://doi.org/10.1051/medsci/200723121169
Publié en ligne 15 décembre 2007

L’émerveillement fait partie de notre métier de scientifique devant la beauté de certaines expériences, beauté souvent intellectuelle mais aussi esthétique. Michel Depardieu, photographe de la cellule dans tous ses états, homologue à ce titre de ce que réalise Yann Artus-Bertrand par ses images de la planète, et colonne vertébrale de l’iconographie de l’Inserm, nous en régale depuis plusieurs années avec son exposition « Quand la science rejoint l’art ». C’est probablement sur ces prémices que se situe la rencontre d’un scientifique très philosophe, Jean-Claude Ameisen, immunologiste et président d’ERMES, le comité d’éthique de l’Inserm, et d’un esthète ayant trouvé dans le montage d’exposition une autre manière d’exercer son métier d’historien, Yvan Brohard. Quelle part à l’émotion dans la science et quelle part à la science dans notre émotion ? À travers une soixantaine de correspondances où des images scientifiques répondent à des œuvres d’art, où l’imaginaire entre en résonance avec la réalité, le duo d’auteurs, aidé par la spécialiste en communication Brigitte Brohard, nous propose un voyage ou plutôt une discussion où sont conviés pêle-mêle scientifiques et poètes, écrivains et philosophes, tous siècles confondus [1].

Shakespeare nous dit dans La Tempête [2] que « nous sommes tissés de l’étoffe dont sont faits nos rêves et que nos petites vies sont dans l’enveloppe d’un songe ». Ce livre est composé comme un écho à cette proposition, à la découverte de la beauté étrange de la matière sans cesse renouvelée grâce à laquelle nous vivons et rêvons le monde. Un voyage à la rencontre de nous-mêmes. Le dialogue qui se développe convoque à la page bien des auteurs et des artistes avec une érudition joyeuse et légère qui nous stimule, comme ces images mises face à face qui ne cherchent rien d’autre que nous émouvoir et nous permettre de voir.

Ce beau livre pour concilier les beautés de deux mondes intérieurs, celui de nos cellules et celui de notre conscience. Dans le chapitre « Réminiscences », les auteurs nous proposent de réagir aux résonances entre les formes et les couleurs, et proposent la découverte de relations symboliques entre image de nature et fruit de culture. Dans le chapitre « À la recherche des lois », l’émotion naît de la reconnaissance de la même géométrie visible, des mêmes lois mathématiques, des mêmes forces à l’œuvre dans l’émergence de formes qui se ressemblent. Enfin, le chapitre « De longs échos »laisse libre cours à des « Correspondances » à la façon de Baudelaire : « Comme de longs échos qui de loin se confondent […] Les parfums, les couleurs et les sons se répondent. ».

Il ne s’agit pas d’un livre scientifique. Il ne s’agit pas d’un livre d’art au sens classique du terme. Il ne s’agit ni d’un livre sur l’art de la science ni d’un livre sur la science de l’art. Juste un beau livre pour goûter le plaisir d’images d’art et de sciences agrémentées d’un propos cultivé.

Références

  1. Ameisen JC, Yvan Brohard Y. Quand l’art rencontre la science. Préface de Christian Bréchot. Paris : Éditions de la Martinière/Inserm, 2007 : 144 p. [Google Scholar]
  2. Shakespeare W. La Tempête. Préface et traduction d’Yves Bonnefoy. Collection Folio Théâtre. Paris : Gallimard, 1997 : 388 p. [Google Scholar]

© 2007 médecine/sciences - Inserm / SRMS

Les statistiques affichées correspondent au cumul d'une part des vues des résumés de l'article et d'autre part des vues et téléchargements de l'article plein-texte (PDF, Full-HTML, ePub... selon les formats disponibles) sur la platefome Vision4Press.

Les statistiques sont disponibles avec un délai de 48 à 96 heures et sont mises à jour quotidiennement en semaine.

Le chargement des statistiques peut être long.