Accès gratuit
Numéro
Med Sci (Paris)
Volume 19, Numéro 10, Octobre 2003
Page(s) 931 - 936
Section M/S Revues
DOI https://doi.org/10.1051/medsci/20031910931
Publié en ligne 15 octobre 2003

© 2003 médecine/sciences - Inserm / SRMS

Les enzymes UDP-glucuronosyltransférases (UGT) catalysent l’ajout du groupement glucuronyl de l’acide uridine 5’-diphosphoglucuronique à des composés endogènes et exogènes pour les rendre plus polaires et faciliter leur élimination du corps. Ainsi, des substances comme la bilirubine et les stéroïdes, de même que plusieurs drogues, polluants et composés retrouvés dans la nourriture sont métabolisés par l’action des UGT. De fait, près de 50% des substances absorbées par l’organisme sont éliminées par l’action des UGT [1].

Plus de 100 différentes UGT ont été isolées chez plusieurs espèces de mammifères dont l’homme, le singe, le rat, le lapin et le boeuf [2]. Chez l’homme, il existe 18UGT qui sont classées en trois sous-familles: UGT1A, UGT2A et UGT2B; les 12 isoformes qui conjuguent des stéroïdes appartiennent aux sous-familles UGT1A et UGT2B [24]. De nombreux textes décrivent la structure génomique des UGT et leurs caractéristiques protéiques [2, 4]; nous proposons ici de mettre en évidence le rôle physiologique de ces enzymes dans l’inactivation des androgènes au niveau des tissus cibles de ces organes, et tout particulièrement dans la prostate.

Le métabolisme des androgènes

Les principaux androgènes comprennent la déhydroépiandrostérone (DHEA), son dérivé sulfaté (DHEAS), l’androstènedione et la testostérone. Les trois premiers sont convertis en testostérone dans plusieurs tissus cibles des androgènes et la testostérone est, en retour, métabolisée en dihydrotestostérone (DHT) qui est le stéroïde endogène qui possède la plus haute affinité pour le récepteur des androgènes [5]. Dans la prostate, la DHT constitue aussi un substrat pour plusieurs enzymes qui catalysent des réactions réversibles comme la 17β-hydroxystéroïde déhydrogénase (17β-HSD) et la 3α-hydroxystéroïde déhydrogénase (3α-HSD) qui produisent l’androstérone et l’androstane- 3α,17β-diol (3α-diol) (Figure 1) [5]. On a longtemps cru que ces stéroïdes retournaient immédiatement dans la circulation sanguine où ils étaient éliminés par le foie ou le rein sous forme de dérivé glucuronide ou sulfate. Plusieurs travaux montrent toutefois que ce sont les dérivés glucuronides de l’androstérone et du 3α-diol plutôt que les stéroïdes non-conjugués que l’on retrouve principalement dans la circulation [6, 7].

thumbnail Figure 1.

Schéma du métabolisme de la testostérone. L’activité 5α-réductase, présente dans plusieurs tissus cibles des androgènes, transforme la testostérone en dihydrotestostérone qui peut être convertie en androstane-3α, 17β-diol et en androstérone par la 3α-hydroxystéroïde déhydrogénase (3α-HSD) et la 17β-hydroxystéroïde déshydrogénase (17β-HSD). Ces deux derniers métabolites peuvent cependant être transformés de nouveau en dihydrotestostérone dans les mêmes tissus par l’action de la 17β-HSD et de la rétinol déshydrogénase (RODH). En conséquence, ces métabolites ne sont pas considérés comme la fin du message androgénique.

Les UGT qui conjuguent les androgènes

Le Tableau I présente les principaux UGT chez l’humain et leurs substrats stéroïdes. Des neuf enzymes de la sous-famille UGT1A, UGT1A4 est la seule qui convertit, certes assez faiblement, le 3α-diol et l’androstérone [8]. L’activité de conjugaison des oestrogènes et catécholoestrogènes est en revanche très importante pour les autres membres de la famille UGT1A [8, 9]. À l’inverse, il a été démontré que plusieurs des enzymes de la sous-famille UGT2B conjuguent les androgènes.

