Accès gratuit
Numéro
Med Sci (Paris)
Volume 21, Numéro 12, Décembre 2005
Page(s) 1015 - 1017
Section Nouvelles
DOI https://doi.org/10.1051/medsci/200521121015
Publié en ligne 15 décembre 2005

La maladie de Parkinson (MP) est une affection neurodégénérative progressive, comportant cliniquement la triade bradykinésie, rigidité et tremblement au repos. La prévalence de cette maladie dépasse 2 % chez les personnes âgées de plus de 65 ans. La MP est caractérisée par la perte massive et préférentielle des neurones dopaminergiques de la substantia nigra pars compacta, le plus souvent associée à des inclusions cytoplasmiques éosinophiles, les corps de Lewy, présents dans les neurones survivants.

L’identification de rares familles dans lesquelles la MP ségrègeait selon un mode mendélien a permis d’énormes progrès dans la compréhension de la physiopathologie de cette maladie, notamment grâce à l’identification et à la caractérisation des gènes responsables de ces formes monogéniques. Le gène LRRK2 (leucine-rich repeat kinase 2) est le dernier-né de cette liste croissante de gènes.

Le gène LRRK2, localisé sur le chromosome 12 initialement dans une famille japonaise [1], a été identifié récemment par deux groupes indépendants [2, 3] qui ont rapporté six mutations faux-sens différentes (Figure 1). La plupart de ces mutations sont rares, à l’exception de la mutation Arg1441Gly commune aux familles parkinsoniennes d’origine basque [2], d’où le nom de « Dardarine » donné initialement à LRRK2, du mot basque dardara signifiant « tremblement ». Le gène de 144 kb qui code LRRK2, est constitué de 51 exons et s’exprime dans différents tissus, y compris le système nerveux central. La protéine de 2 527 acides aminés appartient à la superfamille de protéines appelées ROCO qui sont des Ras/GTPases. À côté des deux domaines ROC (Ras of complex proteins) et COR (C-terminal of Roc), communs à toutes les protéines de cette superfamille, on trouve aussi d’autres domaines fonctionnels conservés : 12 répétitions riches en leucine (LRR) et un domaine WD40. LRRK2 possède aussi un domaine tyrosine kinase (MAPKKK pour mitogen activated protein kinase kinase kinase). L’importance de LRRK2 dans l’étiologie de la MP a été soulignée récemment par l’identification d’une mutation fréquente, Gly2019Ser, dans l’exon 41, décrite dans des formes familiales de MP, présentant une transmission autosomique dominante. Alors que sa fréquence varie de 3 % à 6 % dans des cas familiaux de MP, originaires d’Europe [47], elle atteint plus de 40 % chez des patients d’origine nord-africaine [7]. En revanche, elle semble être très rare dans la population asiatique (< 0,1 %) [8] (Tableau I). De façon intéressante, la mutation Gly2019Ser est également détectée chez 1 % à 2 % des cas apparemment sporadiques [9], représentant la mutation la plus commune, identifiée jusqu’à présent dans la MP. L’analyse de familles avec cette mutation suggère l’existence d’une pénétrance incomplète, dépendante de l’âge, ce qui remet en cause la distinction entre cas familiaux et cas apparemment sporadiques de la MP. De même, ce phénomène pourrait également expliquer la présence de quelques rares témoins sains, sans histoire familiale connue de la maladie et porteurs de la mutation Gly2019Ser [7] parmi les milliers de témoins sains testés.

thumbnail Figure 1.

Le gène qui code LRRK2 (leucine-rich repeat kinase 2) est localisé sur le chromosome 12 en q12. Il s’étend sur une région de 144 kb et contient 51 exons. La localisation exonique de toutes les mutations pathogéniques identifiées par le groupe de Paisan-Ruiz et al. [2] et de Zimprich et al. [3], ainsi que la mutation la plus fréquente de LRRK2, G2019S (en rouge) sont indiquées. Toutes ces mutations sont localisées dans les domaines fonctionnels prédits de la protéine LRRK2 : LRR (leucine rich repeat) ; ROC (Ras of complex proteins) ; COR (C-terminal of Roc) ; MAPKKK (mitogen activated protein kinase kinase kinase). L’haplotype commun partagé par les porteurs de la mutation Gly2019Ser (en rouge) s’étend sur une région minimale de 60 kb limitée par des marqueurs situés dans l’exon 22 et l’intron 45 du gène codant LRRK2.

