Accès gratuit
Numéro
Med Sci (Paris)
Volume 18, Numéro 8-9, Août–Septembre 2002
Page(s) 909 - 909
Section Forum : Courrier
DOI https://doi.org/10.1051/medsci/20021889909
Publié en ligne 15 août 2002

La vague d’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) apparue ces dernières années a suscité beaucoup d’émoi auprès de la population (consommateurs, agriculteurs, scientifiques et pouvoirs publics). Des recherches, des programmes de surveillance et d’analyse ont été mis en œuvre très rapidement, mais les fondements scientifiques de l’existence et de la dissémination du « prion » restent encore inconnus. En effet, si les symptômes peuvent être corrélés à la présence de la forme dénaturée de la PrP (PrP résistante ou scrapie), aucun déterminisme n’est encore démontré. Autrement dit, les causes de transition PrPC/PrPres sont inconnues.

Une hypothèse mérite notre attention. Elle réside dans l’observation faite par l’équipe de Witold Surewicz [1]. Les auteurs montrent que la transition PrPC/PrPres peut être provoquée in vitro par de l’urate de sodium (150 mM de NaCl, 2 M d’urée). Compte tenu du fait qu’une alimentation carnée d’animaux herbivores est susceptible d’affecter le métabolisme azoté, il est facile d’émettre l’hypothèse selon laquelle l’alimentation d’herbivores en viande pourrait augmenter la concentration d’urate circulante (urée, urate, acide urique).

Cette hypothèse est également proche d’un certain nombre d’autres observations. Chez les personnes âgées apparaissent des carences du métabolisme de l’azote qui sont associées à une élévation de l’acide urique circulante (goutte…).

La maladie d’Alzheimer (neurodégénérescence) est aussi le fait d’un processus de dénaturation protéique apparaissant au cours du vieillissement [2].

Enfin, la grande stabilité de la PrPres peut clairement expliquer les taux de transmission verticaux et horizontaux de la maladie (relativement faible du reste) observés pour le Kuru ou la nouvelle variante de la maladie de Creutzfeldt-Jakob.

L’hypothèse des urates semble donc tout à fait valable et mériterait des études plus poussées afin de savoir si une relation de cause à effet existe. La mesure de la concentration d’urate plasmatique (ou du LCR) de cas d’ESB provenant d’animaux herbivores alimentés avec de la viande apporterait des éléments de réponse.

Références

  1. Morillas M, Vanik DL, Surewicz WK. On the mechanism of alpha helix to beta-sheet transition in the recombinant prion protein. Biochemistry 2001; 40 : 6982–7. (Dans le texte)
  2. Dobson CM. Protein misfolding, evolution and disease. Trends Biochem Sci 1999; 24 : 329–32. (Dans le texte)

© 2002 médecine/sciences - Inserm / SRMS

Les statistiques affichées correspondent au cumul d'une part des vues des résumés de l'article et d'autre part des vues et téléchargements de l'article plein-texte (PDF, Full-HTML, ePub... selon les formats disponibles) sur la platefome Vision4Press.

Les statistiques sont disponibles avec un délai de 48 à 96 heures et sont mises à jour quotidiennement en semaine.

Le chargement des statistiques peut être long.