Tableau I.

Spécificité enzymatique des UDP-glucuronosyltransférases (UGT) envers les stéroïdes. E1 : oestrone ; E2 : oestradiol ; E3, : oestriol ; 2OHE1 : 2-hydroxyoestrone ; 2OHE2 : 2-hydroxyoestradiol ; 4OHE1 : 4-hydroxyoestrone ; 4OHE2 : 4-hydroxyoestradiol ; ADT : androstérone ; DHT : dihydrotestostérone ; Testo: testostérone; Aldo: aldostérone; 5α-THE: 5α-tétrahydrocortisone; 5β- THE: 5β-tétrahydrocortisone; HDCA: acide hyodésoxycholique; 5α-prog-3β, 20α-diol: 5α-prégnane-3β, 20α-diol; 3α-diol: androstane-3α,17β-diol.

Chez l’homme, la famille UGT2B comprend sept enzymes [3]. L’UGT2B4 catalyse surtout les acides biliaires et n’exerce que très peu d’action sur les androgènes ; l’UGT2B10 et l’UGT2B11 n’ont aucune action sur les stéroïdes [10]. La dernière UGT2B humaine récemment isolée, l’UGT2B28, a une expression limitée au foie et aux glandes mammaires et reconnaît aussi bien le 3α-diol et l’androstérone que l’oestradiol mais là encore n’exerce qu’une faible action [3]. Enfin, les trois UGT2B restantes, UGT2B7, UGT2B15 et UGT2B17, ont une action de conjugaison importante des androgènes.

UGT2B7

Le gène UGT2B7 a été récemment caractérisé bien que l’isolement des deux formes polymorphiques, UGT2B7(H268) et UGT2B7(Y268), remonte à près de 10 ans [11]. Cette enzyme a été détectée dans le foie, le rein, le cerveau, la glande mammaire et dans le système gastro- intestinal; elle n’a pas été détectée dans la prostate ni dans le tissu adipeux [12].

Plusieurs études ont montré que cette enzyme conjugue un large spectre de stéroïdes de toutes les classes, que ce soit les minéralocorticoïdes, les glucocorticoïdes, les progestatifs, les androgènes ou les oestrogènes [13]. Cet éventail d’action laisse supposer qu’elle joue dans le foie, un tissu où elle est fortement exprimée, un rôle d’élimination des stéroïdes présents dans le sang, où d’ailleurs, elle reconnaît aussi bien les métabolites de la 5β-réductase qui sont produits exclusivement dans le foie, que ceux de la 5α-réductase. Elle conjugue aussi un des principaux catécholestrogènes, la 4-hydroxyoestrone, avec une très haute efficacité, ce qui a amené S.A. Gestl et al. [14] à suggérer récemment que l’UGT2B7 pourrait jouer un rôle fort important dans la glande mammaire pour la protection contre la génotoxicité de la 4-hydroxyestrone [15]. Cette enzyme de la famille des UGT2B, unique par ses spécificités multiples, conjugue avec une haute efficacité le 3α-diol, à un moindre niveau l’androstérone et montre très peu d’action sur la DHT (Tableau I). L’UGT2B7 catalyse donc principalement la conjugaison du groupement hydroxyle en position 3 des androgènes (Figure 2). À l’exception de l’aldostérone, les deux formes polymorphiques de l’UGT2B7 exercent la même action vis-à-vis de tous les autres stéroïdes testés.

thumbnail Figure 2.

Glucuronidation de l’androstérone et de l’androstane- 3 α, 17 β-diol par les UDP-glucuronosyltransférases UGT2B7, UGT2B15 et UGT2B17. Ces deux stéroïdes glucuronoconjugués sont retrouvés en très grande abondance dans le sérum tant chez la femme que chez l’homme. L’UGT2B7 conjugue le stéroïde seulement en position 3, tandis que l’UGT2B17 peut le faire en position 3 et 17. En revanche, UGT2B15 est spécifique pour la position 17.

