Accès gratuit
Numéro
Med Sci (Paris)
Volume 20, Numéro 12, Décembre 2004
Page(s) 1085 - 1090
Section M/S revues
DOI https://doi.org/10.1051/medsci/200420121085
Publié en ligne 15 décembre 2004

© 2004 médecine/sciences - Inserm / SRMS

Au cours de l’évolution des espèces animales, des mécanismes moléculaires complexes sont apparus. Les plus efficaces ont été conservés au cours des générations, et souvent réutilisés pour accomplir de nouvelles fonctions. C’est le cas d’un certain nombre de voies de signalisation moléculaires (Wnt, Shh, BMP) et de mécanismes de régulation transcriptionnelle (Hox, Pax) impliqués au cours du développement embryonnaire. L’histoire des homéoprotéines Six et de leurs partenaires illustre un nouvel aspect de cette conservation moléculaire.

Les gènes Six (sine oculis homeobox) codent pour des facteurs de transcription ayant en commun deux domaines protéiques conservés : un homéodomaine divergent et un domaine Six, tous deux impliqués dans la reconnaissance de séquences spécifiques d’ADN. Le domaine Six participe également à des interactions protéiques avec les cofacteurs Eya (co-activateur) ou Groucho (corépresseur). Ces gènes ont été identifiés chez tous les organismes animaux où ils ont été recherchés, de la planaire à l’homme. On les trouve organisés en clusters (Figure 1, en bas à droite), et leurs homologies de séquence ont permis de distinguer trois sous-familles chez la drosophile comme chez les mammifères (respectivement 3 et 6 gènes) [1]. La conservation de ces gènes suggère qu’ils participent à des mécanismes essentiels à la survie des organismes.

thumbnail Figure 1.

Profils d’expression des 6 gènes Six de souris au cours du développement. Schéma représentant des embryons de souris à 10,5 dpc (day post coitum). À ce stade du développement, l’expression des gènes Six3 et Six6 est restreinte au cerveau antérieur et à la placode optique. Ces gènes sont ensuite exprimés dans la rétine en cours de différenciation. Six3 apparaît également exprimé dans la couche pigmentaire et le cristallin. Les gènes Six1, Six4 et Six5 sont largement co-exprimés dans les placodes nasales et otiques, dans les arcs branchiaux, dans les ganglions craniaux et dorsaux, ainsi que dans les somites et les bourgeons de membre. Le gène Six2 est, quant à lui, exprimé dans les arcs branchiaux, les bourgeons de membre et le mésenchyme métanéphrique. Par ailleurs, la localisation chromosomique des gènes Six révèle une organisation en cluster de Six4-Six1-Six6 et de Six2-Six3, respectivement sur les chromosomes 12 et 17. Chr : chromosome (d’après [1]).

En outre, des résultats récents indiquent qu’un dérèglement du gène Six1 est associé à certains types de cancers métastatiques (cancer du sein, tumeur de Wilms et rhabdomyosarcome) [24]. Ce gène pourrait donc non seulement contrôler la prolifération cellulaire, mais aussi participer à l’acquisition des propriétés invasives des cellules cancéreuses. Les caractéristiques des cellules métastatiques étant remarquablement similaires à celles des cellules embryonnaires, il est probable que l’exploitation des données obtenues au cours du développement devrait permettre de mieux comprendre les mécanismes contrôlant l’engagement des cellules dans un processus cancéreux ou métastatique.

Caractéristiques fonctionnelles des gènes Six de drosophile

Sine oculis

Le premier membre de la famille Six a été isolé chez la drosophile, et baptisé sine oculis (so) car l’absence de ce gène dans les disques imaginaux oculaires entraîne un développement anormal de l’œil [5, 6]. So participe à l’organogenèse oculaire en collaboration avec les gènes eyeless (ey), eyes absent (eya) et dachshund (dac). Ces quatre gènes interviennent au cours de l’étape précoce de détermination oculaire et peuvent induire, de manière synergique, la formation d’un œil ectopique lorsqu’ils sont surexprimés dans les disques imaginaux de l’antenne ou de la patte [79]. Non seulement des boucles de régulation positive relient génétiquement ces quatre gènes, mais leur synergie fonctionnelle semble reposer sur des interactions protéiques directes entre So et Eya, d’une part, et Eya et Dac, d’autre part [10].