Tableau I.

Fréquence de la mutation Gly2019Ser (exon 41 du gène codant pour LRRK2) dans les formes familiales et sporadiques de la maladie de Parkinson. HTZ : hétérozygote ; HMZ : homozygote. aAmérique du Nord ; bAngleterre ; *Fréquence allélique de la mutation Gly2019Ser.

Les porteurs de la mutation Gly2019Ser de LRRK2 partagent un même haplotype, suggérant un effet fondateur unique. En typant 21 marqueurs dans la région 12q12, comprenant 17 marqueurs de type microsatellite et 4 SNP (single nucleotide polymorphism) intragéniques, dans 13 familles américaines et européennes porteuses de la mutation Gly2019Ser, l’équipe de Kachergus [6] a identifié un haplotype commun s’étendant sur une région de 145-154 kb. Notre étude, portant sur 13 autres familles d’origine européenne et nord-africaine, a permis de réduire cette région à 60 kb et de retrouver non seulement cet effet fondateur dans d’autres pays européens, mais aussi de l’étendre à l’Afrique du nord (Figure 1). En combinant nos données à celles de Kachergus, nous avons pu dater l’origine de cette mutation au XIIIe siècle [10]. Ces observations sont d’une grande importance car, contrairement au concept initial, elles montrent que même les formes tardives de MP ont une composante génétique non négligeable.

En raison de la forte prévalence des mutations identifiées dans le gène et en particulier de la mutation Gly2019Ser dans l’exon 41, LRRK2 est d’une importance majeure, à la fois pour le diagnostic moléculaire et le conseil génétique chez des patients ayant une histoire familiale de MP, et voire même chez des cas apparemment isolés. Lorsque les paramètres de transmission, en particulier la pénétrance, seront mieux connus, il sera alors possible de répondre à des demandes de tests présymptomatiques émanant d’apparentés de porteurs de la mutation.

Cependant, le rôle pathogène de LRRK2 reste à élucider, en particulier le caractère de dominance observé pour les mutations de ce gène. En effet, les rares porteurs homozygotes de la mutation Gly2019Ser ont un phénotype identique à celui des porteurs hétérozygotes, ce qui n’est en faveur ni d’un mécanisme de gain de fonction, ni de celui d’une perte de fonction [7].

Enfin, une autre caractéristique des porteurs de mutations de LRRK2 est le phénotype associé. Bien que le tableau clinique ressemble à celui d’un syndrome parkinsonien typique, l’âge de début de la maladie est remarquablement variable, allant de 35 à 78 ans. La neuropathologie des cas avec mutations de LRRK2 est très polymorphe, allant d’une dégénérescence pure de la substantia nigra sans corps de Lewy à une accumulation d’α-synucléine sous forme de corps de Lewy limités au tronc cérébral ou s’étendant dans le cortex en passant par des cas avec accumulation de protéine tau. Ces observations remettent ainsi en cause les critères de diagnostic neuropathologique de la MP et le rôle des inclusions intracytoplasmiques dans la dégénérescence des neurones de la substantia nigra. Ainsi, la grande variabilité clinique et neuropathologique associée aux mutations de LRRK2 suggère que l’altération d’une même voie métabolique peut conduire à une dégénérescence neuronale qui peut revêtir des caractères histopathologiques très différents.