UGT2B15

La forme polymorphique de l’UGT2B15(D85) a été clonée en 1993 à partir d’une banque d’ADN complémentaire de foie humain par le groupe d’I.S. Owens et, en 1997, notre groupe a isolé de la prostate humaine, un variant allélique de l’UGT2B15(Y85) et caractérisé le gène codant pour cette enzyme [16]. L’UGT2B15, contrairement à l’UGT2B7, est exprimée dans la plupart des tissus examinés comme le foie, le rein, la peau, la glande mammaire, l’utérus, le testicule, mais pas dans la glande surrénale. De toutes les UGT2B isolées jusqu’à maintenant, UGT2B15 est la seule que l’on retrouve dans le tissu adipeux.

La spécificité des deux formes d’UGT2B15 sur les stéroïdes testés est semblable. Cette enzyme, très efficace pour la conjugaison du 3α-diol, ne convertit que plus faiblement la DHT et la testostérone. Cependant, elle ne conjugue pas le groupement hydroxyle en position 3 de l’androstérone, ce qui limite sa conjugaison du 3α-diol à l’hydroxyle en position 17. D’ailleurs, le conjugué prépondérant du 3α-diol que l’on trouve dans la circulation est le 3α-diol-17-glucuronide (Figure 2). Son activité sur les oestrogènes est limitée aux 4-hydroxyoestrone et 2-hydroxyoestrone qu’elle conjugue plus faiblement que le 3α-diol [17]. De manière remarquable, l’efficacité de conjugaison de cette enzyme vis-à-vis du 3α-diol et la DHT est deux fois plus élevée pour la forme UGT2B15(Y85) que pour la forme UGT2B15(D85). Il a aussi été montré qu’environ 20 % de la population caucasienne est homozygotes pour l’allèle UGT2B15(Y85).

UGT2B17

Cette enzyme a été isolée en 1996 à partir de la prostate humaine [18] et son ARN messager a été détecté dans le foie, le rein, l’utérus, la glande mammaire, le testicule, la surrénale et la peau. L’UGT2B17 possède une homologie de 95% avec l’UGT2B15 et de 77% avec l’UGT2B7. Son expression tissulaire est similaire à celle de l’UGT2B15 plutôt qu’à celle de l’UGT2B7. Contrairement à l’UGT2B7 et à l’UGT2B15, on ne connaît aucun polymorphisme pour cette enzyme.

L’UGT2B17 est une enzyme, qui contrairement à l’UGT2B15, peut conjuguer aussi bien l’hydroxyle en position 3 de l’androstérone que celui en position 17 du 3α-diol, de la DHT et de la testostérone (Figure 2). Une étude comparée de l’action de l’UGT2B7, de l’UGT2B15 et de l’UGT2B17, a révélé que les trois enzymes sont équivalentes en terme d’efficacité de conjugaison du 3α-diol, mais que l’UGT2B17 possède la plus haute efficacité pour la conjugaison de l’androstérone et de la DHT [12].

Localisation des enzymes UGT2B dans la prostate humaine

Depuis plus de 20 ans, un nombre considérable de publications ont fait état d’une glucuronidation dans des tissus autres que le foie et tout particulièrement dans la peau et la prostate. En effet, des études menées dans les années 1970 par les groupes de P. Mauvais-Jarvis et R. Horton ont montré qu’on retrouvait dans la circulation sanguine le 3α-diol-G formé dans la peau [19]. D’autres groupes ont observé que, pour des concentrations de précurseurs androgéniques identiques, des femmes ayant un hirsutisme important, présentaient des concentrations plasmatiques augmentées en glucuronides de 3α-diol et d’androstérone [7]. Pour confirmer la présence dans la prostate humaine d’une activité de glucuronidation, le contenu en dérivé glucuronide du 3α-diol et de l’androstérone a été quantifié dans le tissu de cet organe: les résultats indiquent que les concentrations des dérivés glucuronides sont à peu près 10 à 50 fois supérieurs à celles des stéroïdes non conjugués, ce qui suggère que ce tissu est le siège d’une forte activité de glucuronidation [20].