Optix

Un deuxième gène, optix, a été cloné chez la drosophile par homologie de séquence avec le gène Six6/Optix2 de vertébré. Il est localisé sur le chromosome 2, à proximité du gène so [11]. Si les profils d’expression de ces deux gènes sont largement superposables dans le disque imaginal de l’œil, leurs caractéristiques fonctionnelles semblent différentes : soit il existe une autre voie d’induction de la différenciation oculaire, parallèle à celle préalablement décrite impliquant ey, so, eya et dac, soit le gène optix agit en aval de cette boucle de régulation génétique.

D-Six4

Le troisième gène Six de drosophile, D-Six4, est exprimé au cours du développement dans les structures mésodermiques à l’origine des muscles striés squelettiques et de l’enveloppe somatique des gonades [12]. Des mutations ponctuelles de ce gène conduisent à une réduction de la taille des gonades et à des anomalies musculaires : tandis que certains muscles sont absents, d’autres sont présents mais ne s’attachent pas correctement à la cuticule. Enfin, la plupart des cellules musculaires apparaissent mononucléées, ce qui signifie que, chez la drosophile, la perte de fonction de D-Six4 est responsable d’un défaut de fusion des myoblastes en myotubes.

Fonctions des gènes Six chez les vertébrés

L’étude des profils d’expression des gènes Six au cours du développement embryonnaire chez les vertébrés a permis de proposer un certain nombre d’hypothèses concernant la fonction de ces gènes, hypothèses vérifiées ensuite par invalidation fonctionnelle ou surexpression du gène d’intérêt.

Six3/Six6

Les gènes du groupe Six3/Six6 (homologues de optix) sont exprimés très tôt au cours du développement embryonnaire, dans une région de la plaque neurale à l’origine du cerveau antérieur, des placodes optique et nasale. Plusieurs études réalisées chez des vertébrés inférieurs (zebra fish, medaka fish et xénope) ont montré que la surexpression des gènes Six3/Six6 peut induire un élargissement des yeux et du cerveau antérieur [13] et, dans certaines conditions, induire la formation de cristallin ou de rétine ectopique [14]. Dans ce dernier cas, la surexpression ectopique de Six3 induit l’expression de Pax6 là où se forme la rétine additionnelle.

Réciproquement, l’invalidation fonctionnelle de Six3 chez le medaka fish et chez la souris conduit à l’absence d’œil et de cerveau antérieur, confirmant le rôle majeur joué par Six3 au cours de la différenciation de ces structures chez les vertébrés [15]. En absence de Six3, un certain nombre de facteurs (Wnt1, En2, Otx2, Pax3), normalement absents, sont exprimés dans le cerveau antérieur. Plus particulièrement, la protéine Six3 contrôlerait négativement l’expression de Wnt1 en se liant directement au niveau des séquences régulatrices de ce gène [15].

L’invalidation fonctionnelle de Six6 chez la souris n’est pas létale comme celle de Six3, mais conduit néanmoins à une hypoplasie hypophysaire et à une hypoplasie rétinienne (due à l’absence de nerf et de chiasma optique) [16]. In vitro, il a été montré que Dach1 interagit fortement avec Six6 et joue le rôle d’un corépresseur transcriptionnel de Six6 en transfection transitoire. De plus, le complexe Six6/Dach1 contrôlerait directement l’expression du gène p27Kip1 (codant pour un inhibiteur des kinases dépendantes des cyclines). Les hypoplasies observées apparaissent ici corrélées à un défaut de prolifération des cellules précurseurs [16]. Il est à noter cependant que l’invalidation fonctionnelle de Dach1 n’entraîne pas de défauts de prolifération, ni d’hypoplasie hypophysaire chez la souris [17], bien que les nouveau-nés meurent à la naissance pour une raison encore indéterminée [18].