Références

  1. Funayama M, Hasegawa K, Kowa H, et al. A new locus for Parkinson’s disease (PARK8) maps to chromosome 12p11.2-q13.1. Ann Neurol 2002; 51 : 296–301. [Google Scholar]
  2. Paisan-Ruiz C, Jain S, Evans EW, et al. Cloning of the gene containing mutations that cause PARK8-linked Parkinson’s disease. Neuron 2004; 44 : 595–600. [Google Scholar]
  3. Zimprich A, Biskup S, Leitner P, et al. Mutations in LRRK2 cause autosomal-dominant parkinsonism with pleomorphic pathology. Neuron 2004; 44 : 601–7. [Google Scholar]
  4. Nichols WC, Pankratz N, Hernandez D, et al. Genetic screening for a single common LRRK2 mutation in familial Parkinson disease. Lancet 2005; 365 : 410–2. [Google Scholar]
  5. Di Fonzo A, Rohé CF, Ferreira J, et al. A frequent LRRK2 gene mutation associated with autosomal dominant Parkinson’s disease. Lancet 2005; 365 : 412–5. [Google Scholar]
  6. Kachergus J, Mata IF, Hulihan M, et al. Identification of a novel LRRK2 mutation linked to autosomal dominant Parkinsonism: evidence of a common founder across European populations. Am J Hum Genet 2005; 76 : 672–80. [Google Scholar]
  7. Lesage S, Ibanez P, Lohmann E, et al. The G2019S LRRK2 mutation in French and North African families with Parkinson’s disease. Ann Neurol 2005 (sous presse) [Google Scholar]
  8. Tan EK, Shen H, Tan LC, et al. The G2019S LRRK2 mutation is uncommon in an Asian cohort of Parkinson’s disease patients. Neurosci Lett 2005; 384 : 327–9. [Google Scholar]
  9. Gilks WP, Abou-Sleiman P, Gandhi S, et al. A common LRRK2 mutation in idiopathic Parkinson’s disease. Lancet 2005; 365 : 415–6. [Google Scholar]
  10. Lesage S, Leutenegger AL, Ibanez P, et al. LRRK2 haplotype analyses in European and North-African families with Parkinson’s disease: a common founder for the G2019S mutation dating from the 13th century. Am J Hum Genet 2005; 77 : 330–2. [Google Scholar]

© 2005 médecine/sciences - Inserm / SRMS

Liste des tableaux

Tableau I.

Fréquence de la mutation Gly2019Ser (exon 41 du gène codant pour LRRK2) dans les formes familiales et sporadiques de la maladie de Parkinson. HTZ : hétérozygote ; HMZ : homozygote. aAmérique du Nord ; bAngleterre ; *Fréquence allélique de la mutation Gly2019Ser.

Liste des figures

thumbnail Figure 1.

Le gène qui code LRRK2 (leucine-rich repeat kinase 2) est localisé sur le chromosome 12 en q12. Il s’étend sur une région de 144 kb et contient 51 exons. La localisation exonique de toutes les mutations pathogéniques identifiées par le groupe de Paisan-Ruiz et al. [2] et de Zimprich et al. [3], ainsi que la mutation la plus fréquente de LRRK2, G2019S (en rouge) sont indiquées. Toutes ces mutations sont localisées dans les domaines fonctionnels prédits de la protéine LRRK2 : LRR (leucine rich repeat) ; ROC (Ras of complex proteins) ; COR (C-terminal of Roc) ; MAPKKK (mitogen activated protein kinase kinase kinase). L’haplotype commun partagé par les porteurs de la mutation Gly2019Ser (en rouge) s’étend sur une région minimale de 60 kb limitée par des marqueurs situés dans l’exon 22 et l’intron 45 du gène codant LRRK2.

Dans le texte

Les statistiques affichées correspondent au cumul d'une part des vues des résumés de l'article et d'autre part des vues et téléchargements de l'article plein-texte (PDF, Full-HTML, ePub... selon les formats disponibles) sur la platefome Vision4Press.

Les statistiques sont disponibles avec un délai de 48 à 96 heures et sont mises à jour quotidiennement en semaine.

Le chargement des statistiques peut être long.