Dans la prostate humaine, les acinus sont constitués de deux types de cellules épithéliales: les cellules basales qui occupent un espace relativement restreint en périphérie des acinus et les cellules luminales qui sont les cellules sécrétoires. Des études avec des sondes spécifiques des enzymes 3β-hydroxystéroïdes déshydrogénase Δ5-4 isomérase (3β-HSD), 17β-HSD type 5 et 5α- réductase ont montré que les cellules basales possédaient toutes ces enzymes tandis que les cellules luminales montraient uniquement une expression de la 5α-réductase [21]. Il est à noter que c’est essentiellement dans la couche luminale que l’on a retrouvé le récepteur des androgènes, ce qui suggère que la DHEA et la testostérone peuvent être transformées en DHT dans les cellules basales et que les cellules luminales pourraient utiliser la DHT qui diffuse à partir de la couche basale, et/ou directement la testostérone provenant de la circulation.

Grâce à la synthèse de sondes UGT2B pour l’hybridation in situ et d’anticorps spécifiques contre les protéines UGT2B, il a été possible de localiser ces enzymes dans la prostate humaine et de comparer la localisation des enzymes d’inactivation avec celles qui produisent la DHT [22]. Ainsi, on a mis en évidence que les cellules de la couche basale exprimaient des enzymes UGT2B, et tout particulièrement l’UGT2B17, capable de conjuguer l’androstérone. Il est aussi intéressant de constater que l’UGT2B17 n’a pas été détectée dans les cellules luminales, mais les résultats suggèrent plutôt la présence, dans ces cellules, d’UGT2B15, une enzyme capable de conjuguer la DHT, mais à un degré moindre que l’UGT2B17 (Figure 3).

thumbnail Figure 3.

Production et élimination des androgènes dans les cellules épithéliales basales et luminales de la prostate. Les précurseurs stéroïdes sécrétés par la surrénale de même que la testostérone sont convertis dans la prostate en dihydrotestostérone (DHT). L’activité de l’enzyme UGT2B17 dans les cellules basales permet la glucurono-conjugaison de la DHT et de ses métabolites dans ces cellules. En revanche, l’expression spécifique de l’enzyme UGT2B15 dans les cellules luminales conduit à l’inactivation sélective de la DHT. DHEA: déhydroépiandrostérone; 4-Dione: 4-androstènedione; A-Dione: androstanedione; ADT: androstérone; ADT-G: androstérone conjuguée; DHT-G: dihydrotestostérone conjuguée; 3α-diol: androstane-3α, 17β-diol; 3α-diol-G: androstane-3α, 17β-diol conjugué; AR: récepteur des androgènes; 17β-HSD: 17β-hydroxystéroïde déshydrogénase; 3α-HSD: 3α-hydroxystéroïde déshydrogénase; UGT: UDP-glucuronosyltransférase.

UGT2B15 et le cancer de la prostate

La présence d’UGT2B15 dans les cellules épithéliales de la couche luminale qui possèdent le récepteur androgène est très intéressante. En effet, on a pu montrer que cette enzyme de conjugaison est présente sous forme de deux variants polymorphes, dont l’activité de glucuronidation pour la DHT est environ de 50 % pour la forme UGT2B15(D85), comparée à la forme UGT2B15(Y85) [17]. Ces observations suggèrent que l’expression du variant UGT2B15(D85) peut être responsable d’une accumulation de la DHT dans les cellules sécrétrices qui constituent le site où débute le cancer de la prostate et, de ce fait, pourrait augmenter le risque de survenue de ce cancer. Cette hypothèse a conduit deux équipes à effectuer des études épidémiologiques pour déterminer le rôle potentiel de l’expression polymorphique du gène UGT2B15 dans le cancer de la prostate. La première étude, reprise avec des patients de la région de l’Arkansas souffrant d’un cancer de la prostate et des cas témoins, a établi que l’allèle UGT2B15(D85) est significativement plus élevé (40,6 %) chez des patients porteurs d’un cancer de la prostate que dans les cas témoins (18,8 %) [23]. En revanche, la deuxième étude menée par A. Gsur et al. [24] sur 380 sujets de type caucasien de la région de Vienne en Autriche, dont 190 patients ayant un cancer de la prostate et 190 patients témoins présentant une hyperplasie bénigne de la prostate, n’a pu mettre en évidence une association entre le polymorphisme D85Y et le cancer de la prostate. Toutefois, des résultats préliminaires ont été obtenus par notre groupe, en comparant l’association du polymorphisme D85Y entre une population de sujets caucasiens et afro-américains. Ces résultats ont mis en évidence chez les Afro-américains (qui présentent par ailleurs une incidence plus importante de cancers de la prostate) une proportion significativement plus élevée de l’allèle qui conjugue plus faiblement la DHT. Des études plus approfondies doivent être menées sur un plus grand nombre de patients porteurs d’un cancer de la prostate afin d’établir de façon indiscutable le rôle de l’UGT2B15 en tant que facteur de risque dans ce type de cancer.