Six4/Six5

Chez les vertébrés supérieurs, les gènes Six4 et Six5 sont exprimés dans de nombreux territoires au cours du développement (Figure 1) [19, 20]. L’invalidation fonctionnelle de ces gènes n’entraîne pas de défauts majeurs, mis à part une cataracte développée par les souris dont le gène Six5 est déficient [2022]. Il est probable que ces deux gènes, qui codent pour des protéines fortement homologues et sont exprimés dans les mêmes territoires au cours du développement, aient des fonctions redondantes. L’analyse des souris dont les gènes Six4 et Six5 ont été invalidés permettra de s’affranchir de cette éventuelle compensation fonctionnelle et de définir plus précisément leurs fonctions.

Six1/Six2

Contrairement à leurs homologues de drosophile ou de planaire, les gènes Six1 et Six2 de vertébrés ne sont pas exprimés dans les territoires oculaires au cours du développement et ne semblent pas particulièrement impliqués dans la différenciation de l’œil [2325]. En revanche, Six1 est exprimé dans d’autres structures sensorielles, tant au niveau de la tête (placodes nasale et otique, ganglions crâniaux), que dans le reste du corps (ganglions dorsaux, ligne latérale). Chez la souris, le profil d’expression de Six1 est tout à fait comparable à celui de Six4 et de Six5, mais n’est que partiellement superposable à celui de Six2 (Figure 1). Ces profils d’expression suggèrent un redéploiement de l’expression des gènes Six1/Six2 au cours de l’évolution, et leur participation à de multiples événements de différenciation.

En effet, l’invalidation fonctionnelle du gène Six1 chez la souris a révélé le rôle majeur de ce gène au cours de multiples processus de différenciation. En particulier, Six1 apparaît comme un acteur clé de la différenciation myogénique [26]. Les souris Six1−/− meurent à la naissance d’insuffisance respiratoire due à l’absence de diaphragme et à des malformations des côtes. Les nouveau-nés présentent une hypoplasie musculaire qui touche tous les muscles du corps (mais pas les muscles de la tête) et qui atteint plus spécifiquement certains muscles distaux, en particulier au niveau des membres. L’analyse des marqueurs myogéniques exprimés chez ces souris a permis d’établir le rôle tardif de Six1 au cours de la myogenèse primaire (Figure 2). Six1 participe également à l’organogenèse rénale et thymique, à la morphogenèse du squelette craniofacial et thoracique, ainsi qu’à la différenciation de l’oreille interne, de la cavité nasale et des glandes lacrymales et parotides [2730]. Comme la plupart de ces défauts sont comparables à ceux décrits chez les souris dont le gène Eya1 a été invalidé (Figure 3) [31, 32], il est probable que Six1 et Eya1 agissent en synergie pour induire le développement de ces organes selon un mécanisme similaire à celui mis en évidence chez la drosophile au cours de l’organogenèse oculaire. Plus généralement, différentes combinaisons de gènes Pax, Six, Eya et Dach pourraient participer à de nombreux processus de différenciation.

thumbnail Figure 2.

Profil d’expression du gène Six1 au cours du développement et phénotype musculaire des embryons Six1−/− à E13,5 dpc. Le knock-in du gène rapporteur LacZ au locus Six1 permet de visualiser l’expression du gène Six1 par coloration X-gal. A-H : embryons hétérozygotes à différents stades de développement (indiqués en bas à gauche de chaque image). Six1 est exprimé dans de nombreux territoires : les somites (so), la placode otique (po), la placode nasale (pn), les arcs branchiaux (ab), les ganglions dorsaux (drg), les ganglions craniaux proximaux (gc) et les bourgeons de membre (bm). Le marquage somitique apparaît particulièrement fort dans le myotome (my), ainsi que dans les lèvres dorsomédianes (ldm) et ventro-latérales (lvl) du dermomyotome. I-J : les animaux homozygotes Six1−/− (J) présentent des défauts musculaires importants à E13,5 comparés aux hétérozygotes Six1+/- (I). Les muscles abdominaux (ma) et superficiels du dos (msd), notamment, sont réduits et désorganisés, et certains muscles de l’épaule (me) et des membres sont absents.

thumbnail Figure 3.

