Accès gratuit
Numéro
Med Sci (Paris)
Volume 25, Numéro 10, Octobre 2009
Page(s) 870 - 870
Section Forum
DOI https://doi.org/10.1051/medsci/20092510870
Publié en ligne 15 octobre 2009

Tout commence comme une émission policière : un tueur en série élimine toutes ses victimes de la même manière : elles ont un trou rond dans leur carapace. Très vite, on s’aperçoit que c’est encore plus affreux : nous sommes dans un film de science-fiction et c’est un véritable alien qui, après les avoir pénétrées, s’est nourri de leur substance avant de s’échapper pour frapper à nouveau. Et pourtant, nous observons simplement un spectacle de la nature, qui se produit tout près de nous, dans nos champs ou nos jardins. Car il s’agit des insectes parasitoïdes, banales petites mouches agiles, fugaces, et redoutables ennemis pour leurs hôtes spécifiques dont ils ont un besoin vital afin de perpétuer leur espèce. Ainsi, Lysiphlebus testaceipes parasite spécifiquement Aphis gossypii, le puceron du cotonnier.

Dès qu’elles atteignent l’état adulte, elles doivent pondre dans l’insecte-hôte (œuf, larve, ou adulte), qui est souvent une espèce ravageuse de culture. Ces tueurs en série, qui sont en fait des tueuses, n’ont pas de temps à perdre. Leur compte à rebours a commencé, il ne leur reste que quelques jours à vivre. Il leur faut donc très rapidement trouver les hôtes - de préférence encore intacts - ne pas se disperser à courir partout, lutter avec d’autres consœurs aussi pressées qu’elles, et faire de savants calculs pour répartir le nombre d’œufs de sexe mâle et de sexe femelle, car - oui ! - elles sont capables aussi de décider du sexe de leurs œufs. On reste confondu par leur efficacité redoutable.

Et on regarde, fasciné, ce DVD dont l’enquête nous mène de Nice à Nottingham, en passant par la Hollande, Lyon, et Palerme où le comportement des parasitoïdes est étudié ainsi que leur possible utilisation contre les insectes ravageurs des cultures. La présentation du DVD est excellente, ainsi que le bruitage et la qualité des images. « Tuer pour naître » [1] fait partie des nombreux films produits par CNRS images dont vous pouvez consulter la liste1 et qui vous permettront de passer quelques moments rares de vidéo-réalité.

Conflit d’intérêts

L’auteur déclare n’avoir aucun conflit d’intérêts concernant les données publiées dans cet article.


Références

  1. Luc Ronat (réalisateur). Tuer pour naître. Auteur scientifique : Eric Wajnberg (Inra) de l’équipe « Écologie comportementale et moléculaire », Sophia Antipolis (France). Paris : Produit par CNRS Images avec la participation de l’ESF. DVD, 2009, 28 minutes. (Dans le texte)

© 2009 médecine/sciences - Inserm / SRMS

Les statistiques affichées correspondent au cumul d'une part des vues des résumés de l'article et d'autre part des vues et téléchargements de l'article plein-texte (PDF, Full-HTML, ePub... selon les formats disponibles) sur la platefome Vision4Press.

Les statistiques sont disponibles avec un délai de 48 à 96 heures et sont mises à jour quotidiennement en semaine.

Le chargement des statistiques peut être long.