Conclusions

Il est maintenant parfaitement admis que le foie est un site qui exprime plusieurs UGT et qui inactive les composés exogènes. En outre, il a été établi que plusieurs glandes, dont les tissus constituent des cibles pour que les androgènes, expriment aussi des UGT et que celles-ci peuvent inactiver les stéroïdes qui exercent une action sur ces tissus. La prostate, par exemple, est formée d’un tissu qui possède ces mécanismes d’inactivation : la DHT est produite à partir de la testostérone et de la DHEA et les analyses montrent que l’on retrouve dans ce tissu plusieurs enzymes UGT2B, dont l’UGT2B15 et l’UGT2B17. Une perte d’activité des enzymes qui dégradent les stéroïdes pourrait provoquer une accumulation du substrat stéroïde et avoir des effets délétères sur le tissu. Cette hypothèse repose sur une observation récente rapportée par le groupe de S.A. Geslt et al. [14] montrant une perte d’expression de l’UGT2B7 et une perte d’activité de conjugaison de la 4-hydroxyoestrone dans les cellules de cancer du sein. Les auteurs ont suggéré qu’une accumulation excessive du substrat 4-hydroxyoestrone, molécule reconnue pour avoir une génotoxicité élevée, pourrait constituer un élément majeur dans le déclenchement du cancer. Les UGT pourraient donc joueer un rôle protecteur important vis-à-vis, non seulement des composés exogènes, mais également des hautes concentrations intratissulaires d’hormones stéroïdes.