Rôles multiples des gènes Pax, Six, Eya et Dach au cours du développement embryonnaire. A. Chez la drosophile, l’organogenèse oculaire est contrôlée par une combinaison de gènes Pax (eyeless, ey et twin of eyeless, toy), Six (sine oculis, so et optix), Eya (eyes absent) et Dach (dachshund, dac). B. Chez la souris, il existe 9 gènes Pax, 6 gènes Six, 4 gènes Eya et 2 gènes Dach. Des combinaisons variables de ces différents facteurs semblent impliquées dans de multiples événements de différenciation, de morphogenèse ou d’organogenèse. Les gènes notés en gras sont ceux pour lesquels l’invalidation fonctionnelle conduit à un développement anormal de l’organe ou du tissus considéré. Les autres gènes Pax, Six, Eya ou Dach, indiqués avec un point d’interrogation, sont exprimés au cours du développement de l’organe en question, mais leur fonction n’a pas encore été clairement démontrée.

Conservation et redéploiement des mécanismes moléculaires impliquant les gènes Pax, Six, Eya et Dach… au cours de la myogenèse

Les gènes Pax3, Six1, Eya2 et Dach2 sont co-exprimés dans les précurseurs myogéniques, au niveau des somites [33]. De plus, une synergie fonctionnelle entre les facteurs Six1 et Eya2, d’une part, et entre Eya2 et Dach2, d’autre part, a été rapportée pour l’induction de la différenciation myogénique chez le poulet [33]. En effet, dans un modèle de somites en culture primaire, la surexpression couplée de ces facteurs induit l’expression de marqueurs de différenciation myogénique tels que MyoD, myogénine et les chaînes lourdes de myosine (MyHC). Le promoteur du gène myogénine possède, en effet, un site MEF3 reconnu par les protéines Six et indispensable à son activité transcriptionnelle au cours du développement de la souris [34]. Par ailleurs, plusieurs combinaisons de facteurs Six et Eya sont capables de se lier au site MEF3 du promoteur myogénine et activent la transcription des gènes rapporteurs avec une efficacité variable [35, 36].

Dans l’hypothèse d’une conservation et d’un redéploiement des mécanismes moléculaires impliquant les facteurs Pax, Six, Eya et Dach, l’on s’attend à trouver des phénotypes comparables chez les mutants (Figure 3). De fait, les muscles les plus atteints des souris Six1−/− sont également ceux qui font défaut chez les mutants Splotch (mutants spontanés du gène Pax3) [26, 37]. Il semble donc que Six1 et Pax3 participent à la différenciation des mêmes masses musculaires distales. Néanmoins, Pax3 et Six1 ne contrôlent pas les mêmes étapes de cette voie de différenciation, Pax3 agissant en amont de Six1. En effet, chez les mutants Splotch, l’absence de muscles hypaxiaux résulte d’un défaut de migration précoce des précurseurs myogéniques [37]. Chez les mutants Six1, en revanche, la migration n’est pas affectée, mais l’étape ultérieure de différenciation des myoblastes est profondément altérée dans les territoires distaux [26].

… au cours d’autres événements d’organogenèse

Les mutations des gènes Pax2, Six1 et Eya1 conduisent à des défauts d’organogenèse rénale ainsi qu’à des défauts de différenciation de l’oreille interne. Ces phénotypes comparables suggèrent qu’une combinaison Six1-Eya1-Pax2 pourrait participer au développement du rein et de l’oreille (Figure 3) [27].

Des défauts de différenciation thymique et de développement du squelette craniofacial ont été décrits chez les mutants des gènes Pax1, Pax9, Six1 et Eya1, suggérant qu’une combinaison Pax1/9-Six1-Eya1 pourrait intervenir au cours du développement de ces structures [27].

Enfin, les mutations du gène Pax6 conduisent au phénotype Small eye, caractérisé par une réduction de la taille des yeux, mais également par des défauts de différenciation de la cavité nasale et des glandes lacrymales et parotides. Ainsi, la combinaison Pax6-Six1 pourrait participer à la différenciation de l’appareil olfactif et des glandes sécrétrices de la face. En revanche, la différenciation oculaire serait contrôlée par une combinaison Pax6-Six3/6 [15].

