Accès gratuit
Numéro
Med Sci (Paris)
Volume 28, Mars 2012
Génomique et recherche clinique en oncologie : approches de sciences humaines, économiques et sociales (SHES)
Page(s) 37 - 37
Section Comités de patients
DOI https://doi.org/10.1051/medsci/2012281s110
Publié en ligne 9 avril 2012

Le malade peut-il être partenaire du médecin dans le cadre de la recherche clinique, et /ou dans la mise en place d’un projet d’établissement ? Les premiers États généraux du cancer, organisés par la Ligue nationale contre le cancer ont eu lieu à Paris en novembre 1998. À la suite de cet événement singulier, deux expériences inédites ont été menées.

1998 - À Paris

Persuadés qu’une complémentarité médecin/malade est devenue nécessaire, voire impérative, le Dr F. May-Levin, médecin conseil au siège de la Ligue nationale contre le cancer et le Pr D. Maraninchi, alors directeur de l’Institut Paoli-Calmettes (IPC) à Marseille, proposent de mettre en place un comité de patients pour la recherche clinique en cancérologie (CPPRCC). Projet audacieux ! Qui défie résolument les rapports médecin/malade, établis depuis… Hippocrate.

La finalité du projet était de faire du patient un partenaire actif dès lors qu’il entre dans un essai clinique, afin d’associer sa propre connaissance de la maladie au savoir médical, cela en vue d’améliorer sa qualité de vie dans le cadre des contraintes imposées par le protocole. La charte établie précise la relation tripartite liant la FNCLCC (fédération nationale des centres de lutte contre le cancer), la Ligue nationale contre le cancer et un groupe de huit malades sélectionnés par la Ligue.

Les objectifs, travaillés ensemble, sont volontairement peu nombreux. Ils consistent :

  1. à relire les protocoles d’études cliniques et la lettre d’information qui les accompagne, celle-ci devant être signée par les malades avant d’entrer dans l’essai ;

  2. à proposer des améliorations afin que cette lettre soit claire, loyale, explicite et précise en ce qui concerne les objectifs, les moyens, les contraintes, et les effets secondaires inhérents à l’étude ;

  3. à valider un plan de traitement, de surveillance, de suivi, simple et schématique, accessible à tous, afin d’assurer une visibilité globale des impératifs, pour permettre une organisation personnelle quotidienne.

Quelle témérité de la part de nos mentors ! Nous les malades étions persuadés que jamais des promoteurs n’accepteraient une telle association ! Comment imaginer être assis autour d’une même table, et argumenter une partie de leur travail. Et pourtant… d’année en année, 21 promoteurs nous ont fait confiance. En 2004, une fédération de comités de patients voit le jour. Le nombre de relecteurs est passé de 8 à 40, répartis sur toute la France.

Actuellement plus de 300 protocoles et lettres destinés aux patients ont été relus. Environ 800 suggestions ont été retenues et validées.

2002 - À Marseille

À l’instigation du Pr Maraninchi et de son équipe, l’IPC organise en son sein la mise en place d’un comité de patients. Sa finalité est d’améliorer les conditions d’accueil, d’information, de séjour de tout consultant hospitalisé ou suivi à l’Institut. Une charte établit les règles d’un partenariat bipartite entre l’IPC, qui s’engage à fournir au comité de patients les cadres d’organisation et de fonctionnement liés à ses missions, et le comité de 8 à 10 personnes qui s’engage à respecter les modalités de fonctionnement fixées par l’Institut.

Là encore, les objectifs sont volontairement peu nombreux. Ils établissent les priorités suivantes :

  1. l’information du patient doit être loyale, complète, intelligible, sur le déroulement de sa prise en charge;

  2. l’identification et l’amélioration des motifs d’insatisfaction du malade/de ses proches;

  3. la participation avec les professionnels de l’IPC à la réflexion concernant les grands projets institutionnels, en cours ou à venir.

À ce jour, les actions du comité de patients ont été relativement nombreuses. Par exemple : la participation à la mise en place d’une consultation systématique auprès d’une infirmière après la consultation médicale; la participation à la création d’un espace rencontre/information (ERI) ouvert à tous, malades/familles/visiteurs ; des dialogues avec les professionnels lors de leurs réunions concernant la certification de l’établissement (2010) ; une participation régulière aux réunions de travail relatives à la création des nouveaux bâtiments (IPC II, IPC III).

Et même !… une participation au projet médical, voulue par le Pr Viens, directeur de l’IPC, en juillet 2011 [1].

Ainsi, à la question : le malade peut-il être un partenaire dans la recherche clinique, dans la mise en place d’un projet d’établissement, dans l’élaboration du projet médical ? Démonstration est faite que la réponse est oui.

Le malade doit-il être partenaire du médecin ? Dans le plan cancer II, l’INCa souhaite dynamiser la recherche clinique en prenant « l’avis des comités de patients… en articulation avec la consultation des comités de protection des personnes (CPP) » [2]. La réponse est : certainement.

Alors … soyons attentifs.

Références

  1. Viens P. Nouveau projet-nouveaux patients-nouvelle dimension. IPC Info, 2011. (Dans le texte)
  2. Plan cancer 2009/2013. Mesure IV, page 27. Paris : Éditions INCa, 2009. http://www.plan-cancer.gouv.fr (Dans le texte)

© 2012 médecine/sciences – Inserm / SRMS

Les statistiques affichées correspondent au cumul d'une part des vues des résumés de l'article et d'autre part des vues et téléchargements de l'article plein-texte (PDF, Full-HTML, ePub... selon les formats disponibles) sur la platefome Vision4Press.

Les statistiques sont disponibles avec un délai de 48 à 96 heures et sont mises à jour quotidiennement en semaine.

Le chargement des statistiques peut être long.