Références

  1. Evans WE, Relling MV. Pharmacogenomics: translating functional genomics into rational therapeutics. Science 1999; 286: 487–91. (Dans le texte)
  2. Tukey RH, Strassburg CP. Genetic multiplicity of the human UDPglucuronosyltransferases and regulation in the gastrointestinal tract. Mol Phamacol 2001; 59: 405–14. (Dans le texte)
  3. Lévesque E, Turgeon D, Carrier JS, Montminy V, Beaulieu M, Bélanger A. Isolation and characterization of the UGT2B28 cDNA encoding a novel human steroid conjugating UDPglucuonosyltransferase. Biochemistry 2001; 40: 3869–81. (Dans le texte)
  4. Radominska-Pandya A, Czernik PJ, Little JM, Battaglia E, Mackenzie PI. Structural and functional studies of UDPglucuronosyltransferases. Drug Metab Rev 1999; 31: 817–99. (Dans le texte)
  5. Labrie F, Luu-The V, Labrie C, et al. Endocrine and intracrine sources of androgens in women: inhibition of breast cancer and other roles of androgens and their precursor dehydroepiandrosterone. Endocrinol Rev 2003; 24: 152–82. (Dans le texte)
  6. Bélanger A, Brochu M, Cliche J. Levels of plasma steroid glucuronides in intact and castrated men with prostatic cancer. J Clin Endocrinol Metab 1986; 62: 812–5. (Dans le texte)
  7. Brochu M, Bélanger A, Tremblay RR. Plasma levels of C-19 steroids and 5 alpha-reduced steroid glucuronides in hyperandrogenic and idiopathic hirsute women. Fertil Steril 1987; 48: 948–53. (Dans le texte)
  8. Green MD, Tephly TR. Glucuronidation of amines and hydroxylated xenobiotics and endobiotics catalyzed by expressed human UGT1.4 protein. Drug Metab Disp 1996; 24: 356–63. (Dans le texte)
  9. Albert C, Vallée M, Beaudry G, Bélanger A, Hum DW. The monkey and human uridine diphosphateglucuronosyltransferase UGT1A9, expressed in steroid target tissues, are estrogen conjugating enzymes. Endocrinology 1999; 140: 3292–302. (Dans le texte)
  10. Beaulieu M, Lévesque E, Hum DW, Bélanger A. Isolation and characterization of a human orphan UDPglucuronosyltransferase, UGT2B11. Biochem Biophys Res Commun 1998; 248: 44–50. (Dans le texte)
  11. Carrier JS, Turgeon D, Journeault K, Hum DW, Bélanger A. Isolation and characterization of the human UGT2B7 gene. Biochem Biophys Res Commun 2000; 272: 616–21. (Dans le texte)
  12. Turgeon D, Carrier JS, Lévesque É, Hum DW, Bélanger A. Relative enzymatic activity, protein stability and tissue distribution of human steroid metabolizing UGT2B subfamily members. Endocrinology 2001; 142: 778–87. (Dans le texte)
  13. Radominska-Pandya A, Little JM, Czernik PJ. Human UDPglucuronosyltransferase 2B7. Curr Drug Metab 2001; 2: 283–98. (Dans le texte)
  14. Gestl SA, Green MD, Shearer DA, Frauenhoffer E, Tephly TR, Weisz J. Expression of UGT2B7, a UDPglucuronosyltransferase implicated in the metabolism of 4- hydroxyestrone and alltrans retinoic acid, in normal human breast parenchyma and in invasive and in situ breast cancers. Am J Pathol 2002; 160: 1467–79. (Dans le texte)
  15. Coumoul X, Barouki R. Génotoxicité des métabolites des oestrogènes et cancers. Med Sci 2002; 18: 86–90. (Dans le texte)
  16. Turgeon D, Carrier JS, Lévesque E, Beatty BG, Bélanger A, Hum DW. Isolation and characterization of the human UGT2B15 gene, localized within a cluster of UGT2B genes and pseudogenes on chromosome 4. J Mol Biol 2000; 295: 489–504. (Dans le texte)
  17. Lévesque E, Beaulieu M, Green MD, Tephly TR, Bélanger A, Hum DW. Isolation and characterization of UGT2B15(Y85): A UDPglucuronosyltransferase encoded by a polymorphic gene. Pharmacogenetics 1997; 7: 317–25. (Dans le texte)
  18. Beaulieu M, Lévesque E, Hum DW, Bélanger A. Isolation and characterization of a novel cDNA encoding a human UDPglucuronosyltransferase active on C19 steroids. J Biol Chem 1996; 271: 22855–62. (Dans le texte)
  19. Horton R. Dihydrotestosterone is a peripheral paracrine hormone. J Androl 1992; 13: 23–7. (Dans le texte)
  20. Bélanger A, Couture J, Caron S, Roy R. Determination of nonconjugated and conjugated steroid levels in plasma and prostate after separation on C-18 columns. Ann NY Acad Sci 1990; 595: 251–9. (Dans le texte)
  21. El-Alfy M, Luu-The V, Huang XF, Berger L, Labrie F, Pelletier G. Localization of type 5 17betahydroxysteroid dehydrogenase, 3betahydroxysteroid dehydrogenase, and androgen receptor in the human prostate by in situ hybridization and immunohistochemistry. Endocrinology 1999; 140: 1481–91. (Dans le texte)
  22. Barbier O, Lapointe H, El Alfy M, Hum DW, Belanger A. Cellular localization of uridine diphosphoglucuronosyltran sferase 2B enzymes in the human prostate by in situ hybridization and immunohistochemistry. J Clin Endocrinol Metab 2000; 85: 4819–26. (Dans le texte)
  23. MacLeod SL, Nowell S, Plaxco J, Lang NP. An allele-specific polymerase chain reaction method for the determination of the D85Y polymorphism in the human UDPglucuronosyltransferase 2B15 gene in a casecontrol study of prostate cancer. Ann Surg Oncol 2000; 7: 777–82. (Dans le texte)
  24. Gsur A, Preyer M, Haidinger G, et al. A polymorphism in the UDPglucuronosyltransferase 2B15 gene (D85Y) is not associated with prostate cancer risk. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev 2002; 11: 497–8. (Dans le texte)

Liste des tableaux

Tableau I.