Conclusions

L’étude fonctionnelle des homéoprotéines Six a permis de mettre en évidence le rôle d’une nouvelle classe de facteurs de transcription à homéodomaine au cours du développement embryonnaire. Les mécanismes moléculaires impliquant les homéoprotéines Six et leurs partenaires Pax, Eya et Dach apparaissent conservés entre la drosophile et la souris, respectivement pour contrôler l’organogenèse oculaire et la différenciation musculaire. Compte tenu du rôle crucial de ces facteurs au cours de plusieurs événements d’organogenèse, il est vraisemblable que des combinaisons variables de facteurs Pax-Six-Eya-Dach contrôlent de multiples processus de différenciation. Néanmoins, ces corrélations fonctionnelles restent à confirmer par une approche cellulaire et moléculaire, car la plupart des cibles transcriptionnelles de ces facteurs n’ont pas encore été identifiées.

Références

  1. Kawakami K, Sato S, Ozaki H, Ikeda K. Six family genes. Sructure and function as transcription factors and their roles in development. Bioessays 2000; 22 : 616–26. [Google Scholar]
  2. Ford HL, Kabingu EN, Bump EA, et al. Abrogation of the G2 cell cycle checkpoint associated with overexpression of HSIX1: a possible mechanism of breast carcinogenesis. Proc Natl Acad Sci USA 1998; 95 : 12608–13. [Google Scholar]
  3. Li CM, Guo M, Borczuk A, et al. Gene expression in Wilms’ tumor mimics the earliest committed stage in the metanephric mesenchymal-epithelial transition. Am J Pathol 2002; 160 : 2181–90. [Google Scholar]
  4. Yu Y, Khan J, Khanna C, et al. Expression profiling identifies the cytoskeletal organizer ezrin and the developmental homeoprotein Six-1 as key metastatic regulators. Nat Med 2004; 4 : 4. [Google Scholar]
  5. Cheyette BN, Green PJ, Martin K, et al. The Drosophila sine oculis locus encodes a homeodomain-containing protein required for the development of the entire visual system. Neuron 1994; 12 : 977–96. [Google Scholar]
  6. Serikaku MA, O’Tousa JE. Sine oculis is a homeobox gene required for Drosophila visual system development. Genetics 1994; 138 : 1137–50. [Google Scholar]
  7. Halder G, Callaerts P, Flister S, et al. Eyeless initiates the expression of both sine oculis and eyes absent during Drosophila compound eye development. Development1998; 125 : 2181–91. [Google Scholar]
  8. Bonini NM, Bui QT, Gray-Board GL, Warrick JM. The Drosophila eyes absent gene directs ectopic eye formation in a pathway conserved between flies and vertebrates. Development 1997; 124 : 4819–26. [Google Scholar]
  9. Shen W, Mardon G. Ectopic eye development in Drosophila induced by directed dachshund expression. Development 1997; 124 : 45–52. [Google Scholar]
  10. Pignoni F, Hu B, Zavitz KH, et al. The eye-specification proteins So and Eya form a complex and regulate multiple steps in Drosophila eye development. Cell 1997; 91 : 881–91. [Google Scholar]
  11. Seimiya M, Gehring WJ. The Drosophila homeobox gene optix is capable of inducing ectopic eyes by an eyeless-independent mechanism. Development 2000; 127 : 1879–86. [Google Scholar]
  12. Kirby RJ, Hamilton GM, Finnegan DJ, et al. Drosophila homolog of the myotonic dystrophy-associated gene, SIX5, is required for muscle and gonad development. Curr Biol 2001; 11 : 1044–9. [Google Scholar]
  13. Kobayashi M, Toyama R, Takeda H, et al. Overexpression of the forebrain-specific homeobox gene six3 induces rostral forebrain enlargement in zebrafish. Development 1998; 125 : 2973–82. [Google Scholar]
  14. Loosli F, Winkler S, Wittbrodt J. Six3 overexpression initiates the formation of ectopic retina. Genes Dev 1999; 13 : 649–54. [Google Scholar]
  15. Lagutin O, Zhu C, Kobayashi D, et al. Six3 repression of Wnt signaling in the anterior neuroectoderm is essential for vertebrate forebrain development. Genes Dev 2003; 17 : 368–79. [Google Scholar]
  16. Li X, Perissi V, Liu F, et al. Tissue-specific regulation of retinal and pituitary precursor cell proliferation. Science 2002; 297 : 1180–3. [Google Scholar]
  17. Backman M, Machon O, Van Den Bout CJ, Krauss S. Targeted disruption of mouse Dach1 results in postnatal lethality. Dev Dyn 2003; 226 : 139–44. [Google Scholar]
  18. Davis RJ, Shen W, Sandler YI, et al. Dach1 mutant mice bear no gross abnormalities in eye, limb, and brain development and exhibit postnatal lethality. Mol Cell Biol 2001; 21 : 1484–90. [Google Scholar]
  19. Esteve P, Bovolenta P. cSix4, a member of the six gene family of transcription factors, is expressed during placode and somite development. Mech Dev 1999; 85 : 161–5. [Google Scholar]
  20. Ozaki H, Watanabe Y, Takahashi K, et al. Six4, a putative myogenin gene regulator, is not essential for mouse embryonal development. Mol Cell Biol 2001; 21 : 3343–50. [Google Scholar]
  21. Klesert TR, Cho DH, Clark JI, et al. Mice deficient in Six5 develop cataracts: implications for myotonic dystrophy. Nat Genet 2000; 25 : 105–9. [Google Scholar]
  22. Sarkar PS, Appukuttan B, Han J, et al. Heterozygous loss of Six5 in mice is sufficient to cause ocular cataracts. Nat Genet 2000; 25 : 110–4. [Google Scholar]
  23. Oliver G, Wehr R, Jenkins N, et al. Homeobox genes and connective tissue patterning. Development 1995; 121 : 693–705. [Google Scholar]
  24. Pandur PD, Moody SA. Xenopus Six1 gene is expressed in neurogenic cranial placodes and maintained in the differentiating lateral lines. Mech Dev 2000; 96 : 253–7. [Google Scholar]
  25. Ghanbari H, Seo HC, Fjose A, Brandli AW. Molecular cloning and embryonic expression of Xenopus Six homeobox genes. Mech Dev 2001; 101 : 271–7. [Google Scholar]
  26. Laclef C, Hamard G, Demignon J, et al. Altered myogenesis in Six1-deficient mice. Development 2003; 130 : 2239–52. [Google Scholar]
  27. Laclef C, Souil E, Demignon J, Maire P. Thymus, kidney and craniofacial abnormalities in Six1 deficient mice. Mech Dev 2003; 120 : 669–79. [Google Scholar]
  28. Xu PX, Zheng W, Huang L, et al. Six1 is required for the early organogenesis of mammalian kidney. Development 2003; 130 : 3085–94. [Google Scholar]
  29. Zheng W, Huang L, Wei ZB, et al. The role of Six1 in mammalian auditory system development. Development 2003; 130 : 3989–4000. [Google Scholar]
  30. Ozaki H, Nakamura K, Funahashi J, et al. Six1 controls patterning of the mouse otic vesicle. Development 2004; 131 : 551–62. [Google Scholar]
  31. Xu PX, Adams J, Peters H, et al. Eya1-deficient mice lack ears and kidneys and show abnormal apoptosis of organ primordia. Nat Genet1999; 23 : 113–7. [Google Scholar]
  32. Xu PX, Zheng W, Laclef C, et al. Eya1 is required for the morphogenesis of mammalian thymus, parathyroid and thyroid. Development 2002; 129 : 3033–44. [Google Scholar]
  33. Heanue TA, Reshef R, Davis RJ, et al. Synergistic regulation of vertebrate muscle development by Dach2, Eya2, and Six1, homologs of genes required for Drosophila eye formation. Genes Dev 1999; 13 : 3231–43. [Google Scholar]
  34. Spitz F, Demignon J, Porteu A, et al. Expression of myogenin during embryogenesis is controlled by Six/sine oculis homeoproteins through a conserved MEF3 binding site. Proc Natl Acad Sci USA 1998; 95 : 14220–5. [Google Scholar]
  35. Ohto H, Kamada S, Tago K, et al. Cooperation of six and eya in activation of their target genes through nuclear translocation of Eya. Mol Cell Biol 1999; 19 : 6815–24. [Google Scholar]
  36. Fan X, Brass LF, Poncz M, et al. The alpha subunits of Gz and Gi interact with the eyes absent transcription cofactor Eya2, preventing its interaction with the six class of homeodomain-containing proteins. J Biol Chem 2000; 275 : 32129–34. [Google Scholar]
  37. Goulding M, Sterrer S, Fleming J, et al. Analysis of the Pax-3 gene in the mouse mutant splotch. Genomics 1993; 17 : 355–63. [Google Scholar]

Liste des figures

thumbnail Figure 1.