Spécificité enzymatique des UDP-glucuronosyltransférases (UGT) envers les stéroïdes. E1 : oestrone ; E2 : oestradiol ; E3, : oestriol ; 2OHE1 : 2-hydroxyoestrone ; 2OHE2 : 2-hydroxyoestradiol ; 4OHE1 : 4-hydroxyoestrone ; 4OHE2 : 4-hydroxyoestradiol ; ADT : androstérone ; DHT : dihydrotestostérone ; Testo: testostérone; Aldo: aldostérone; 5α-THE: 5α-tétrahydrocortisone; 5β- THE: 5β-tétrahydrocortisone; HDCA: acide hyodésoxycholique; 5α-prog-3β, 20α-diol: 5α-prégnane-3β, 20α-diol; 3α-diol: androstane-3α,17β-diol.

Liste des figures

thumbnail Figure 1.

Schéma du métabolisme de la testostérone. L’activité 5α-réductase, présente dans plusieurs tissus cibles des androgènes, transforme la testostérone en dihydrotestostérone qui peut être convertie en androstane-3α, 17β-diol et en androstérone par la 3α-hydroxystéroïde déhydrogénase (3α-HSD) et la 17β-hydroxystéroïde déshydrogénase (17β-HSD). Ces deux derniers métabolites peuvent cependant être transformés de nouveau en dihydrotestostérone dans les mêmes tissus par l’action de la 17β-HSD et de la rétinol déshydrogénase (RODH). En conséquence, ces métabolites ne sont pas considérés comme la fin du message androgénique.

Dans le texte
thumbnail Figure 2.

Glucuronidation de l’androstérone et de l’androstane- 3 α, 17 β-diol par les UDP-glucuronosyltransférases UGT2B7, UGT2B15 et UGT2B17. Ces deux stéroïdes glucuronoconjugués sont retrouvés en très grande abondance dans le sérum tant chez la femme que chez l’homme. L’UGT2B7 conjugue le stéroïde seulement en position 3, tandis que l’UGT2B17 peut le faire en position 3 et 17. En revanche, UGT2B15 est spécifique pour la position 17.

Dans le texte
thumbnail Figure 3.

Production et élimination des androgènes dans les cellules épithéliales basales et luminales de la prostate. Les précurseurs stéroïdes sécrétés par la surrénale de même que la testostérone sont convertis dans la prostate en dihydrotestostérone (DHT). L’activité de l’enzyme UGT2B17 dans les cellules basales permet la glucurono-conjugaison de la DHT et de ses métabolites dans ces cellules. En revanche, l’expression spécifique de l’enzyme UGT2B15 dans les cellules luminales conduit à l’inactivation sélective de la DHT. DHEA: déhydroépiandrostérone; 4-Dione: 4-androstènedione; A-Dione: androstanedione; ADT: androstérone; ADT-G: androstérone conjuguée; DHT-G: dihydrotestostérone conjuguée; 3α-diol: androstane-3α, 17β-diol; 3α-diol-G: androstane-3α, 17β-diol conjugué; AR: récepteur des androgènes; 17β-HSD: 17β-hydroxystéroïde déshydrogénase; 3α-HSD: 3α-hydroxystéroïde déshydrogénase; UGT: UDP-glucuronosyltransférase.

Dans le texte

Les statistiques affichées correspondent au cumul d'une part des vues des résumés de l'article et d'autre part des vues et téléchargements de l'article plein-texte (PDF, Full-HTML, ePub... selon les formats disponibles) sur la platefome Vision4Press.

Les statistiques sont disponibles avec un délai de 48 à 96 heures et sont mises à jour quotidiennement en semaine.

Le chargement des statistiques peut être long.