Profils d’expression des 6 gènes Six de souris au cours du développement. Schéma représentant des embryons de souris à 10,5 dpc (day post coitum). À ce stade du développement, l’expression des gènes Six3 et Six6 est restreinte au cerveau antérieur et à la placode optique. Ces gènes sont ensuite exprimés dans la rétine en cours de différenciation. Six3 apparaît également exprimé dans la couche pigmentaire et le cristallin. Les gènes Six1, Six4 et Six5 sont largement co-exprimés dans les placodes nasales et otiques, dans les arcs branchiaux, dans les ganglions craniaux et dorsaux, ainsi que dans les somites et les bourgeons de membre. Le gène Six2 est, quant à lui, exprimé dans les arcs branchiaux, les bourgeons de membre et le mésenchyme métanéphrique. Par ailleurs, la localisation chromosomique des gènes Six révèle une organisation en cluster de Six4-Six1-Six6 et de Six2-Six3, respectivement sur les chromosomes 12 et 17. Chr : chromosome (d’après [1]).

Dans le texte
thumbnail Figure 2.

Profil d’expression du gène Six1 au cours du développement et phénotype musculaire des embryons Six1−/− à E13,5 dpc. Le knock-in du gène rapporteur LacZ au locus Six1 permet de visualiser l’expression du gène Six1 par coloration X-gal. A-H : embryons hétérozygotes à différents stades de développement (indiqués en bas à gauche de chaque image). Six1 est exprimé dans de nombreux territoires : les somites (so), la placode otique (po), la placode nasale (pn), les arcs branchiaux (ab), les ganglions dorsaux (drg), les ganglions craniaux proximaux (gc) et les bourgeons de membre (bm). Le marquage somitique apparaît particulièrement fort dans le myotome (my), ainsi que dans les lèvres dorsomédianes (ldm) et ventro-latérales (lvl) du dermomyotome. I-J : les animaux homozygotes Six1−/− (J) présentent des défauts musculaires importants à E13,5 comparés aux hétérozygotes Six1+/- (I). Les muscles abdominaux (ma) et superficiels du dos (msd), notamment, sont réduits et désorganisés, et certains muscles de l’épaule (me) et des membres sont absents.

Dans le texte
thumbnail Figure 3.

Rôles multiples des gènes Pax, Six, Eya et Dach au cours du développement embryonnaire. A. Chez la drosophile, l’organogenèse oculaire est contrôlée par une combinaison de gènes Pax (eyeless, ey et twin of eyeless, toy), Six (sine oculis, so et optix), Eya (eyes absent) et Dach (dachshund, dac). B. Chez la souris, il existe 9 gènes Pax, 6 gènes Six, 4 gènes Eya et 2 gènes Dach. Des combinaisons variables de ces différents facteurs semblent impliquées dans de multiples événements de différenciation, de morphogenèse ou d’organogenèse. Les gènes notés en gras sont ceux pour lesquels l’invalidation fonctionnelle conduit à un développement anormal de l’organe ou du tissus considéré. Les autres gènes Pax, Six, Eya ou Dach, indiqués avec un point d’interrogation, sont exprimés au cours du développement de l’organe en question, mais leur fonction n’a pas encore été clairement démontrée.

Dans le texte

Les statistiques affichées correspondent au cumul d'une part des vues des résumés de l'article et d'autre part des vues et téléchargements de l'article plein-texte (PDF, Full-HTML, ePub... selon les formats disponibles) sur la platefome Vision4Press.

Les statistiques sont disponibles avec un délai de 48 à 96 heures et sont mises à jour quotidiennement en semaine.

Le chargement des statistiques peut être long.